Magazine Culture

Le concert interrompu, polar historique de Pierre Legrand et Claudine Cambier

Par Mpbernet

titien_concert

Voici le premier volume d’une série annoncée de polars historiques dont le cadre se situe à Venise, en 1510, au temps de l’administration du doge Leonardo Dandolo (ci-dessous portraituré par Giovanni Bellini).

2960080475

On y retrouve comme personnage principal Nicolo Aurelio, Grand Chancelier de la Sérénissime, suité de son sbire Mosca et la fascinante Laura Bagarotto. Car ces protagonistes sont aussi les héros d’un autre cycle dont j’avais lu avec bonheur les deux premiers tomes : « Cinquecento », et dont je pensais qu’il avait fallu à leurs auteurs – mari et femme dans la vie – réunir une documentation considérable. Comme tout le monde n’a pas le loisir d’avaler des pavés de 500 pages, voici une façon de remettre en scène des personnages bien sympathiques …

Leonardo_Loredan

Comme toujours avec Pierre Legrand, l’intrigue a pour origine un tableau de maître. Ici, c’est « Le concert », œuvre longtemps attribuée à Giorgione, mais en fait terminée par Le Titien. Trois figures : le chanteur en second plan et riche parure, le joueur d’épinette qui tourne la tête avec surprise, le moine dominicain avec en  main une viole de gambe. Cette toile recèle un secret qui demandera à Aurelio plusieurs mois d’investigations dans la plus grande discrétion avant de tirer le fin mot de l’affaire.

Après plusieurs mois et plusieurs cadavres - en particulier celui d’un éminent membre de l’aristocratie marchande de Venise - avec constance et sagacité, l’homme aux tempes légèrement argentées et au regard gris, amateur d’art et de jolies femmes, saura dénouer les fils d’une manipulation politique criminelle.

Le cadre est somptueux, l’écriture ne l’est pas moins, on passe un très bon moment, on se replonge avec délices dans les portraits de l’époque : Bellini, Giorgione, Titien, on se laisse emporter sur la lagune, au rythme de gondoliers qui entendent bien des secrets, tout comme les valets fidèles n’ignorent rien des turpitudes de leurs maîtres.

Evidemment, rien à voir avec les enquêtes de Guido Brunetti, encore que .... Je sens que je vais me laisser tenter par la suite de la série ….

Enquêtes vénitiennes n°1 : Le concert interrompu, par Pierre Legrand et Claudine Cambier (éditeurs – distribué par Amazon) 244 p., 15€.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte