Magazine Culture

Mumsy’s style

Publié le 26 février 2015 par Pomdepin @pom2pin

Ça ne m’arrive pas souvent, mais aujourd’hui, on va parler mode, enfin, vêtements, restons dans mes compétences. Même sous peine d’être privée de chocolat, je suis infichue de vous dire ce qui est mode ou pas. Mais ma fille a l’air au courant elle, et elle est formelle, ça ne va pas, je ne suis pas habillée comme il faut. Il parait que je ne ressemble pas aux autres mamans, et que c’est un problème. Évidement, je ne cherche pas délibérément à lui faire honte, quoique ça pourrait être drôle, pourtant elle insiste, il faut que je fasse un effort. Mais je vis dans l’Essex, cette terre de contraste qui a donné au monde reconnaissant les mini-jupes rose léopard à strass et le vajazzle. Je pensais que c’était une bonne chose de pas me fondre dans la masse. 



Mumsy’s style


Source

Une maman à la sortie d’une école, dans l’Essex a de grande chance d’être en survêtement rose en velours, taille très baisse (à peu près aux genoux), string brillant apparent, faux ongles de trois mètres de longs acérés et choucroute décolorée en béton armé. Elle affiche aussi été comme hiver, le teint resplendissant d’une carotte trop cuite. Moi pas. Je peux éventuellement tenter la choucroute non décolorée, mais avec ma tignasse de Chewbacca, ça ne tient pas et ça fait caniche après électrocution. Quand au survêtement, je refuse net d’en porter, je trouve ça hideux et avec mes kilos en trop, j’ai l’air d’un bibendum. Renseignements pris, ce n’est pas du tout ce que PrincesseDiva voulait dire, il ne faut pas que je ressemble à ce genre de mamans non plus.

Il y a la version upgrade, la maman Essex girl et fière de l’être, en talon aiguille (blanc et brillant), décolleté plongeant jusqu’aux rotules, pour qu’on puisse bien admirer ses tatouages (une croix celte, un félin quelconque, un proverbe chinois à propos de la cuissons des nouilles mais en caractères hébreux), la célèbre mini-jupe léopard pailletée autour de la taille, le maquillage et les accessoires directement piqués de la collection printemps/été 1984 de la Barbie lampe torche. Attention, on ne rit pas. Il s’agit du costume traditionnel d’une essex girl. On ne rigole pas avec le folklore local. Vous vous moquez des coiffes bretonnes, des échasses landaises ou de la bourrée auvergnate? Et bien, c’est pareil, sauf que ces braves essex girls prennent sur elles de faire vivre les traditions. C’est admirable. De loin. Ma fille n’approuve pas, ouf! 

Il y a le style SuperMum. Ou plutôt les styles SuperMum. Celle qui est habillée comme ma grand-mère, avec des espèces de sacs de pommes de terre  fleuris et  informes, des mocassins bien cirés et une choucroute aussi, mais moins gonflée. C’est l’adepte parfaite du mumsy style, le style mémère. La SuperMum moderne est un peu différente, en jeans de marque qui coûte un bras (et dans lequel je ne pourrais d’ailleurs mettre qu’un bras) et pull en coton bio, couleur diarrhée, tricoté avec les oreilles par des petits népalais handicapés. Je pourrais tenter le sac de pommes de terre à fleurs, je devrais y rentrer (et j’ai parfois des jupes à fleurs, mais elles ne font pas maman non plus toujours d’après PrincesseDiva , elles sont trop colorées. C’est sûr, des fleurs noires sur fond noir, ce serait plus discret). Mais je ne vois pourquoi je devrais me déguiser en rideau juste pour faire plaisir à ma fille. Cela dit, ce n’est pas ça non plus. Et je suis nulle, je fais exprès de ne rien comprendre. Charmante enfant. 

Il reste la maman crevée, qui a enfilé la première serpillère venue pour aller à l’école. Quoique, on reste dans l’Essex, elle a plutôt le vieux survêtement en velours de l’année dernière à la couleur indéfinissable, entre le gris tarmac calciné et le jaune canari constipé. Elle a des tongs aux pieds, même par -25. Si elle ne sortait pas d’un 4×4 géant, on serait tenter de lui donner un repas chaud. J’avoue, je pourrais très bien faire ça, mais je travaille aussi à l’école, je préfère avoir l’air propre devant les parents d’élèves. Alors là, ma fille est carrément énervée, maman, tu dis n’importe quoi, c’est pas comme ça non plus qu’il faut être!

Restons calme. Après tout, je ne suis pas comme ce papa qui avait fichu une honte monstre à sa fille, une de mes élèves, en arrivant à l’école avec les cheveux bleus d’un côté et rouges de l’autre (j’ai deja mentionné que je vis dans l’Essex, non? ). Et bien si! D’après ma fille, je suis dans cette catégorie et ça ne va pas du tout! Pardon? J’ai eu le tort de mettre des collants rouges (avec une jupe et un pull noir. Et j’ai aussi des collants verts, des jaunes et des bleus). C’est un scandale, PrincesseDiva n’a jamais vu une autre maman comme ça.  Alors soyons claires, ce n’est pas parce que les enfants ont un uniforme à l’école que je dois en faire autant. Je m’habille comme je veux, et tant pis si je ne ressemble pas aux autres. J’ai mis 20 ans à me ficher éperdument de ce qu’on peut penser de mon apparence, je m’éclate enfin avec mon manteau gothique, mes bottines à lacets et mes collants bizarres. Je ne vais pas changer pour mes fille, au contraire, j’espère bien qu’elles en feront autant et ne seront pas coincées comme je l’ai longtemps été. Ce n’est pas gagné avec PrincesseDiva, par contre PrincesseChipie a toujours un look qui fait plaisir à voir le week end. Dimanche, elle était en leggings rayé rouge et banc, jupe d’été rose, t-shirt vert à fleurs, veste bleue à pois marron et elle avait mis son serre-tête de Noël, celui qui clignote.

PrincesseDiva va être  contente, je viens de trouver des collants turquoises et une paire bordeaux. Je sens qu’elle va beaucoup aimé. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pomdepin 5864 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines