Magazine Cinéma

Spartacus et Cassandra : un bijou de documentaire fort et optimiste!!

Par Filou49 @blog_bazart
10 février 2015

SPARTACUS+CASSANDRA

Je vous avais parlé l'an passé pendant le Festival de Cannes d'une sélection parallèle aux sélections officielles, celle  de l'ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) une  collection qui met en avant des films indépendants et qui proposent souvent un regard cinématographique assez singulier, et qui tranche sur le reste des sélections, souvent plus mainstream, voire consensuelles.

Ainsi, l'an passé, fut montré à l'ACID un film Spartacus et Cassandra, qui a bouleversé tous ceux qui l'ont vu, et ainsi, ce dernier n'a pas eu de mal à trouver un distributeur, Nour Films qui m'a d'ailleurs permis ( merci à eux) de voir le film en avant première avant sa sortie demain, ce mercredi 11 février, dans un certain nombre de salles françaises.

Et je voulais absolument vous  parler du film avant sa sortie, tant le film mérite ses louanges et touche aussi bien par le fond que par la forme.

Spartacus et Cassandra est en effet un documentaire mêlant images prises sur le vif et voix-off très écrites qui pporte un contrepoint poétique et lyrique à une histoire doté d'enjeux dramatiques forts, et qui surtout donne une autre vision à une communauté souvent stigmatisée et caricaturée dans le débat publique, celle des roms.

 

cassandra
Spartacus et Cassandra sont les ( beaux) prénoms de  deux adolescents de la communauté rom arrivés en France quand ils étaient petits, avec leurs parents. Ils ont été recueillis par une jeune femme, Camille, trapéziste dans un cirque, parce que leurs parents, qui mendient dans la rue,  n'ont pas les moyens de s'en occuper, bien qu'ils soient toujours proches de leurs enfants. Ils ont été pris en charge par Camille, une très jeune femme qui se bat becs et ongles pour leur offrir un avenir un peu plus rose que celui qui leur a été promis à la naissance.

A la frontière du documentaire et de la fiction, le cinéaste Ioanis Nuguet suit à la fois leur parcours dans leur quotidien le plus prosaïque  (démarches chez le juge, vie auprès de leurs parents, à l'école...) sans oublier d'y inclure de belles envolées de réalisation plus lyriques et notamment des voix off qui confèrent au film de Nuguet un vrai élan et une vraie profondeur psychologique par rapport aux documentaires traditionnels. 

Car Spartacus et Cassandra sont avant tout de magnifiques héros, tout aussi ( plus?) beaux que des héros de fiction.

On comprend  aisément pourquoi Ioanis Nuguet, (qui s'est immergé pendant trois années dans la communauté rom) a eu immédiatement envie de les filmer, alors même qu'il travaillait à l'origine sur un projet de long métrage de fiction situé dans la communauté rom et ql a rencontré ceux qui allaient devenir les deux protagonistes de son film.

  Des protagonistes très jeunes, qui très tôt, vont être amenés à perdre leur insouciance  et à endosser des responsabilités en lieu et place de leurs géniteurs qui faillissent dans leurs missions de parents.

spartacus

Car si le père des gosses tient à garder ses enfants et a du mal à accepter la prise en charge par une famille d'accueil, son alcoolisme et sa violence lui fait perdre tout le crédit auprès des pouvoirs judiciaires, mais aussi, et c'est évidemment le plus cruel auprès de Spartacus et Cassandra qui vont peu à peu comprendre  que leur seule chance de s'en sortir et de grandir sera de prendre leurs distances par rapport à ses parents certes aimants ( même si ils le montrent peu) mais inadaptés dans leurs  prérogatives éducatives.

Sans jamais enjoliver les faits, la caméra à l'épaule de Nuguet nous montre une réalité brute d'un contexte familial qui dysfonctionne. Une réalité certes éprouvante mais que le cinéaste parvient à rendre jamais pesante, d'une part grâce à de belles idées de mise en scène qui amène de la poésie au récit, et d'autre part en posant un regard plein d'humanité sur ses personnages, les jeunes ados roms bien sur, mais aussi cette Camille qui n'aura de cesse de donner à ces enfants en souffrance un repère, un cadre, et une autorité parentale dont les enfants sont dépourvus.

Bref, un très beau documentaire, fort, intelligent, touchant et en fin de compte assez optimiste à ne pas rater s'il passe dans une salle proche de chez vous dès mercredi prochain.

Bande-annonce : Spartacus & Cassandra


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines