Magazine Beaux Arts

Une Coupe cérémonielle des îles Salomon

Publié le 09 février 2015 par Detoursdesmondes
ParisTribal2015_Touchaleaume

La Galerie Pablo Touchaleaume exposera à l'occasion de Paris Tribal 2015 une coupe provenant des îles Salomon de taille exceptionnelle (Longueur 334 cm, largeur 49 cm, hauteur 52 cm).
Si l'on suit la notice de la galerie, il s'agit d'une
"Pièce de bois monoxyle sculptée à l’herminette, en forme de pirogue reposant sur une base. La surface intérieure et extérieure est recouverte d’un enduit brun-noir, le décor est gravé et incrusté de nacre de nautile et de coquilles de tridacne fixées à la résine de noix de parinarium, ou peint au pigment blanc, à motifs de nageoires de bonites, de frégates et de dessins abstrait. Une tête de bonite est sculptée aux deux extrémités."
Beattie-1913-Cologne
"Ce type de coupes de tailles très diverses conservées dans la maison à canots sacrée dite aofa, avec les pirogues pour la chasse aux têtes et les grands poissons-reliquaires étaient utilisées lors d’offrandes rituelles dédiées aux esprits tutélaires ou à l’occasion de banquets cérémoniels.
Notre coupe est très proche dans sa forme générale et dans son décor à têtes de bonites de celle photographiée par Bernatzik en 1936 sur l’île de Santa Ana, qui doit mesurer environ deux mètres. Ces deux coupes sont probablement des créations de la même main.
Bernatzik

Sur la plupart des autres coupes répertoriées, l’une ou les deux extrémités sont sculptées de têtes de frégates associées parfois à de petites sculptures de bonites complètes.
Plus rarement l’on observe la présence de figures anthropomorphes. La base et la forme plus ou moins incurvée du récipient ainsi que le décor de nageoires stylisées sur les côtés sont des caractéristiques communes à toutes ces coupes.
Barbier-mueller-salomonjpg

La bonite est une variété de thon se déplaçant en bancs importants qui n’apparaissent qu’irrégulièrement, à une seule période de l’année, suivant les migrations des bancs de petits poissons dont ils se nourrissent.
La présence de ces bancs est signalée par les frégates et autres oiseaux pécheurs. Les requins, chassant les bonites, rôdent par centaines autour des bancs.
La conjonction de la présence des bonites, des requins et des frégates est considérée par les autochtone comme une manifestation d’essence divine.
La bonite est considérée comme un cadeau des dieux dont il convient de s’attirer les faveurs par des offrandes appropriées.
Bernatzik-1936

L’initiation des jeunes garçons, à laquelle assista Hugo Bernatzik en 1936, débute lorsque les pirogues sacrées sont de retour d’une pêche fructueuse, pleines à ras bord de poissons. Chaque garçon monte à bord d’une pirogue, se saisit d’une bonite à plein bras comme s’il l’avait capturé lui-même, et boit quelques gouttes de sang du thon, s’emparant ainsi de ses forces surnaturelles. Après une période de réclusion de six mois dans l’aofa, le retour des initiés dans la communauté est célébré par des parades, danses et banquets utilisant les coupes cérémonielles".
Texte © Pablo Touchaleaume
Photo 1 : Courtoisy Galerie Pablo Touchaleaume
Photo 2 : in D. Waite, Art des Iles Salomon, Musée Barbier Muller, 1983. Photo 1913, J. W. Beattie.
Photo 3 : in Hugo Bernatzik, em>Mers du Sud, Ed. 5 continents, Milan, 2002. Photo 1924 au village de Gupuna, île d'Owa Raha.
Photo 4 : Différentes coupes de la collection Barbier-Muller in D. Waite, Art des Iles Salomon, Musée Barbier Muller, 1983
Photo 5 : Hugo Bernatzik, 1936 © Bernatzik Bildarchiv, Vienne

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6855 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines