Magazine

Toi avec moi

Publié le 28 février 2015 par Paulo Lobo
Tout ce que la vie m'a donné. Tous les déserts que j'ai eu à parcourir. Toutes les montagnes que j'ai eu à gravir. Tous les océans que j'ai eu à engloutir.Rien, non rien, ne m'a empêché de te ravir.Tu vois, j'ai cherché les belles formules. Les bulles funambules.Mais qu'elles m'ont semblé vaines. Et pâles. Et creuses. Des bandes décimées...Pourquoi contempler l'image dans le miroir alors que tu es juste en face?Tu es là, en chair et en os, aussi vraie qu'une fleur ou qu'un soleil. Ou qu'une lune. J'éteins toutes les lumières, tu me suffis.Petite princesse indienne.Sortie d'un fiĺm de mon enfance. Tu n'étais pas encore née, déjà je rêvais de toi. Les étoiles dans le ciel m'ont souvent dit et répété que je ne devais pas les fixer avec autant d'insistance. Je risquais de les éblouir. Je risquais de m'aveugler.Mais c'est parce que je les aimais, je les chérissais, plus que la lumière du jour, j'aimais leur lueur scintillante, leur poignante évanescence, leur infinie distance.Te souviens-tu, je te disais "lève les yeux", que tu étais belle quand tu levais les yeux, je le disais parce que je voulais te voir lever les yeux, que tu es belle quand tes yeux brillent.Les nuits se sont endormies, les matins se sont éveillés, je me laisse aller, je lâche prise, j'ai largué l'horloge, et l'encre est jetée, je ne pars plus, je demeure. Par bonheur, je pleure.Certes, les années ont passé, beaucoup d'eau a coulé, les silences ont grignoté leur part du gâteau, la peur parfois a su nous faire trembler, mais je n'ai plus peur... Demain peut-être, pour toi, pour eux, tant qu'on ne souffre pas, je ferai une prière, tu crois qu'il nous écoutera, que nous ne serons pas seuls, regarde l'horizon. Oui, oui, rassure-toi. Rassure-moi.Dis-le, murmure-le, aime-moi, je t'aime, plus que tout au monde, tu es celle que tu es, tu es ici et maintenant, je te tiens par la main, ne me quitte pas, jusqu'au dernier souffle, le premier qui partira attendra l'autre, l'astre là-haut est témoin, rien ne pourra effacer nos pas sur le sable mouillé, ce temps est à nous, partageons-le, protégeons-le, caressons-le, ce temps est le nôtre.Quoi d'autre? C'est étrange, je n'ai plus envie de fuir, je suis bien ici, avec toi, j'accepte ce présent, je n'ai plus de regrets, je suis ce que je suis. Moi. Et rien d'autre. Avec toi.
Toi avec moi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte