Magazine Culture

Anthologie permanente : Georges Bataille

Par Florence Trocmé

Je rappelle la toute récente parution de l’Archangélique et autres poèmes de Georges Bataille dans la collection Poésie Gallimard

VI
Les mots du poème, leur indocilité, leur nombre, leur insignifiance, retiennent sur le cœur l’instant impalpable, baiser lentement appuyé sur la bouche d’une morte, ils suspendent le souffle à ce qui n’est plus rien.
La transparence de l’être aimé, miraculeusement indifférent, ce qui égare, égaré dans le cristal innombrable de la lumière : n’y penser jamais plus.

VII
L’éclair tue
retourne les yeux
la joie
efface
la joie
effacée
vitre de mort
glacée
ô vitre
resplendissante
d’un éclat qui se brise
dans l’ombre qui se fait
je suis
ce qui n’est pas
j’ouvre
les dents mêlées
des morts
et les grincements de la lumière
qui m’enivre
de l’étreinte
qui s’étouffe
de l’eau
qui pleure
de l’air mort
et de l’âme de l’oubli
mais rien
je ne vois
rien
je ne ris plus
car à force de rire
je transparais.

Georges Bataille, L’Archangélique et autres poèmes, préface de Bernard Noël, Poésie/Gallimard, n° 419, 2008,p. 98 et 99

Georges Bataille dans Poezibao :
note bio-bibliographique, extrait 1

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com,
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Nikos Engonopoulos

    la chanson d’un soldat Comme un fou le vent noir sort de son antre obscur il rugit comme un fauve en passant par les ruelles étroites et sombres et il se... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jean Tardieu

    Ce qui n’est pas petit printemps comme il fait beau songez à tout ce qui n’est pas. Nous pourrions être anthropophages et nous manger au restaurant, à chaque ru... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Erich Fried

    Trois fois rien pour Catherine Je ne sais pas ce que c’est que l’amour mais peut-être quelque chose comme ça : Lorsqu’elle revient de l’étranger et qu’elle me... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Je rappelle qu’un nouveau livre d’Henri Droguet, Off, est tout récemment paru chez Gallimard. Tierce Branle et chambard orgue à gloire hercynien et rabâchant... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Catherine Pozzi

    Nyx A Louise aussi de Lyon et d’Italie Ô vous mes nuits, ô noires attendues Ô pays fier, ô secrets obstinés Ô longs regards, ô foudroyantes nues Ô vol permis... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Celan

    Lettre 74 En moi, il y a un vide infernal, Ilana, mais mes os disent : nous pensons. Admettons que j’atteigne l’âge de cent ans – pourquoi pas ? Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Norge

    Liberté A quoi bon semer des miettes blanches derrière soi comme Petit-Poucet pour retrouver sa route puisque les oiseaux les mangeront. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines