Magazine Amérique latine

Neuvième anniversaire pour EcuNHi [Actu]

Publié le 13 mars 2015 par Jyj9icx6
Il y a neuf ans que l'ONG Madres de Plaza de Mayo a installé son espace culturel dans les murs même du camp de détention et de torture où une partie des disparus de la Dictature a souffert et trouvé la mort.

Neuvième anniversaire pour EcuNHi [Actu]

Les portraits accrochés sont ceux des 30 000 disparus de la Dictature


C'était alors une volonté déterminée de mettre la vie et la pensée là où les militaires putschistes avaient fait régner la mort et l'obscurantisme.
C'est à elles que l'on doit la conversion du lieu : il aurait pu être figé à la façon des camps de concentration nazis mais elles ont voulu retourner l'histoire et elles ont fait du campus de l'ex-Esma (Escuela Superior de Mecánica de la Armada) un lieu qui célèbre la vie, à Palermo, le long de Avenida del Libertador (1).
Aujourd'hui, Página/12 consacre son principal article culturel à ces huit ans d'activités, sous la férule de Teresa Parodi, qui, en devenant ministre en juin dernier, a laissé la place à un duo de coordinatrices, sa fille Verónica Parodi, et la chanteuse (que vous connaissez déjà) María de los Angeles Ledesma (qui fait équipe avec Lucrecia Merico pour plusieurs récitals qu'elles présentent ensemble dans tout Buenos Aires).
A lire en espagnol sur le site du quotidien militant des droits de l'Homme.
(1) C'est une des usurpations de la Dictature militaire que de s'être drapée partout et toujours dans la cape de José de San Martín, un général qui haïssait les régimes militaires en temps de paix et qui a consacré toute sa vie aux droits de l'Homme. Le Libertador de l'avenue c'est bien lui.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2729 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog