Magazine Culture

Exposition Territoires Improbables

Publié le 08 mars 2015 par Idherault.tv @ebola34
Exposition Territoires Improbables Exposition collective TERRITOIRES IMPROBABLES à la Galerie 13 - Montpellier avec Paul Bergignat, Geneviève Garcia Gallo et Numa Droz Cette semaine, dès le vendredi 13 mars et jusqu'au 16 avril 2015, la galériste Odulia Caparros accueille un collectif de 3 peintres.

Le Gardois Paul Bergignat, Geneviève Garcia Gallo - Professeur à l'Ecole d'Art Appliqué de la ville de Lyon et aux Beaux Arts de Lyon - et le lyonnais Numa Droz exposeront des paysages intimes au hasard des déambulations dans les paysages réels de Bougogne du Vercors et des Pyrénées, parmi les herbes folles, les cailloux épars et le ciel plombé, une métaphore des incertitudes des trajectoires humaines.

PAUL BERGIGNAT

Paul Bergignat est né en 1954 du côté de Lyon.

Après une formation à Lyon en Arts Appliqués aux Beaux Arts, il poursuit à Paris des études à l'Ecole Nationale des Arts Appliqués design puis architecture intérieure. Sa vie professionnelle s'oriente alors vers l'architecture, mais il cultive en permanence cette vocation précoce pour la peinture.
En 1992 il décide de vivre à Montpellier et se consacre alors totalement à la peinture.
Paul Bergignat, peintre du voyage et du paysage intérieur, affirme son inspiration et son expression par un rendu exceptionnel de la transparence.

Exposition Territoires Improbables

Ses couleurs se mêlent dans une douceur peu commune. Son inspiration se nourrit de la complicité d'une ligne avec l'infini, de la lumière qui filtre des nuages, au lever du jour, à son automne, à son déclin.
De la tentative de fixer l'immédiat d'une lumière et sa fugacité, il fait surgir un souvenir déjà constitué et ainsi ce qui du moment doit rester définitivement présent : l'évocation, au sens propre, n'est rien d'autre que ce désir de faire à nouveau naître une émotion première, jamais encore perçue ni ressentie, à la contemplation d'une nature qui se dévoile avec pudeur.

Paul Bergignat, peintre des silences, nous offre à travers sa peinture cette atmosphère si particulière d'un monde à la tombée de la nuit, quand le jour baisse jusqu'à se noyer dans l'obscurité et qu'il émerge encore quelques faisceaux de lumière frissonnante pour balayer le ciel au-delà du noir et de l'invisible.

NUMA DROZ

Né à Rennes en 1953, vit et travaille à Lyon

"Les espaces où je me promène sont pas seulement ruraux et physiques, ils sont aussi culturels, historiques, liés à l'histoire de la peinture dans une tradition du paysage occidental-ainsi que mentaux.
Il y a d'abord les émotions vraies, des déambulations à travers des paysages réels (Bourgogne, Vercors, Pyrénées) à des moments particuliers du jour et des saisons (éclairages précis,...).
Quelques croquis, des photos, me permettent ensuite de retrouver à l'atelier ces émotions fugaces et de créer des images reconstruites et figées sur de grands formats carrés dont l'immobilité hape le spectateur et le projete dans une contemplation meditative et introspective, symbolisant mon rapport spirituel au paysage et mes craintes que ce monde là ne disparaisse à jamais."
Numa Droz

Exposition Territoires Improbables

Le matériau qu'il soit de plomb, de fonte, de bois, de plastique, de verre, de carton... qu'il soit brut, usiné, manufacturé est essentiel dans le fonctionnement du fragmentaire. Le fragment c'est une scène, une vue, une section de paysage, un objet, un animal peint ; mais il n'y à pas, d'une part l'image peinte et de l'autre le matériau.
Le matériau est constitutif du fragment pictural inséparablement de la peinture. Ils sont complémentaires, à partir de leur distinction même, ils sont indifféremment le fragment pictural où ils font puissance ensemble. C'est bien à partir de leurs matières, propriétés, qualités, attributs et de leurs forces respectives intrinsèques compatiblement différents qu'ils sont la composition du fragment, le plan esthétique et la machine sémantique et de sensations.
Il y a chez Numa-Droz une esthétique du silence discrètement efficace qui nous met face à l'inexpliqué.
Joël Couve (extrait)

L'enigme du paysage
" Les arrière-plans paysagers des oeuvres des grands maîtres du 16ème et 17ème siècle ont toujours été pour Numa Droz objet d'intense fascination.En lisière du sujet principal, et au-delà de son anecdotisme, il y avait là, dans ces détails minuscules, une porte ouverte vers une infinie rêverie."
Pierre Souchaud rédacteur d'Artension magazine, (extrait)

Paysage du dedans
De la peinture. De l'huile sur bois. Du paysage pour sujet. Paysage occidental où la modernité esthétique a laissé des traces. Telles ces miniatures que l'artiste Numa Droz sème dans notre espace urbain. Enlumineur des temps contemporains Histoire de ramener la compagne, à la ville.
Spécialité nordique que la peinture de paysage ! Tableaux de Patimir. Aquarelles de Durer. Les précurseurs. Seizième siècle. Le peintre Rhône-alpin qui parcourt le paysage pour s'imprégner du sujet, développe dans ses huiles une suite de vues parallèles ; l'horizon lumineux derrière. Un style. La monochrome générale gris-vert-bleu leur confère une impression d'irréalité. Privilège de l'unité poétique. Loin du réalisme. Un soupçon rousseauiste. On y pense. À l'amant de Mme de Warens et au peintre.
Le Vercors. Le Jura. La Bourgogne. Le cadre. Toutes ces promenades de rêveur solitaire comme déclencheurs d'émotions fugitives. Nuit qui tombe. Jour qui se lève. Émotions prometteuses d'avant la création.
Retour en atelier. Peinture de chevalet. Autres vapeurs de brosses et de pinceaux. Lissité. Fluidité. Froide mise à distance des glacis superposés. Même si la peinture s'inspire de sites réels par l'ambiance ; aucune référence directe à un lieu donné. Un lieu. Des lieux. Toujours le même peut-être... Peu de détails. Sur la configuration des arbres ou des rochers. Ni même sur les saisons. Ou presque. Les travaux des champs marquent plus le passage du temps que celui des hommes.
Exaltation de morceaux de verdure surtout. Projetés à l'avant de la scène. Quelques frémissements de ramure ici ou là. Rien d'anecdotique. Des traces. Une écriture d'atmosphère. Renforcée par la lumière lunaire de l'arrière-plan qui découpe les masses chromatiques. Piliers de l'organisation générale du tableau.
Des vues de sous-bois contribuent parfois à rendre le paysage inquiétant.
On dirait un monde harmonieusement ordonné, Imaginatif. Raffiné, Relevé par la force esthétique de Numa Droz. Son vocabulaire plastique de paysagiste a des arguments de lumière d'aurore. Ou d'aube. Entre plaisir esthétique et inquiétude métaphysique. Son style. Vertical. Horizontal. Carré. Formats qui découpent avec élégance des vues dans le souvenir. Sans soucis de véracité ni de vraisemblance. Un monde d'avant la chute.
Un paradis perdu. Ou retrouvé. La peinture est " cosa mentale ". Les paysages immatériels de Numa Droz trouvent vie à la limite, de l'abstraction. À une époque d'éparpillement interplanétaire sa peinture nous remet dedans.
Mireï L. R. février 2010

GENEVIÈVE GARCIA-GALLO

Née le 28 Février 1958 au Maroc
Artiste peintre, vit et travaille à Lyon (Rhône)Ecole d'art de la Ville de Lyon (1977-1981)Professeur à l'Ecole d'Art Appliqué de la ville de Lyon et aux Beaux Arts de Lyon
Enseigne le dessin et la peinture à Lyon

Exposition Territoires Improbables

Vernissage le 13 mars 2015 à partir de 18h30

GALERIE 13 13 Boulevard du Jeu de Paume 34000 Montpellier
06.08.84.81.45
artgalerie13@gmail.com

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Idherault.tv 48204 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine