Magazine Cinéma

Le Hobbit : La Désolation de Smaug (3D)

Publié le 11 mai 2014 par Fri91
Le Hobbit : La Désolation de Smaug (3D)

Dégage Peter Pan, je ne te rendrai pas ton costume !

Le Hobbit : La Désolation de Smaug (3D)

Nous avions laissé Bilbon Sacquet non loin du trésor tant convoité gardé par le terrifiant dragon Smaug. Alors que Gandalf part en exploration de son côté, lui aidé des nains reprend sa route en direction de la montagne. Sur leur chemin, ils vont croiser la communauté des Elfes et recevoir l'aide inattendue d'un certain Legolas et de la nouvelle venue Tauriel. En plus de devoir traverser la Forêt de Mirkwood ou devoir infiltrer Lacville sans se faire arrêter à la douane, ils vont devoir surveiller leurs arrières car les Orcs ne sont pas loin, quant à Bilbon il va essayer d'apprivoiser un anneau très précieux...

Peter Jackson avait au début envisagé seulement deux films pour raconter ce prequel et quand on sort de la projection de ce second volet, on se demande si ce choix n'aurait pas été plus judicieux. Alors que le 1er opus se terminait sur la vision des grosses énormes narines de Smaug et qu'on s'attendait à un nouveau film beaucoup plus axé sur l'action et sur un combat imminent avec lui, on est reparti pour 1h30 de voyage au milieu des forêts et des montagnes avant d'y assister. Ce n'est pas pour autant déplaisant car les décors et les effets numériques sont toujours aussi soignés, et Martin Freeman est parfait dans le rôle principal, mais qu'est ce que ça traîne en longueur ! De plus, l'introduction du personnage de Tauriel qui n'existe pas dans le bouquin, est un simple prétexte à une amourette inutile à laquelle on ne croit pas un seul instant tellement elle est mal amenée et intégrée au scénario original. Le personnage de Legolas est plus proche de la réalité que dans la 1ère trilogie, mais au final son côté antipathique impose un jeu uniforme à Orlando Bloom qui semble ne laisser transparaître aucune émotion. On a heureusement d'excellentes scènes comme la traversée de la forêt avec l'attaque des araignées qui est un véritable moment de tension, et la 3D renforce ce côté flippant quand l'une d'elle donne littéralement l'impression de nous sauter dessus. Cependant, l'histoire part un peu dans tous les sens, Gandalf marche, marche et marche encore pour aller se battre tout seul dans son coin tandis que les nains marchent marchent et marchent encore pour enfin atteindre l'entrée de la montagne. Lorsqu'ils arrivent à la rencontre de Smaug, les effets visuels sont vraiment très beaux et il se déplace avec une fluidité impressionnante au milieu des milliers de pièces d'or, tandis que sa voix est une vraie réussite. Bilbon fait joujou avec son anneau, et les effets sont tout aussi réussis lorsqu’il le porte. On est enfin au cœur de l'action et ce qui se trame à Lacville nous donne de gros indices sur le dénouement de ce combat, mais alors que le film a enfin un rythme de croisière respectable, on est coupé dans notre élan par le générique de fin.

En résumé : Alors que j'attendais beaucoup de ce film puisque le précédent a posé les bases du scénario, c'est une vraie déception pour ma part. Certes, la magie opère toujours et l'univers reste magnifique, mais je m'attendais à un rythme plus soutenu et il est limite plus mou que dans le 1er volet. Les effets numériques sont très bons, mais à vouloir tirer sur la corde, Jackson finit par lasser. Plus qu'à attendre quelques mois pour espérer un final plus épique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fri91 29 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines