Magazine Cinéma

Véronique Sanson

Par Gjouin @GilbertJouin
Véronique SansonL’Olympia28, boulevard des Capucines75009 ParisTel : 08 92 68 33 68Métro : Madeleine / Opéra / Auber
Il est de ces rendez-vous artistiques où toute une conjugaison d’éléments fait qu’ils appartiennent à des purs moments de grâce et de bonheur. Des moments privilégiés.Le concert que nous offre actuellement Véronique Sanson à l’Olympia est de ceux-là. Il est rare, exaltant, émouvant, tonique, convivial. C’est une grand-messe païenne orchestrée par une prêtresse accueillante et généreuse qui rassemble chaque soir, autour de son nom, 1800 fidèles enamourés. La salle est comble, il n’y a pas un strapontin de libre et la ferveur communicative qui se dégage de cette foule compacte est réellement palpable.
Quel plaisir que de la retrouver en aussi bonne forme ! Visiblement, elle est pleinement heureuse de retrouver la scène. Pantalon de cuir noir, t-shirt noir, veste de cuir sans manches, avec des franges où sont fixées des breloques indiennes bigarrées qui s’agitent au moindre de ses mouvements… à travers son dress code, Véronique Sanson affiche son appartenance : c’est une rockeuse ! Alors que des « Véro » enthousiastes éclatent ça et là, elle entame son tour de chant a cappella avec Vancouver. Il est 21 h 30. Pendant plus de deux heures, ainsi qu’il est annoncé, elle va égrener les chansons qu’elle a écrites et composées durant ses « années américaines ». La voix est puissante et mélodieuse. « Véro » est radieuse. Entourée de huit musiciens-complices, dont certains l’accompagnent depuis une trentaine d’années, et de deux choristes, elle fait feu de toute voix. Elle navigue avec une aisance confondante entre le grave et l’aigu. Et puis, il y a ce fameux vibrato qui n’appartient qu’à elle, unique. A peine a-telle plaqué la dernière note d’une chanson, qu’une clameur extatique s’élève.
Véronique Sanson
Un des points forts de ce tour de chant, hormis bien sûr la formidable présence de Véronique Sanson, c’est la présence d’une section de trois cuivres, saxo, trompette et trombone. Ça crée une espèce d’ambiance de big band idéale pour exprimer les trois couleurs musicales principales de l’artiste : le swing, le rock et le jazz. Le sceau Sanson, quoi !Quelle pianiste, cette Véro ! Et quelle auteure ! Elle n’a pas sa pareille pour faire sonner les mots et raconter des histoires. Cette décennie des « Années américaines » a été d’une richesse incomparable. Dans tous les domaines. Sa musique en a été définitivement marquée. Et la vie lui a fourni des thèmes de chansons oscillant entre légèreté et gravité. Les plus fortes sont celles où elle se révolte, particulièrement contre la trahison.
Du rythme, du rythme, du rythme… Avec une énergie folle, elle enchaîne les titres. Plusieurs standing ovations spontanées ponctuent certains d’entre eux, tant ils nous ont transportés. Dans ces chansons qui datent des années 70 figurent quelques pépites rarement interprétées sur scène. Il n’y en a même une qui ne l’a jamais été.C’est Drôle de viequi donne le signal. Les gens se lèvent et accourent au pied de la scène. Ça danse dans les travées, les corps se balancent, chaloupent en rythme. Toutes les générations des trois sexes se mêlent dans une joyeuse communion. C’est le grand rendez-vous des amoureux de la Sanson française.
Véronique Sanson
Dès lors, ce sera le feu jusqu’à l’antépénultième titre, On m’attend là-bas. Tout le monde est debout, ça se trémousse en tapant dans les mains. C’est la fête.Et puis, comme elle aime à le faire, Véro tient à terminer sa performance (dans le sens anglo-saxon du terme) dans un climat plus intime, plus doux, apaisant. Uniquement accompagnée de ses deux excellents choristes, elle nous livre une magnifique Amoureuseà trois voix. La salle est devenue silencieuse, recueillie… Et puis, cette fois seule avec son cher piano, elle tire sa Révérence… Sa voix, qui n’a cessé de se chauffer tout au long du concert, a désormais atteint la perfection.Merci Véro pour ce grand moment de partage.Il n’y en n’a pas deux comme elle. Elle est VérUNIQUE Sanson…
Gilbert "Critikator" Jouin

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines