Magazine Amérique latine

Une escarmouche glorieuse en 1813 : la victoire de San Martín à San Lorenzo [Histoire]

Publié le 03 février 2015 par Jyj9icx6

Une escarmouche glorieuse en 1813 : la victoire de San Martín à San Lorenzo [Histoire]

Le visuel de la première diffusion du documentaire


C'était il y a deux cent deux ans, à proximité de Rosario, dans la Province de Sante Fe, sur les falaises qui bordent le cours du Paraná. Un rapide combat mettant aux prises pendant quinze minutes moins de cinq cents soldats, les uns révolutionnaires, armés de piques, de sabres et de fusils, les autres absolutistes, traînant avec eux un canon. Et ça n'en est pas moins le Valmy des Argentins. Ceux qui suivent ce blog savent qu'il s'agit du seul engagement armé du futur général José de San Martín sur le sol national et que cette victoire a donné lieu à une chanson patriotique que tous les Argentins connaissent par cœur, la Marcha de San Lorenzo. Et pour le reste, je vous renvoie à San Martín, A rebours des conquistadors, la biographie que j'ai publiée aux Editions du Jasmin, en décembre 2012.

Une escarmouche glorieuse en 1813 : la victoire de San Martín à San Lorenzo [Histoire]

Chaque 3 février, le Régiment publie une photo rituelle de la charge historique
sur sa page Facebook


Aujourd'hui, sur les lieux historiques du combat, l'actuel Régiment des Grenadiers à Cheval, qui assure les fonctions d'Escorte présidentielle, et ses réservistes rendent hommage à leurs prédécesseurs et aux quelques hommes morts pour la patrie (ils furent peu nombreux car San Martín était très ménager du sang de ses soldats). Les Grenadiers vont reconstituer comme tous les ans la charge au galop et sabre au clair avec laquelle San Martín désordonna la colonne absolutiste venue de Montevideo pour piller un couvent franciscain susceptible d'abriter des réserves de nourriture.
Pour marquer cet anniversaire, j'ai choisi un documentaire rudement bien fait de Canal Encuentro, la chaîne culturelle du service public argentin. Un docu-fiction très réaliste qui dure trois quarts d'heure et qui comprend quelques erreurs qu'on pardonnera bien volontiers (1). L'interprétation des faits n'est pas tout à fait neutre : il s'agit pour les co-producteurs, la chaîne publique et la Universidad Nacional San Martín (UNSAM), très portée sur le revisionismo (2), de contribuer à casser les images d'Epinal que l'école obligatoire véhicule encore et toujours depuis 1884 en diffusant la lecture des événements que faisait Bartolomé Mitre (3), dans les années 1860. Rude tâche que de remettre du contenu politique dans une épopée militaire que les intellectuels de la République conservatrice (1860-1880) ont soigneusement vidée de son sens profond.

Pour voir la présentation du film sur le site de Canal Encuentro, où vous pourrez le télécharger gracieusement en toute légalité (à condition d'avoir créé votre compte auprès de la chaîne), cliquez sur le lien.

Une escarmouche glorieuse en 1813 : la victoire de San Martín à San Lorenzo [Histoire]

La photo choisie hier par les Réservistes (4) sur leur page Facebook : le jardin du couvent


Pour en savoir plus sur San Martín, cliquez sur son nom dans le bloc Pour chercher, para buscar, to search, sous le titre de l'article ainsi que mes activités (en haut de la Colonne de droite), qui rassemblent mes conférences et mes livres.
(1) L'une concerne l'utilisation anachronique de la Liberté guidant le Peuple d'Eugène Delacroix. L'autre concerne les sous-titres en anglais, qui ne sont pas toujours en accord avec le texte espagnol. (2) Je vous ai déjà parlé de ce courant historique qui prend beaucoup de place actuellement dans l'Argentine démocratique, après avoir subi la censure féroce des différentes dictatures et autres gouvernements autoritaires pendant la guerre froide. Il s'agit de faire une relecture du passé national et latino-américain en réintroduisant les peuples dans l'histoire (qui du côté mitriste est considérée comme une suite de batailles et de traités de paix animés par des grands hommes). La lecture revisionista est également marquée d'une hostilité forte à la Grande-Bretagne, accusée d'avoir été la puissance post-coloniale de l'Amérique du Sud, un peu plus légère contre la France (pour des raisons similaires), une réhabilitation de l'Espagne populaire et, chez certains auteurs, une théorie du complot qui aurait vu l'oligarchie argentine s'allier objectivement et volontairement à la Grande-Bretagne pour tenir le pays en servage. Cette théorie prend tout un éventail d'aspects, de la thèse scientifique bien argumentée (UNSAM) au délire complet, hargneux et haineux, auquel Canal Encuentro fait peu de place. (3) Bartolomé Mitre (1821-1906) est un militaire (assez médiocre) et un puissant intellectuel qui a fixé la geste nationale de la Révolution de Mai 1810 et de la guerre d'Indépendance. Il a aussi été l'un des présidents de la République Conservatrice, un auteur très lu en son temps et auquel les historiens continuent de se référer (pour s'appuyer sur ce qu'il a dit ou le combattre ardemment) ainsi que le fondateur et le premier directeur du journal La Nación. (4) Les réservistes ont pris en charge les explications écrites proposées dans la cathédrale de Buenos Aires, près de la tombe du général (en haut, à droite de la nef). J'en ai assuré la traduction pour la langue française.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte