Magazine Culture

[anthologie permanente] Gérard Macé

Par Florence Trocmé

Gérard Macé publie Homère au royaume des morts a les yeux ouverts aux Éditions Le Bruit du temps. 
 
Vieux penseur 
 
qui ne veux rien changer au langage, 
tu pèses les choses et les astres, et même 
les souvenirs sur des balances où le temps 
met tout son poids. Vieux penseur sans visage, 
tu nous parlais des vérités consolantes, 
du travail et de la magie, de l’absente 
de tout bouquet dont les pétales 
étaient un emblème : le langage n’a pas 
d’odeur, ni la fleur d’or de la mélancolie.  
 
Tu sais qu’une rose est une rose dans toutes les langues. 
Autrefois c’était un reste de raison qui t’empêchait 
de croire au sens caché, aujourd’hui c’est le cœur  
qui refuse de s’emballer, de battre plus vite 
en courant après des fantômes 
 
./ 
 
Le vivace aujourd’hui,  
 
le vorace autrefois ont laissé des traces de leur combat 
au bord du vide, où pousse une fleur bleue 
juste à côté des sandales d’Empédocle. Philosophe 
au front brûlant, purificateur isolant l’amour 
et le poison dont la haine a besoin 
pour séparer les éléments, 
je pense à toi quand j’ai la fièvre et des visions.  
 
Icare au bord du gouffre, en proie 
au vertige au-dessus du volcan, attiré 
par un soleil bas qui brûle même en hiver, 
ton envol à l’envers me donne encore des frissons.  
 
./ 
 
Le récit des origines, 
 
ce n’est pas la flûte dans les roseaux ni la dune 
qui se met à chanter, c’est le tonnerre au théâtre :  
de la tôle qui se met à vibrer, des gongs et des éclairs, 
le rideau qui se lève et des ombres qui s’enfuient 
après les trois coups qui annonçaient le commencement.  
Beaucoup de bruit pour rien, mais il fallait que les lumières 
s’éteignent et que les conversations se taisent 
pour que renaisse le langage.  
Pour que les jumeaux désormais séparés 
inventent la mémoire en posant des questions.  
 
Celui qui voulait se souvenir de tout 
n’est plus que l’ombre de lui-même : 
devenu le souffleur de son propre rôle, 
il a besoin d’un livre ouvert pour retrouver la parole.  
 
Gérard Macé, Homère au royaume des morts a les yeux ouverts, Éditions Le Bruit du Temps, 2015, pp. 15, 17 et 29.  
 
Gérard Macé dans Poezibao :  
Bio-bibliographie, extrait 1, extrait 2, note création, note création, 
 
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines