Magazine Afrique

Autant pour moi

Publié le 24 février 2015 par Gaylussac

Je me disais que l’Europe était le continent qui aura réussi le premier à faire de la paix un acquit.
Je me disais que le Prix Nobel de la Paix 2012 était en réalité décerné à l’Europe toute entière de Reykjavík à Vladivostok.
Je me disais que les  guerres des Balkans avaient été le dernier épisode d’une très longue série des barbaries ayant endeuillé le vieux continent plusieurs millénaires durant.
Autant pour moi.
Monsieur Poutine avait, semble-t-il, une raison de croire que tous les comptes n’avaient été réglés au lendemain de la chute du Mur de Berlin.

J’imagine le maître du kremlin en train d’y penser en se rasant: « si Bush a envahit l’Irak unilatéralement, je pourrais faire autant de la Géorgie et de l’Ukraine ».
Pauvre Ukraine. Je me souviens de ces propos de Barack Obama: « l’Ukraine n’a pas à choisir entre la Russie et l’Occident ».
Si l’Ukraine n’avait pas à choisir entre les deux extrêmes il lui restait un troisième choix. Un choix d’autant plus improbable que les uns et les autres n’ont jamais été disposés à faire des concessions. Ce troisième choix consiste, d’une part, à ménager les sensibilités de ceux qui sont de cœur avec la mère Russie et, d’autre part, à poser un pied dans l’Union Européenne. Autant dire que c’est un exercice d’équilibriste difficile voire impossible à réaliser.
Alors que le fameux accord de Minsk 2 commence à peine à produire ses effets, on croise les doigts. Personne n’a intérêt à voir une Europe à feu et à sang au moment où ça tire encore en Afrique et au Moyen Orient.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gaylussac 891 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte