Magazine Culture

Le premier mardi c'est permis (33) : Alice - Emma Becker

Publié le 03 février 2015 par Litterature_blog

Le premier mardi c'est permis (33) : Alice - Emma Becker

Alice a vingt ans, Emmanuel est deux fois plus âgé. De leur rencontre naîtra une histoire à l'érotisme débridée, une histoire trouble et sensuelle, mouvementée...

Alice la femme-enfant vivant avec ses petites sœurs dans l'appartement parisien abandonné par ses parents depuis leur divorce. Alice qui se rêve romancière et s'abandonne sans retenue dans les plaisirs charnels : " Le plaisir est sacré [...] Parce que, au fond, ce n'est que ça, la vie. Soixante-dix, quatre-vingt ans à tout perdre. Le sexe n'a jamais rien eu à voir avec quoi que ce soi d'autre. Le sexe, au fond, le plaisir, c'est la seule chose qui compte en ce monde. J'ai l'air d'un homme à dire ça ? On est tous esclaves de la même chose. Les hommes sont esclaves de leur soif de chattes, je suis esclave de l'érection des hommes. De la séduction. Ça me va, d'être réduite à un ensemble de trous ayant besoin d'être remplis. Je ne vois pas ce que je pourrais être de plus intéressant. Ou de plus constructif. "

Alice et sa vision étriquée du monde et des relations hommes-femmes, Alice et ses caprices, son mal-être qui ferait la fortune d'un psy. Alice qui ne peut pas garder le moindre boulot parce que travailler c'est trop dur, Alice qui pleure dans les jupes de son père quand elle n'a plus un sou en poche pour acheter ses cigarettes...

Le pire c'est qu'Emmanuel n'est pas mieux. Vieux beau fraîchement séparé, tombant amoureux fou d'une gamine au corps de déesse, amant jaloux ne supportant pas que sa dulcinée, aux mœurs plus que légères, aille voir ailleurs mais qui, de son coté, n'hésite pas à la tromper (" Je ne savais plus où j'en étais " ; " Elle n'est rien pour moi cette fille " ; " cette fille n'a rien de commun avec toi " ; " cette fille est sans saveur à coté de toi "). Justifications pitoyables d'un homme pitoyable...

Mon Dieu que je les ai détestés, ces deux-là ! Une envie de les baffer à chaque page, de les secouer, de leur ouvrir les yeux et de leur faire comprendre la futilité de leurs pauvres petits problèmes existentiels. Envie de leur hurler dessus et de mettre un terme à leurs jérémiades tellement superficielles. Tout ce que je déteste chez des personnages de roman.

Après, je ne dis pas, l'écriture est pleine de charme, oscillant entre de très beaux passages et une certaine vulgarité que je n'ai jamais trouvé choquante. Sans compter que les scènes " explicites ", nombreuses, sont particulièrement bien menées et souvent fort émoustillantes. Il y a donc beaucoup de qualité dans la plume d'Emma Becker, c'est juste que cette sulfureuse histoire d'amour intergénérationnelle et ce couple imbuvable m'ont agacé au plus haut point, gâchant tout plaisir de lecture. Pour autant, je n'en resterai pas là avec cette auteure car je sens chez elle un vrai potentiel. Son premier roman est dans ma pal et je compte bien m'y plonger très bientôt, j'espère simplement que j'y trouverai des protagonistes plus à mon goût.

Alice d'Emma Becker. Denoël, 2015. 350 pages. 19,90 euros.


Une lecture commune que je partage avec Noukette. Surprenant, non ?

Le premier mardi c'est permis (33) : Alice - Emma Becker

Le premier mardi c'est permis (33) : Alice - Emma Becker


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Litterature_blog 22161 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines