Magazine Société

Si t'es pas Charlie pour le gouvernement, c'est la prison !

Publié le 07 février 2015 par Philippejandrok

La question que je me pose depuis quelques jours est : est-ce que les membres de notre gouvernement si prompts à juger et à condamner lisent-ils vraiment Charlie ?

Même si, comme 99% des citoyens de notre pays je suis horrifié par cette attaque terroriste, je ne peux pas lire Charlie Hebdo, je ne le lisais pas avant, je ne lirais pas après, tellement je trouve cet hebdomadaire grossier et vulgaire, est-ce pour autant que je ne suis pas Charlie ?

J’ai acheté, comme tout le monde, et pas pour spéculer, mais pour soutenir, le numéro qui a suivi l’attentat, et la grossièreté, la vulgarité m’ont choquées, me choquent, pardonnez-moi, cette énergie négative d’une espèce de gauche petite-bourgeoise qui se délecte dans la vulgarité comme d’une certaine noblesse d’expression, n’apporte, à mon sens, aucune onde positive dans les messages distribués, il n’y a que revanche et une certaine image de la haine ; combat-on la haine avec la haine ? Je ne crois pas. Ce doit être ce que l’on appelle la satire, et je dois être figé dans le temps, car la satire je l’apprécie quand elle est faite avec intelligence et courtoisie, comme celle de Monsieur Boileau.

Est-ce pour autant que je ne condamne pas le crime odieux commis par des Français psychopathes plus que par des croyants investis par une pseudo volonté divine ?

Souvent, je me demande pourquoi abattre 12 personnes d’un coup ? Ne serait-ce pas pour dissimuler une cible unique, un objectif particulier ?

Aujourd’hui, comme une vapeur de National Socialisme s’étendant sur la France, la terreur est double, d’une part, celle d’un état "terroriste" je m’explique, un état qui sème la terreur en pointant la justice du doigt sur tous ceux qui oseraient prétendre qu’il ne sont pas Charlie, qui n’auraient pas fait la minute de silence, qui seraient des terroristes issus d’une cinquième colonne, montée et organisée de toute pièce par ce même état qui a laissé grandir le radicalisme musulman pendant des années, sans jamais agir, alors que le peuple français manifestait depuis longtemps son désaccord face aux abus des radicaux de l’islam qui s’imposaient de façon outrancière au cœur même d’une démocratie laïque, imposant leur volonté jusque dans les écoles de la république et ce n’est pas être raciste que de relever des faits.

Et tous ceux qui avaient le courage de manifester leurs inquiétudes étaient systématiquement accusés de racisme par un PS hypocrite qui montre aujourd’hui son vrai visage. Alors ces déçus n’ont trouvé meilleur refuge que le FN pour exprimer leur pensée devenue haine à force de mépris, mais on ne remplace pas une déception par un diable haineux.

A-t-on oublié le discours de Jacques Chirac lors de sa seconde campagne présidentielle, lorsqu’il haranguait les foules en affirmant que dans "certaines cités ça sentait la merguez..." Oh, mais si un citoyen disait cela aujourd’hui, Monsieur Valls grand défenseur du "vivre ensemble" en appellerait à la justice, pourtant une vidéo circulant sur internet, le montre en compagnie d’un camarade du PS déclarer que "ça manque de blancs dans ce marché", à tors ou à raison, ce n’est pas à moi de juger.

Lorsque Monsieur Chirac parlait déjà d’un radicalisme contre lequel, lui, son équipe, comprenant Juppé, Raffarin, Sarkozy et les autres, n’ont strictement jamais rien fait pour briser dans l’œuf le radicalisme musulman pour s’en servir politiquement pour gagner des voix, trahissant leurs paroles, pire, la France, en alimentant la haine plus que la concorde et cela, jusqu’à aujourd’hui .


Aujourd’hui en France, l’état terrorise le citoyen, en pointant du doigt un ennemi invisible pouvant frapper à n’importe quel moment et n’importe qui ; nous avions déjà été préparés à cet attentat par des actions menées dans toute la France par des déséquilibrés se revendiquant de 'l’islam selon les autorités plus que d’après les témoins directes des drames, Charlie se moquait bien de ces faux terroristes, il pointait même les arrogances de la Gauche au point de gêner le gouvernement en place depuis plusieurs années, étonnant pour un journal de Gauche ?

"L’ennemi c’est l’Islam, c’est fait, il est enfin désigné ce démon aux dents longues, on a laissé agir "les intégristes" depuis trop longtemps sur notre territoire", il fallait donc un électrochoc à la mode américaine, à la manière du 11 septembre pour déclencher la terreur, réviser les lois, terroriser le peuple en faisant semblant de le protéger, suspecter tout le monde, sa famille, son voisin, les enfants à l’école. Et paradoxalement, on continue à financer les mosquées, à détruire les églises et à vouloir déposer tous les monuments religieux en France sous prétexte de laïcité ? Même Poutine en Russie a renoncé à stigmatiser l’orthodoxie avec intelligence.

Je suis navré de dire cela, mais lorsque je vois un crucifix au bord d’une route ou la sainte vierge, je suis rassuré, une atmosphère de plénitude m’enveloppe, alors pourquoi nous retirer notre héritage culturel et religieux ?

Pourquoi devenir des talibans français, ils ont fait sauté à la dynamite les Bouddhas géants de Bamiyan et aujourd’hui, notre état, avec l’aval du ministère de la Culture, détruit notre patrimoine religieux dans toute la France ?

Alors, toutes les musiques sacrées devraient subir le même sort, et les peintures les plus belles de Michel-Ange, Poussin, le Caravage, Titien... également, à force de vouloir appliquer la laïcité on devient un nazi acculturé, c’est exactement ce qui se passe en France, ceux qui votent les lois sont ignares et servent les intérêts de ce grand frère américain qui nous impose justement sa culture de la banque, de la technologie, de la malbouffe, aux dépens de celle de l’intelligence et de l’élévation spirituelle.

Ainsi, la nouvelle norme de pensée de condamner ceux qui ne sont pas Charlie est un autre totalitarisme instauré au cœur d’une démocratie de Gauche et je crois que, même les journalistes et dessinateurs de Charlie seraient horrifiés de ce que fait le gouvernement aujourd’hui avec des enfants que des commissaires de police doivent entendre pour "apologie du terrorisme".

D’un côté, la loi française considère qu’un enfant n’est pas responsable de ses actes avant 18 ans, de l’autre, on le soupçonne d’être un terroriste parce qu’il est musulman ?

Ferait-on la même chose avec un enfant de confession juive qui se réjouirait du génocide palestinien ? Non, certainement pas, pourtant on entend très souvent ce type de remarques qui ne sont jamais relevées par le système, pourquoi ? Il n’y a aucune justification de se réjouir du massacre de l’espèce humaine.

Ou d’un chrétien qui se réjouirait des massacres commis par ISIS en Irak et en Syrie sur les populations musulmanes ?

Il y a deux jours je pleurais, oui, je n’ai pas honte de le dire, je pleurais face à ce que l’on fait subir à des enfants en Syrie et en Irak, les islamistes psychopathes d’ISIS ou Daesh, tranchant la tête des enfants, crucifiant, violant, s’en servant comme arme de guerre, comme bombe humaine, et en France, on appelle des enfants devant des officiers de police pour apologie du terrorisme ?

Aux États-Unis, on a arrêté un enfant autiste parce qu’il avait écrit sur le mur des toilettes qu’il allait poser une bombe ???? Un enfant autiste, les gars, ça va, vous réalisez ce que cela veut dire ? Maintenant, en Occident, nos enfants sont des criminels en puissance ? Ce sont ceux qui nous gouvernent qui sont des criminels, pas les enfants.

N’y a-t-il aucun philosophe qui ait le courage de parler de ce sujet comme d’une véritable menace pour la démocratie et pour la liberté d’expression sous un gouvernement de Gauche en France ?

Nous vivons une époque formidiable...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11260 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine