Magazine Culture

Le grand cœur

Publié le 22 février 2015 par Jperino @Jonoripe

Jean Christophe Rufin occupe à l’académie française le fauteuil 28 qu’occupait avant lui Henri Troyat et comme il se doit, il a dû faire son éloge.

AVT_Henri-Troyat_3856.jpeg
Henri Troyat a écrit plus de cents romans. En lisant le Grand Cœur de Rufin, je me suis souvenu d’avoir lu, il y a longtemps et avec grand plaisir « La lumière des justes ». C'est une grande fresque qui raconte le mouvement décembriste qui vers les années 1825 met en scène les jeunes officiers aristocrates, retour de Vienne et inspirés de la révolution française, aux prises avec le nouveau tsar Nicolas premier. Cette fresque préfigure certains aspects de la révolution d’Octobre qui aura lieu au début du vingtième siècle. La jeune veuve aristocrateaux idées républicaineset son officier amoureux finissent en Sibérie toujours très amoureux. Un bon souvenir de lecture. On en a tiré une série télé. 

Le grand cœur raconte l’histoire de Jacques Cœur  né dans une famille de la moyenne bourgeoisie de Bourges et qui va devenir un membre influent du conseil de Charles VII, le petit roi de Bourges qui grâce à Jeanne d’Arc et quelque bons conseillers comme Jacques va reconquérir le royaume de France et terminer la guerre de 100 ans.

le-grand-coeur,M90951.jpg
Romancé, Le Grand Cœur nous dépeint en Jacques un homme profond en avance sur son temps. Il veut tracer un trait sur la guerre de 100 ans et sur cette chevalerie devenue ringarde pour nous embarquer dans les joies du commerce mondialisé (le monde de la Méditerranée, le seul ou presque). Pour Jacques, finies les querelles stériles, tout le monde va commercer avec tout le monde et la prospérité va régner. Il établit des contacts y compris avec les mécréants du Caire qui nous prennent pour des infidèles.

On pourrait presque se croire à l’aube de la révolution française. Ceci est aussi dû à Charles VII. Un personnage retord, rusé, calculateur mais très habile et qui s’appuie sur des bourgeois pour ne pas se faire bouffer par les princes devenus avides après l’avoir aidé à terminer la guerre de 100 ans.

Rufin recrée habillement l’univers de cette première moitié du XVième siécle dans laquelle se termine le moyen âge et débute la renaissance en particulier en Italie, à Florence, à Gènes, à Rome, renaissance qui mettra encore quelque temps à arriver en France et dont Jacques Cœur serait un grand précurseur selon Rufin. La relation avec Agnès Sorel, la dame de Beauté maîtresse du roi, est inventée mais l’auteur la rend très crédible.

Un bon roman agréable à lire. Lisez-le, surtout si vous aimez les biopiques et l’Histoire


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jperino 388 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine