Magazine Culture

[anthologie permanente] Caroline Bergvall (par Jean-René Lassalle)

Par Florence Trocmé

Chàir (selon Kathy Acker) 
 
J’écris dans le vertige qui saisit ce qui déborde de langage et tente de s’échapper le traversant : l’abîme nommé fiction. 
 
Qui tenait Corsets pour courtisables a tenu le contemplatif Sous la Main ce que j’emporterais pour faire Génuflexions je le porte à s’agenouiller. M’apporte au Chavirement étouffe mon Hopen Se Déploie comme un Muscle. Comestible mollusque bivalve. FLux s Ein illumine follement les prémices matériau vivant ressent ni Haine ni A. Figure s à go envisagent une clai plage re côte m odes d’efacement. Circuits entiers déliErrant en friction. Un visage frein é Bien-Tombé accélère les Sillons de Gyration comme-a la Suture de la Pensée comme-a la Très Éphémère Sécurité de la Peau. CUlifourchon alunit. A-Secret. Te salue. En-Bouche, Regina ! 
 
Extrait de : Caroline Bergvall : Fig, Salt 2005. Traduit de l’anglais par Jean-René Lassalle. 
 
 
Flèsh (according to Kathy Acker) 
 
I write in the dizziness that seizes that which is fed up with language and attempts to escape through it: the abyss named fiction. 
 
Who held Girdles wooed held the contemplative To Hand that which I’d take for Genuflections I take to genuflecting. Takes me by the Keel-Over busts my Hopen Fans Out like a Muscle. Edible bivalve mollusc. EBb Reast lights the premises maddeningly live-matter feels no Hate no L. Go Figure s envisage a clea beach r coast m odes d’efacement. Entire circuits tRipping on friction. A face slow ed Right-Down revs the Grooves of Gyration comma the Stitching of Thought comma the Very Temporary Safety of Skin. AStride alights. L-Keeps. Hail. In-Mouth, Regina! 
 
 
Extrait de : Caroline Bergvall : Fig, Salt 2005.  
 
• 
 
Sur Face  (extrait) 
 
Une face rencontrée 
     à première vue n’est pas adorée 
sadorée en-face faut exacerbe motifs de reconnaissance 
Saffaisse rencontrée n’est pas  
adorée en première 
vue pourtant 
   syncope et provoque le visage 
   chargeRetourne su rface 
 
     Adorée est pulsation 
   Frisson face visage adore-adoré 
Frissonne syncope sans visage sans face 
pourtant quand adoré délice à ce profond absentement 
pourtant quand non-adoré rend sans visage 
     Horreur aux absentés 
Veu   pa   don-nœud 
   l’autre saisirait ici quelquepart p 
   pré-visible en surface, n, les autres sont diff, 
c’en est une, tu sais, à strates 
Aucun pt de surf 
     Contra dorant 
   très contraire 
 
Portraiturer degrés d’une face d’apr degrés de proximité 
effacer les degrés d’une face d’apr grés de résistance 
Qnd on lui fait face, un pt de proximité 
   affiche un précaire équilibre de tranquillité 
   Soudain excité 
 
Son battement vers son no-donen 
   vocab, douleur sonore 
   seulement ç 
veuxdire breloque épou si a eu ce 
   plein-visage durant des jours 
   desserre matelassage 
   comme enmasque larguant 
disparaîtr a k caravane de faces, poussière en part 
iculesBeaucoup ador 
ées s’agrègent en une 
chute pour pétrir la douleur détachée 
transvisagée du crâne 
 
   Montre ton épouse-face 
Dans tienn 
Gr ll grandit une grille ou végétative 
molec démêle 
   un genre vénéré sonnant comme 
ce Fondu en une 
   Dissemblable en vraisemblable 
Et la semblance des mouches 
Dissemblable en vraisemblable 
Invraisemblable pour 
invraisemblable    
 
Extrait de : Caroline Bergvall : Fig, Salt 2005. Traduit de l’anglais par Jean-René Lassalle 
 
 
About Face (extrait) 
 
A face encountered 
   at first sight is not adored 
tadored aface must exacerbates motifs of recognition 
Saffaisse encountered is not 
adored at first 
sight yet 
   syncopates provokes face 
loadTurn abou tface 
 
   Adored is a pulse 
   Shudder face face adored adored 
Shudder syncopate faceless faceless 
yet when adored delight at this profound absenting 
yet when unadored makes faceless 
   Horror at the absented 
Don wan don noeud 
   another would have it here inaway f 
   foreseeable at surface, n, the others are diff, 
this is a, you know, layers 
No pt of surf 
   Unlika doring 
   most unlike 
 
Portray degrees of face acc to degrees of nearness 
remove degrees of face acc to de grees of resistance 
Whn faced a pt of nearness 
   strikes a precarious balance of stillness 
   Then arousal 
 
Its to beat at to nodonen 
   vocab, pain sound 
   only thi 
 
Imean jool s bri if had that 
   face-up for days 
loosens padding 
   like amask dropsout 
fall away a k caravan of faces, dust part 
iclesMany ador 
ed gather in one 
fall to knead pain detached 
likefaced from skull 
 
   Show your face-bride 
In yr! 
Gr d grows a grid or plant-like 
molec unravels 
   type revered asound like 
that Gone in one 
   Unlike made unlikely 
And the likeness of flies 
Unlike made likely 
Unlikely kept 
unlikely 
 
Extrait de : Caroline Bergvall : Fig, Salt 2005.  
 
• 
 
Via
(extrait) 
 
1. 
Au long de notre voyage de vie, mi-chemin, 
je me retrouvai dans une sombre forêt 
où la route droite ne s’étendait plus 
   (Dale, 1996)  
 
2. 
Au médian de notre voyage de vie 
Je me trouvai égaré dans une sombre forêt 
Car le droit sentier avait disparu. 
   (Creagh et Hollander, 1989) 
 
3. 
AU MILIEU accompli de notre tribulation de vie, 
Alors me manqua la voie correcte, dans un bois noir de nuit 
Peinant, je me trouvai. 
   (Musgrave, 1893) 
 
4. 
Au mi-lieu de cette route que devons parcourir, 
Je me trouvai obscurci dans une grande forêt, 
Hébété, je savais que j’avais perdu la voie. 
   (Sisson, 1980) 
 
5. 
Au milieu de ce voyage de notre vie 
Je m’éveillai ému dans un bois sans soleil 
Car je m’étais écarté de l’étroit chemin 
   (Zappulla, 1998) 
 
6. 
AU MILIEU de notre voyage de vie, dans un bois, 
Hors du droit chemin je me trouvai égaré. 
   (Heaney, 1993) 
 
7. 
Au milieu du périple de notre vie 
je me retrouvai dans cette forêt obscure, 
à des kilomètres de la bonne route. 
   (Ellis, 1994) 
 
8. 
Au mitan durant le voyage de notre vie, 
Je me trouvai en un bois sinistre, 
Pour la raison que la voie directe était perdue. 
   (Pollock, 1854) 
 
Extrait de : Caroline Bergvall : Fig, Salt 2005. Traduit de l’anglais par Jean-René Lassalle 
 
 
Via (extrait) 
 
1. 
Along the journey of our life half way 
I found myself again in a dark wood 
wherein the straight road no longer lay 
   (Dale, 1996) 
 
2. 
At the midpoint in the journey of our life 
I found myself astray in a dark wood 
For the straight path had vanished. 
   (Creagh and Hollander, 1989) 
 
3.  
HALF over the wayfaring of our life, 
Since missed the right way, through a night-dark wood 
Struggling, I found myself. 
   (Musgrave, 1893) 
 
4. 
Half way along the road we have to go, 
I found myself obscured in a great forest, 
Bewildered, and I knew I had lost the way. 
   (Sisson, 1980) 
 
5. 
Halfway along the journey of our life 
I woke in wonder in a sunless wood 
For I had wandered from the narrow way 
   (Zappulla, 1989) 
 
6. 
HALFWAY on our life’s journey, in a wood, 
From the right path I found myself astray. 
   (Heaney, 1993) 
 
7. 
Halfway through our trek in life 
I found myself in this dark wood, 
miles away from the right road. 
   (Ellis, 1994) 
 
8. 
Half-way upon the journey of our life, 
I found myself within a gloomy wood, 
By reason that the path direct was lost. 
   (Pollock, 1854) 
 
 
Extrait de : Caroline Bergvall : Fig, Salt 2005.  
 
 
[présentation, choix, traductions inédites de Jean-René Lassalle] 

bio-bibliographie de Caroline Bergvall


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines