Magazine Culture

Hombrecito, le petit prince argentin

Par Lespetitsmelomanes @Petitsmelomanes

HombrecitoHombrecito, c’est le Petit Prince argentin, le personnage que tous, petits et grands, connaissent. Mis en musique par Ezechiel Spucches, cela donne un bel objet musical pour les jeunes porté par l’ensemble Almaviva et la comédienne Laure Gouget.

A Buenos Aires, le petit Daniel est gravement malade, à tel point que les médecins ne savent pas s’il passera la nuit. Et justement, la mort est là, dans la cour, attendant l’heure d’emporter le jeune malade. Mais c’est sans compter Martinito, le petit bonhomme du carreau de céramique du couloir, nain de faïence venu de France, qui a décidé de sauver l’enfant.

Le pianiste Ezechiel Spucches, que l’on connaît aussi pour Sortilèges et Carafons, a adapté en 2010 une nouvelle de Manuel Mufica Lainez, l’illustrant par ses compositions à destination du jeune public. La musique résonne d’accents contemporains mêlés de tango et de milonga, et est interprétée par l’ensemble Alma Viva, formation qui travaille à la diffusion du répertoire latino-américain. La flûte, la guitare et le violoncelle se mêlent au piano pour interpréter une musique vivante qui touche le jeune public par son expressivité.

MUSIQUE ET RÉCIT A L’UNISSON

L’histoire est dense, intense en émotions que la musique renforce et souligne. Sombre au début, elle devient légère et sautillante lorsque Daniel est sauvé, puis se dilue dans la mélancolie lorsque celui-ci se rend compte que Martinito a disparu. En parallèle le texte est ponctué d’humour, notamment dans la description de la mort comme d’une dame ayant soif de distinction. Soumise aux passions humaines, en quelque sorte !

Littéralement incarné par la voix de la comédienne Laure Gouget, vraiment excellente, le récit est néanmoins un peu difficile pour des enfants trop jeunes. L’apparition de la mort sous la forme d’une femme est peut-être l’élément le plus complexe d’un disque que le Grand réclame de temps en temps, emporté par la musique, mais qu’il ne comprend pas complètement. Cette familiarité avec la mort, plutôt courante dans les contes et la littérature d’Amérique du Sud, a un peu disparu de nos contes européens dont on ne garde souvent que l’aspect le plus lisse. Faire écouter Hombrecito avant 7 ans environ, comme je l’ai fait, nécessite donc à mon avis un accompagnement des parents un peu plus actif que pour un autre album.

LE SPECTACLE

Hombrecito est d’abord un spectacle issu d’un projet pédagogique. Pour l’instant la seule date prévue est le 1er avril au PinGalant à Mérignac (33), mais je vous invite à surveiller le site de Victorie Musique pour de nouvelles dates.
Il a été donné fin 2014 à la Cité de la Musique

UN PETIT EXTRAIT ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lespetitsmelomanes 407 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte