Magazine Cinéma

Une comédie sociale pas discount du tout

Par Filou49 @blog_bazart
03 février 2015

discount-corinne-masiero

Discount j'en avais parlé quelques semaines avant sa sortie le 21 janvier dernier en vous annonçant, avant même l'avoir vu, que ce film me semblait aller à contrecourant de la comédie française actuelle.

En effet, si cette dernière n'est malheureusement pas toujours gage de profondeur et de legereté, Discount , le premier film de Louis-Julien Petit  ( qui a notamment été récompensé du prix du public cet été au Festival du Film Francophone d'Angoulême), me semblait sur le papier parler avec plus d'intelligence de la France d'aujourd'hui, avec humour et légereté.

En effet, comme le long métrage de Louis Julien Petit prenait le risque d'aborder sur fond de comédie, le sujet du gaspillage alimentaire qui sévit de plus en plus en France, je savais que j'allais voir, comme le prétendait le slogan et la promo jouant à fond sur ce gimmick, une "comédie sociale & solidaire", dans la lignée du cinéma social anglais, dont l'immense Ken Loach est évidemment le chef de file.

Et si le film ne tutoie certes pas les sommets des chefs d'oeuvre de Loach ( il y  manque certainement un potentiel d'émotion et un engagement politique plus pointus, mais c'est un premier film, ne l'oublions pas),  Discount n'en demeure pas moins une très belle réussite.

En effet, tout en traitant frontalement son sujet et son cahier des charges initiales, celui d'être un film de combat contre la misère et le gaspillage alimentaire, Discount possède l'habileté de ne jamais tomber dans l'outrance caricaturale.

met en scène

discount-zabou-breitman
Cette rébellion positive de 5 employés d'un Hard Discount prêts à lutter, à leur manière ( que l'on pourrait discuter à l'aune de la morale), contre le gaspillage alimentaire et la mise en place de caisses automatiques menaçants leurs emplois est ainsi traitée avec un vrai réalisme social ( sans pour autant tomber dans un naturalisme qui pourrait être plombant) et une vraie humanité dans les personnages, qui fait sacrément du bien.


 Le film prend soin de nous montrer à quel point tous les individus présentés, quelque soit le niveau où il se situe sur la chaine, est la victime d'un système archaïque, incongru et défaillant.

Discount met en lumière le cynisme écœurant des enseignes de hard-discount qui veulent toujours plus de rentabilité à un cout de revient le plus bas possible, cette réalité est traitée avec nuance, et l'on y voit la gérante du magasin, interprétée par une surprenante Zabou Breitman, nous faire partager ses doutes et ses félures intimes.

Quant aux employés, évidemment qu'ils sont solidaires face à la désagrégation de leur emploi, pourtant peu considéré, d'employés de grande surface à bas prix.

Mais cette solidarité dont ils veulent faire preuve ne va pas sans conflits et désaccords manifestes sur leurs façons de mener cette rebellion positive, entre les meneurs inconscients et ceux qui ont plus à perdre que les autres dans cette bataille. Ces scènes  qui voient les salariés manger boire et s'engueuler ensemble sont d'ailleurs du reste celles qui font le plus penser au cinéma de Loach. 

DISCOUNT

Mais pour que l'empathie envers ces personnages pleins d'humanités fonctionnent à plein régime, il faut un casting d'enfer, ce qui est largement le cas avec dans les chefs de file une Corinne Masiero et un Pascal Demolon,certes pas très éloigné de certains des rôles qui ont déjà joués ces dernières années, mais ces acteurs affichent un tel naturel dans leur jeu et une telle profondeur de jeu qu'on ne peut que jubiler de les voir jouer, chefs de file d'une troupe dont tous les comédiens seraient à saluer.  

Bref, courez voir ce Discount tant qu'il est encore en salles, car voici un film profondément humain, dans ses excès comme dans ses faiblesses, mais qui possède la chose essentielle pour moi au cinéma, le coeur avec un grand C.

BANDE ANNONCE DISCOUNT


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines