Magazine Culture

[anthologie permanente] Michèle Finck

Par Florence Trocmé

Après le beau Balbuciendo, Michèle Finck publie La Troisième main, de nouveau aux éditions Arfuyen.  
 
Cicatrisation 
 
L’œil blessé cicatrise lentement dans le noir 
Et brûle. Le soleil intérieur tourne 
En silence. Ne plus savoir vivre sans 
Écrire. Le son est guérison.  
Il neige bleu dans la mémoire. 
Plus de sang. Simplement un peu d’eau 
Claire sur le visage qui rayonne 
D’illuminations sonores.  
 
Et les sons maintenant nous écoutent 
 
./ 
 
Bach : Messe en si 
Sergiu Celibidache 
 
« Et resurrexit » 
Musique de Bach nous relie aux morts.  
Les voix sont debout. L’os est debout. 
Vouloir ensevelir le père mort 
Dans le suaire de « Resurrexit ».  
Lui donner sépulture dans cette liesse.  
 
./ 
 
Beethoven : Sonate opus 11. Arietta
Claudio Arrau 
 
Variations heuristiques. Quelque part 
Dans l’illimité. Cherche. À tâtons. Cherche. 
Mues du piano aux extrêmes de l’aigu 
Et du grave. Autre face de l’oreille. Autre 
Versant du cosmos sonore. Renverse du silence. 
 
./ 
 
Schumann : Kreisleriana.  
Vladimir Horowitz : piano 
 
Sehr rasch. Hallucinations sonores 
Tournoyantes. Cauchemars acoustiques. 
Brou de sons heurtés. Bris de rythme. Brèche. 
Mains de somnambule ailé volant 
Au-dessus de lui-même et déjà mort 
 
./ 
 
Debussy : Children’s Corner.  
Aldo Ciccolini* : piano 
 
Mikado de sons moirés. 
Bijou caillou genou. Chouchou 
Joue. Les silences clignent 
De l’oreille. Petit berger vole. 
Piano troglodyte.   
 
./ 
 
Note 
   Dinge machen aus Angst 
   Faire des choses avec de l’angoisse 
      Rainer Maria Rilke 
 
Ce livre, composé d’une suite de cent poèmes d’extase musicale, a été écrit dans le noir et la pénombre, après une opération de la cataracte. Comme si, en opérant les yeux, on avait ouvert quelque chose de plus profond : brèche dans l’écoute ; non pas poèmes sur la musique, mais poème à et avec la musique ; poésie et musique intensément mêlées, qui tournoient tout au bord du silence.  
 
Noir avec torche de musique.  
 
 
Michèle Finck, La Troisième main, Arfuyen, 2014, pp. 9, 19, 39, 41, 48 et 129. 
 
*ndlr : Poezibao rappelle qu’Aldo Ciccolini vient de mourir, ce 1er février 2015. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 17561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines