Magazine Bd

Les naufragés d’Ythaq, T12 : Les clefs du Néant – Christophe Arleston & Adrien Floch

Par Belzaran

LesNaufragésd'Ythaq12


Titre : Les naufragés d’Ythaq, T12 : Les clefs du Néant
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Adrien Floch
Parution : Septembre 2014


 « Les naufragés d’Ythaq » est une des nombreuses séries au long cours scénarisées par Christophe Arleston. Le créateur de Lanfeust est productif et s’est spécialisé dans la fantasy grand public. Il possède une capacité réelle à faire cohabiter aventure et humour. A contrario, ses productions ont le défaut de voir leur qualité narrative régresser au fur et à mesure des tomes. « Les forêts d’Opale » sont un exemple d’histoire attrayante au début et de plus en plus décevante depuis.

« Les naufragés d’Ythaq » appartient à cette catégorie. Les premiers opus étaient vraiment réussis. Les pérégrinations de Granite et ses acolytes sur une planète n’apparaissant sur une aucune carte étaient accompagnées d’un mystérieux intéressant. Le casting offrait une grande variété de personnalités et déclenchait une grande empathie à l’égard des héros. Hélas, la deuxième partie du premier cycle s’avérait bancale et sans grand intérêt. Le dénouement était décevant et avait fait oublier le bonheur ressenti lors de la découverte.

LesNaufragésd'Ythaq12bArleston et Floch ont écrit une suite à cette première fin. Depuis le dixième épisode, l’intrigue s’inscrit dans un second cycle. Ma première impression était mitigée. La trame n’avait, à mes yeux, pas trouvé son second souffle. Néanmoins, le plaisir de retrouver les protagonistes m’incitent à accepter les faiblesses scénaristiques. C’est ainsi que je me suis procuré le dernier album paru. Intitulé « Les clés du néant », il est apparu dans les rayons de librairie en octobre dernier.

« Narvarth, Granite, Callista et Krurgor sont de retour sur leur planète. Seul Narvarth dispose des clefs qui permettent de passer dans l’univers parallèle, celui d’Ythaq. Mais cette infinité de mondes nouveaux à portée de main et les richesses qu’ils augurent excitent bien des convoitises… » Voilà la mise en bouche présentée par la quatrième de couverture. Elle pose les jalons des enjeux mis en place suite aux événements du neuvième acte de la saga.

Une curiosité ravivée.

La machine narrative avait un petit peu de mal à se mettre en route. L’ensemble apparaissait brouillon et manquait cruellement de rythme. J’espérais que la machine se mettrait en route et trouverait sa vitesse de croisière lors de cette lecture. Ce tome s’avère meilleur que les précédents. Les événements sont plus fréquents et l’ensemble avance à un rythme plus soutenu. Il conclut finalement la mise en place débutée dans « «Nehorf-Capitol Transit ». Je regrette que cela ne se soit pas fait plus rapidement car la situation qui conclut ce tome aurait pu quasiment être atteinte en trois fois moins de pages. Néanmoins, tout vient à qui sait attendre… Ma curiosité qui était en hibernation a été ravivée. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle est intense mais la phase de réveil est en cours. Le scénario introduit des rebondissements pas inintéressants.

LesNaufragésd'Ythaq12cLe support politique est classique mais exploité sérieusement. La perspective d’avoir accès à un monde parallèle plein de richesses inexploitées alimente les appétits. Les discours officiels sont contredits par des opérations officieuses. L’intérêt général est mis en balance avec des intérêts plus personnels. L’environnement des héros semble être occupé par davantage de méchants que de gentils. Il est difficile de cerner les personnes fiables. Cette dimension nébuleuse quant aux objectifs réels des uns et des autres est un aspect qui entretient l’attrait de la lecture.

Le déroulement du fil conducteur laisse ainsi moins de place aux s d’action. Ce n’est pas une mauvaise chose de mon point de vue. Un des défauts de bon nombre de séries est de remplir les LesNaufragésd'Ythaq12dvides scénaristiques par des batailles répétitives et sans originalité. Ce n’est ici pas le cas et cela permet de savourer les moments de combat ou de poursuite. La diminution de la fréquence de ces temps belliqueux fait que l’exigence à leurs égards est moindre et permet de les savourer avec plaisir malgré leurs imperfections.

Comme souvent avec Arleston, le ton est léger et l’humour est un argument de poids. L’ingrédient comique est une nouvelle fois utilisé mais avec une relative parcimonie. Il ne s’agit pas de l’épisode le plus déluré. Je le regrette un petit peu. Peut-être est-ce dû à la place laissée à la politique ? En tout cas, j’ai moins souri qu’aux plus grandes heures de la saga.

Sur le plan graphique, cet opus remplit aisément le cahier des charges. Le trait d’Adrien Floch correspond parfaitement au ton créé par le scénario d’Arleston. Le dessinateur maîtrise autant les personnages que les décors. Il arrive également à gérer avec talent les scènes d’action que ce soit des poursuites ou des combats. Son style participe activement à l’atmosphère dynamique de l’ensemble.

LesNaufragésd'Ythaq12a

Pour conclure, « Les clefs du néant » marque une évolution positive de la série. Sans atteindre la réussite des premiers épisodes, il se montre plus agréable que les derniers en date. Il ne reste donc plus qu’à espérer qu’il ne s’agit pas d’un feu de paille et que la suite confirmera cette progression. Mais cela est une autre histoire…

gravatar_eric

Note : 11/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines