Magazine Cinéma

Mauvais sang - 3/10

Par Aelezig

z01

Un film de Leos Carax (1986 - France) avec Denis Lavant, Juliette Binoche, Michel Piccoli, Julie Delpy

Très beau visuellement, mais scénario pourri.

L'histoire : Marc a peur. Son ami Jean a été abattu par un gang auquel ils doivent de l'argent. Le fils de Jean, Alex, désormais seul au monde, veut repartir à zéro et quitter Paris, laissant derrière lui son amoureuse, éplorée. Mais il tombe en adoration devant la toute jeune maîtresse de Marc...

Mon avis : Vision d'artiste, c'est sûr. Des images et des plans que l'on imagine très très réfléchis tant ils sont beaux, parfaits, esthétiques. Des verticales, des horizontales, des diagonales. Une ambiance très sombre, où les chairs sont pâles, à peine rosées, presque un noir et blanc, mais ponctué de trois couleurs choc : du rouge, du bleu, et des touches de jaune. On retrouve ce trio partout, y compris dans le jeu de cartes d'Alex. Gros plans serrés, mouvements lents des visages. Plans séquences (superbe Lavant qui court et gesticule sur Modern Love de Bowie). Esthétiquement, c'est magnifique... on a envie d'étudier chaque image centimètre par centimètre.

z02

Mais c'est bien là qu'est le problème. Mauvais sang est un très bel album d'images, certes... mais ce n'est pas un film. Il manque du rythme et une bonne histoire. Carax nous balance deux trois idées, un chef de gang qui réclame le paiement qui lui est dû, un mystérieux virus qui attaque ceux qui couchent sans aimer, la guerre des labos pour trouver un vaccin, des amours non réciproques... C'est très confus, très lent, et inintéressant.

Tout ça dégage un peu de prétention. Je suis un artiste, vous ne pouvez pas comprendre. Curieusement, d'ailleurs, cette phrase revient souvent dans les dialogues : tu ne peux pas comprendre... Ben non, Leos, on ne te comprend pas. Et tu sais quoi ? On ne demande qu'une seule chose : écouter ce que tu as à nous dire. Mais utilise le langage des simples mortels, STP... Amatrice d'art contemporain, je sais pourtant très bien me plonger dans l'abstraction, mais là...

z03

Tant de talent aussi bêtement gaspillé (y compris celui des acteurs, lumineux, ébouriffants), ça me fait juste mal au coeur...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines