Magazine Cinéma

[Critique] AT THE DEVIL’S DOOR

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] AT THE DEVIL’S DOOR

Titre original : At The Devil’s Door

Note:

★
★
★
☆
☆

Origine : États-Unis
Réalisateur : Nicholas McCarthy
Distribution : Catalina Sandino Moreno, Naya Rivera, Ashley Rickards, Mark Steger, Ava Acres…
Genre : Horreur/Épouvante
Date de sortie : 25 février 2015 (DTV)

Le Pitch :
Leigh, une agente immobilière ambitieuse, est chargée de vendre la maison d’un couple plutôt étrange. Alors qu’elle visite les lieux, la jeune femme fait la rencontre de la fille des propriétaires. En détresse, cette dernière adopte un comportement inquiétant. Leigh, décidant de l’aider, met les pieds dans une spirale infernale, rapidement piégée par une force surnaturelle malveillante…

La Critique :
Le Diable est drôlement sollicité depuis les premiers tours de manivelle du cinéma d’horreur et d’épouvante. Exploité à toutes les sauces, il est l’un des prétextes favoris des cinéastes dont le rêve pas toujours avoué, est d’égaler, voir de surpasser, le chef-d’oeuvre incontesté de la catégorie, à savoir L’Exorciste, de William Friedkin. Bien sûr, pour l’instant, personne n’est arrivé à ne serait-ce qu’inquiéter ce classique inoxydable du septième-art, qui fait office, avec quelques autres (Rosemary’s Baby, La Malédiction…) de modèle absolu.
Pour autant, parfois, quand on ne sombre pas directement dans une médiocrité manifeste et regrettable due souvent à un manque impardonnable d’imagination et d’originalité, on a droit à de bons petits films bien tendus, assez inspirés et finalement plutôt divertissants, à défaut d’être révolutionnaires. At The Devil’s Door, si il n’atteint jamais des sommets dans son genre, fait partie de cette catégorie et se pose comme une déclinaison certes bancale, mais plutôt divertissante, d’une thématique éculée.

At-the-devils-door2

Cependant, rien de vraiment nouveau sous le soleil de Satan, si ce n’est un curieux choix scénaristique à double-tranchant, qui consiste à ne pas faire tourner l’intrigue autour d’un personnage en particulier. On suit au début une jeune femme prise dans l’étau d’une relation amoureuse qui va la conduire à vendre son âme au Malin, et on vient ensuite nous causer d’une agente immobilière. Plus tard, c’est la sœur de cette agente qui va devenir ce qui se rapproche le plus de « l’héroïne » du film, sans pour autant que l’on ait le temps de s’y attacher correctement afin de ressentir toute l’empathie nécessaire. On comprend bien où le réalisateur a voulu en venir mais quand bien même. Son récit n’accroche pas vraiment. Il intrigue mais cherche trop à surprendre pour vraiment toucher sa cible en plein c?ur. Comment s’intéresser à ce qui peut arriver à un personnage si on ne nous donne pas les clés pour cela ? Pourquoi ne pas plutôt avoir centré le truc sur la jeune fille possédée, que l’on voit finalement assez peu, et pourquoi avoir centré toute la première partie du film sur l’agente immobilière, si c’était pour nous imposer sa frangine lors d’une sorte de twist maladroit ? Autant de questions qui plombent At The Devil’s Door sans pour autant le mettre plus bas que terre.
Et tant qu’on y est avec les défauts, parlons de l’autre principal : la lumière. Dans At The Devil’s Door, il n’y en a pas ou très peu. La peur trouve souvent sa source dans les coins sombres, mais à un moment, si on ne voit rien, difficile de flipper. Avec ses scènes d’intérieurs plongées dans une obscurité opaque, le long-métrage manque de -c’est le cas de le dire- clarté. On a carrément envie de gueuler aux personnages d’allumer cette foutue lampe tant on se demande comment eux-même arrivent à y voir quelque chose et à ne pas se vautrer dans les escaliers… Heureusement, vers la fin, ça s’arrange, mais mieux vaut regarder le film dans le noir complet, sinon ce n’est pas la peine. Aucun reflet sur l’écran ne sera toléré.

Produit original, plutôt bien interprété par un trio d’actrices investies et charismatiques, At The Devil’s Door fait en revanche, preuve d’une bonne volonté appréciable. Il cherche, ne trouve pas toujours, mais au moins, essaye de sortir des sentiers battus et parvient à construire une ambiance prégnante salutaire. Tout spécialement à la fin, avec ce dénouement qui relève le niveau et qui confère à l’ensemble son identité, tout en positionnant le film dans la lignée des productions des 70’s . Ce qui en soit, est plutôt une bonne chose.

@ Gilles Rolland

At-the-devils-door
Crédits photos : Wild Side

Ava Acres Catalina Sandino Moreno critique épouvante horreur Mark Steger Naya Rivera Nicholas McCarthy

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Elle l'adore - Critique

    Elle l'adore Critique

    On aurait voulu l'adorer !Pour son premier film, Jeanne Herry met en scène Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte dans Elle l'adore, qui raconte l'histoire d'un... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Dracula Untold - Critique

    Dracula Untold Critique

    SuperDracula, le super-héros vampirique !Pour son premier long-métrage, Gary Shore met en scène Luke Evans pour interpréter Vlad III l'Empaleur dans Dracula... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Mommy - Critique

    Mommy Critique

    J'ai vengé ma mère !A seulement 25 ans, Xavier Dolan (J'ai tué ma mère, Laurence anyways, les amours imaginaires, Tom à la ferme) réalise son cinquième film,... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Gone Girl - Critique

    Gone Girl Critique

    A la vie à la mort, le mariage selon Fincher !Adapté du roman "Les Apparences" de Gillian Flynn, le maitre du thriller David ficher revient sur grand écran en... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Annabelle - Critique

    Annabelle Critique

    Annabelle Origins ?Un an après le succès mondial de « Conjuring », Warner nous offre un spin-off axé sur la poupée Annabelle qui se déroule un an avant le film... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Lou ! Journal infime - Critique

    Journal infime Critique

    Bref, on ne peut pas plaire à tout le monde !Réalisé par l'auteur lui-même, Lou ! Journal infime est l'adaptation cinématographique de la bande dessinée "Lou ! Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Papa Was Not a Rolling Stone - Critique

    Papa Rolling Stone Critique

    Une vision Rock'N'Roll de la cité des 4000 !Adapté à l'écran par l'auteure du roman paru en 2011, dans Papa Was Not a Rolling Stone, Sylvie Ohayon met en scène... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES

A propos de l’auteur


Onrembobine 53826 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines