Magazine Culture

Carnet / Du voyage nocturne

Publié le 09 février 2015 par Christian Cottet-Emard

Je me suis toujours considéré comme quelqu’un qui n’a aucun sens de l’orientation.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

Entre dix-sept et trente ans, les années où j’ai été le plus contraint de me déplacer pour des raisons professionnelles, j’en étais même arrivé à la conclusion que je souffrais de débilité spatiale. En réalité, je me perdais partout où j’allais parce que je n’avais pas envie d’y aller ! J’ai commencé à m’en rendre compte lors de mes séjours à Venise, ville où je me repère assez bien parce que je n’ai aucune urgence à le faire lorsque je m’y promène. Mais s’il est une ville dont l’organisation spatiale s’est très rapidement installée dans mon esprit, c’est bien Lisbonne. Pour oublier la neige, j’y flâne ce soir en rêve éveillé puisque j’ai l’impression de ne plus rêver en dormant. Je dors d’un sommeil léger et fatigant déserté par les grands rêves baroques desquels il m’arrivait d’émerger tout ébloui il y a très longtemps. Ce soir, j’essaie de me conditionner pour une balade en songe à Lisbonne, pourquoi pas dans le grand parc du Principe Real que j’affectionne tout particulièrement ? J’y trouverai bien un banc pour rêvasser au son d’une Gnossienne de Satie (en hommage au grand Aldo Ciccolini tout récemment disparu) extraite de ma discothèque portative, celle que j’ai dans la tête et qui me rend distrait de tout ce qui me fatigue en ce moment d’être français. Sur le soir, je pourrais descendre direction Restauradores puis remonter vers mon magasin de cigares, juste derrière la statue de Pessoa attablé au très touristique café A Brasileira.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

J’aurais d’ailleurs croisé le poète quelques mètres plus bas au milieu des passants car à Lisbonne, il est partout. La dernière ville littéraire d’Europe, j’ai désormais la chance d’y aller quand je veux. Que mon sommeil lent comme un vieil electrico m’y conduise cette nuit !

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,voyage,nocturne,lisbonne,portugal,tramway,electrico,principe real,restauradores,blog littéraire de christian cottet-emard,venise,italie,europe,direction,sens de l'orientation,gnossiennes,satie,aldo ciccolini,pianiste,piano,fernando pessoa,poète,poésie,littérature,rêve,sommeil,neige,jura,banc

Photos © Christian Cottet-Emard, 2014


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christian Cottet-Emard 3089 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine