Magazine Conso

Le chien des Baskerville – Sir Arthur Conan Doyle

Publié le 20 février 2015 par Biancat @biancatsroom

conan-doyle-chien-baskerville-sherlock-holmesCes derniers mois, je n’ai pas pris beaucoup de temps pour chroniquer mes lectures. Pour y remédier, je me suis donc engagée chez Bookyboop dans une lecture commune sur le thème de Sherlock Holmes, avec billet à l’appui !

Ayant adoré la série télévisée Sherlock et surtout, n’ayant jamais lu Sir Arthur Conan Doyle, il fallait absolument que je découvre le matériau original ! Après un trip spéléo dans ma bibliothèque, j’en ai retrouvé plusieurs volumes qui appartenaient à Chéri et j’ai jeté mon dévolu sur Le Chien des Baskerville, une des aventures les plus célèbres de Sherlock Holmes.

L’histoire : lorsque le Docteur Mortimer passe la porte du 221B Baker Street, c’est pour proposer à Sherlock Holmes et son acolyte le Docteur Watson une affaire des plus étranges. Son ami Sir Charles Baskerville vient en effet de mourir dans des conditions mystérieuses : aucune trace de blessure, seulement un masque de terreur imprimé sur le visage, comme s’il était mort… de peur. Or, dans la famille Baskerville, une légende raconte qu’une malédiction poursuit ses membres, malédiction incarnée par un chien monstrueux et meurtrier.

Fait notable dès le début du roman : Sherlock étant retenu à Londres par une affaire, c’est Watson qui est en première ligne de l’enquête sur le meurtre de Sir Charles. C’est lui encore qui accompagne le Docteur Mortimer dans la lande du Dartmoor à la rencontre de Sir Henry, héritier des Baskerville, et du chien légendaire. Sherlock est donc absent pendant une bonne partie de l’intrigue, absence qui se révèle être prétexte à l’entrelacement de plusieurs techniques narratives. Racontée par la voix de Watson, l’histoire passe ainsi du récit à la première personne au roman épistolaire, en passant par le journal personnel, ce qui amène du dynamisme à une intrigue somme toute assez linéaire. Bien que les styles plus ampoulés du XIXème siècle ne me rebutent pas, au contraire, j’ai été agréablement surprise par ce style précis et moderne.

Quant à l’enquête elle-même, elle est plutôt agréable à suivre et ménage bien son suspense, parsemant le récit de surnaturel, de révélations et d’apparitions de personnages inquiétants. L’ambiance, entre manoirs sombres et lande désolée, est évocatrice et prenante : tout ce que j’aime dans les romans anglais !

Et bien sûr, par cette lecture, je me suis surtout régalée à faire le parallèle avec la série de la BBC, dont un épisode fait directement référence au roman. Même s’il est en définitive peu présent dans ce volume, j’ai aimé retrouver le duo Sherlock / Watson, auquel les acteurs Benedict Cumberbatch et Martin Freeman sont très fidèles dans leurs interprétations. Malgré la transposition au XXIème siècle et une remaniement certain de l’intrigue, je n’ai pu que constater à quel point les scénaristes ont su conserver l’esprit de Conan Doyle, tout en y apportant classe et modernité. N’est-ce pas signe d’une adaptation réussie ?

Pour ce qui est des livres, je ne sais pas si je poursuivrai mes lectures de Conan Doyle, en tout cas cette première incursion m’a presque donné le regret de ne pas l’avoir lu plus tôt !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Biancat 331 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte