Magazine Conso

Atelier d’écriture chez Asphodèle : mélancolie printanière

Publié le 13 mars 2015 par Biancat @biancatsroom

Atelier d’écriture chez Asphodèle : mélancolie printanièreC'est un air printanier que nous souffle la collecte de la semaine chez Asphodèle, dont voici le résultat : douceur, printemps, déserter, sommeil, chaleur, renaissance, air, bernard-l'hermite, édredon, paresse, plume, aile, volupté, insouciance, liberté, vaporeux, virevolter, cigogne, nuisette, ubac, univers, urgence.

Et voici ma proposition :

" Au téléphone, ma mère m'avait dit qu'il n'y avait pas d'urgence, qu'on pouvait arriver tranquillement vers midi, mais on a fini par être en retard, comme d'habitude. A peine descendues de la voiture, les filles se précipitent dans le jardin en hurlant à tous les vents leur liberté retrouvée. Je passe le petit portail vert dans leur sillage et c'est là que j'aperçois mon père : il paresse dans une chaise longue, enfoncé dans un édredon de plumes tout blanc. De loin, on croirait qu'il savoure la douceur du printemps et la chaleur des premiers soleils. Tout est si calme, rien n'a l'air d'avoir vraiment changé. C'est drôle comme le printemps souffle invariablement chaque année sa brise de volupté et d'insouciance. Une inlassable et toujours optimiste renaissance.

Atelier d’écriture chez Asphodèle : mélancolie printanière
Les filles se sont approchées de leur grand-père et leurs rires l'ont sorti de son demi-sommeil. Elles virevoltent toutes les deux autour de lui, tout en faisant des zigzags entre le nain de jardin et la cigogne imperturbable. Alors qu'elles jouent bruyamment à cache-cache entre les nuisettes de leur mamie qui sèchent sur la corde à linge, je me penche pour embrasser mon père. Il tourne la tête vers moi et je suis frappée par son regard, jadis si perçant, aujourd'hui vaporeux. Au début, on nous a dit que c'était la maladie de Parkinson. Il tremblait beaucoup, ça n'a pas vraiment été une surprise. Le problème, c'est que ce genre d'invité n'arrive jamais seul. On l'a réalisé quand sa raison a commencé à déserter et qu'il s'est mis à dériver de l'adret vers l'ubac de son esprit.

    Papy, tu veux qu'on te chante la chanson du bernard-l'hermite qui voulait avoir des ailes ?

Il sourit. Seules ses petites-filles semblent encore l'atteindre. Dans leur univers, la maladie n'est qu'un autre aspect de la réalité et ça ne les dérange pas que Papy ne soit plus tout à fait comme avant. Après tout, il est toujours là pour écouter leurs chansons. "


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Biancat 332 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog