Magazine Culture

Le Système

Publié le 07 février 2015 par Gjouin @GilbertJouin
Le SystèmeThéâtre Antoine14, boulevard de Strasbourg75010 ParisTel : 01 42 08 77 71Métro : Strasbourg Saint-Denis
Une pièce d’Antoine RaultMise en scène par Didier LongDécors de Bernard Fau et Citronelle DufayCostumes de Jean-Daniel VuillermozLumières de Laurent BéalMusique de François PeyronyAvec Lorant Deutsch, Stéphane Guillon, Eric Métayer, Marie Bunel, Urbain Cancelier, Sophie Barjac, Stéphanie Caillol, Philippine Bataille
Présentation : 300 ans après, les questions demeurent les mêmes : comment renflouer les finances publiques, les ambitions personnelles vont-elles de pair avec l’intérêt général ?L’Ecossais John Law, joueur de cartes de génie, prétend pouvoir sauver l’Etat français de la faillite. Il convainc le Régent d’essayer son système : faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer en France l’économie moderne… Au début, cela marche à merveille. Trop bien même. Bientôt, la machine s’emballe, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe. Alors, soudain, « la bulle » (le mot date de là) explose… John Law vient d’inventer aussi la crise financière.
Mon avis : J’ai vu et apprécié quelques unes des précédentes pièces d’Antoine Rault (Le Démon de Hannah, L’Intrus), mais c’était surtout le plaisir que j’avais connu en 2008 avec Le Diable rouge et la formidable interprétation de Claude Rich et Geneviève Casile qui faisait que j’étais très curieux de découvrir sa nouvelle œuvre.Antoine Rault est un fin lettré doublé d’un passionné d’histoire. Ses pièces sont subtiles, raffinées, intelligentes. Il y prend en outre un malin plaisir à dénicher les points communs entre les événements d’hier et notre époque. Et dans Le Système, le parallèle est encore plus fragrant puisque toute l’action tourne autour de l’économie, de comment on peut remédier à la mauvaise gestion des finances d’un pays avec des procédés novateurs simples et apparemment efficaces. C’est du moins le vœu pieux que formule John Law, un banquier et économiste écossais, un visionnaire aussi génial qu’idéaliste, en proposant une méthode à ses yeux infaillible pour redresser le Trésor de la France. Petit clin d’œil à l’Histoire, nous sommes en 1715 lorsque Law vient proposer ses services au Régent Philippe d’Orléans. Il y a donc tout juste 300 ans !Mais là où les similitudes avec aujourd’hui sont encore plus troublantes, c’est qu’après avoir réussi pendant trois-quatre ans à redresser la barre, Law va se retrouver confronté à la cupidité des uns et son beau « Système » va capoter et amener une crise profonde. Une crise ?... Tout ceci nous ramène à 2008 et à la faillite du système bancaire américain symbolisé par l’affaire des subprimes… Un copié-collé fascinant dans lequel Antoine Rault s’est engouffré avec gourmandise.
Le Système
Il faut être en bonne forme intellectuelle, pas trop fatigué par une journée de travail, pour suivre et comprendre des mécaniques économiques parfois très techniques. On ne pige pas toujours tout. Mais, en fait, ce n’est pas là le plus important. Ce qui compte en fait dans cette pièce, c’est ce qu’en font les acteurs.Et nous avons là un quatuor de comédiens qui, par la qualité parfaite de leur jeu, font de ce sujet a priori austère un réel divertissement. Ces quatre-là synthétisent brillamment les tréfonds de l’âme humaine. Quatre personnages très différents, remarquablement dessinés et détenteurs d’une vraie épaisseur.
Eric Métayer. On n’attend pas forcément dans ce registre ce Zébulon effervescent plus féru de burlesque que de réalité historique. Malgré tout, dans le rôle d’un économiste rival de John Law, il réussit à introduire une certaine dose de fantaisie avec ses mimiques et sa gestuelle propres. C’est une très bonne idée que d’avoir fait appel à lui.
Urbain Cancelier. Dans le (beau) rôle du Régent, il est épatant. Face à silhouette ascétique de l’abbé Dubois, aux petits gabarits trépidants de Lorant Deutsch et d’Eric Métayer, il apporte rondeur toute pateline d’un gros matou. Sous ses airs bonhomme et ses fringales de bon vivant, se cache un jouisseur misogyne, un politicien impitoyable prompt au coup de griffe. Sa libido débridée a permis à l’auteur de glisser quelques scènes légères et coquines amenant de judicieuses ruptures. Un grand acteur de théâtre, rompu au second degré, qui excelle depuis trente ans dans la comédie et, plus particulièrement chez Feydeau.
Lorant Deutsch. Il est toujours bon, Lorant. Là encore, il ne faillit pas à la tâche. Dans le personnage central de John Law, il se montre tour à tour enthousiaste, brillant, virevoltant, exalté, naïf, fougueux, profondément sincère, émouvant jusqu’à en devenir pathétique. Avec lui on comprend qu’être financier, ce n’est pas du gâteau… Grâce à son haut débit, il fait passer plus vite tous les éléments les plus techniques de son « Système » ; une sacrée performance.
Le Système
Stéphane Guillon. L’humoriste a trouvé avec l’abbé Dubois son premier grand rôle au théâtre. Il est carrément impressionnant. Il magnifie les nombreux défauts de l’homme d’église (on ne lui voit d’ailleurs aucune qualité) : il est malin, cauteleux, impassible, cynique, ambitieux ; il a la dent dure, il est si peu croyant qu’il n’hésite pas à blasphémer pour faire passer un bon mot. C’est un homme qui, en s’approchant on ne peut plus près du pouvoir, s’en est d’autorité investi. Ce n’est pas par hasard si le Régent lui déclare : « Toi, tu n’as pas de cœur ». Stéphane Guillon est impeccable. Et il a trouvé le ton juste avec suffisamment de froideur, de distance et de mépris pour en faire un être infiniment dangereux et inquiétant. Je l’ai trouvé particulièrement bon dans ce que j’appellerai « la tirade du petit Corrézien », un texte dont le double sens, tellement bien suggéré, a fait se réjouir la salle.
Si vous aimez les textes intelligents saupoudrés de formules percutantes, de répliques incisives (dans ce domaine, l’abbé Dubois est particulièrement bien servi) et d’anachronismes délicieusement volontaires, les beaux costumes, les décors chauds et des acteurs très imprégnés de leur art, vous ne serez pas déçu par Le Système.
Petit aparté personnel : entendre prononcer « Lass » le nom de John Law, m’a ramené à mes années lycée. Il y avait deux noms dont je n’ai jamais compris qu’on les prononçât différemment de leur orthographe : Law, donc et de Broglie, qu’il fallait dire « de Breuil »…
Gilbert « Critikator » Jouin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine