Magazine Culture

On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie

Publié le 27 février 2015 par Swann

Avant de parler d’eux, j’ai envie de te parler d’un truc étrange que je ressens. Je traverse une espèce de période trouble. Musicale, entendons-nous. J’ai du mal à ressentir un frisson en écoutant des nouveaux albums et j’ai le vague sentiment que les concerts ne me procurent plus vraiment de plaisir. Mais ça, c’était avant de retrouver 3 minutes sur mer. Je les avais déjà vus deux fois dans le passé. À la Dame de Canton et au Pan Piper. C’était il y a déjà plus de six mois. J’aurais voulu les revoir avant mais malheureusement, entre leurs concerts et moi, c’était une suite de rendez-vous manqués. Jusqu’à ce jeudi.

Il faut aller à la Menuiserie, à Pantin. C’est loin mais ça vaut le coup. Il pleut, il fait froid. Mais, je le sais, ça vaut le coup. Je passe mon tour sur la première partie, Lucien La Movaiz Graine, vraiment pas la musique que j’affectionne. Il n’est pas encore 21 heures quand Guilhem, Sam et Johan montent sur scène. La salle est blindée, certains badauds restent debout. « Qui a dit qu’on ne pouvait pas remplir des salles en banlieue?« , demande le chanteur. Rires collectifs.

Pendant une heure de concert, 3 minutes sur mer va traverser l’ensemble de son album Des espoirs de singes. Des chansons qui ne sont pas heureuses. Vraiment pas, elles parlent de périodes troubles, dans un français si beau et si rare qu’on n’a même pas envie de pleurer, juste d’écouter. Les textes sont subtiles, les mots toujours bien choisis, l’émotion si bien dosée. Guilhem ne chante pas des chansons, il te raconte des histoires. Avec les tripes, avec le cœur. Avec sincérité. C’est vrai, il possède une maîtrise vocale incroyable. Mais plus que la voix, c’est la présence et l’interprétation du garçon qui est impressionnante. Magnétique. C’est sans doute ce qu’on appelle l’aura.

Le groupe s’amuse à varier les ambiance, il y a cette guitare qui parfois sature, il y a les nappes électronique, il y a les riffs sexy, les rythmes chaloupés (Le Jardin), la batterie qui tape sans lourdeur. Il y a les voix qui se mélangent et qui s’accompagnent parfois sans instruments, juste avec les claquements de doigts (21 hertz). Il y a des reprises : L’alouette en colère de feu Félix Leclerc (un très vieux texte mais tellement actuel), ou encore La Fin du bal de Vladimir Vyssotski que je ne connaissais pas et qui me hante depuis. Je pensais ne plus être touchée, ne plus être bouleversée par un concert live. Je pensais être atteint de cette vilaine maladie dont souffre les journalistes, la blase. Je remercie 3 minutes sur mer de m’en avoir sauvée.

On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie
On y était : 3 Minutes sur mer à la Menuiserie

Photos : Sabine Swann


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 69676 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte