Magazine Culture

Larry McMurtry : Duane est amoureux

Par Stephanie Tranchant @plaisir_de_lire

Duane est amoureuxde Larry McMurtry   3/5 (12-03-2015)

Duane est amoureux (234 pages) est sorti le 5 mars 20165 aux Editions Sonatine (traduction : Sophie Aslanides).

41z18-b5N1L (118x173).jpg


L’histoire (éditeur) :

Après Duane est dépressif, le héros culte de Larry McMurtry nous revient : il a vieilli, il a pris des coups, mais reste néanmoins ouvert à toute proposition, de préférence indécente. 

Duane a 64 ans. Il a perdu sa femme dans un accident de voiture, et ne s’en remet pas. Réalisant un vieux rêve, il est parti en Égypte pour tenter de soulager son chagrin, mais le retour à Thalia, la petite ville texane où il a passé toute sa vie, s’avère bien difficile : ses amis sont partis (quand ils ne sont pas morts), son entreprise, désormais dirigée par son fils Dickie, se porte très bien sans lui, ses filles l’ennuient et son cœur est en train de le lâcher.

Heureusement, il y a l’amour… ou plus précisément la poitrine d’Annie Cameron, une jeune géologue particulièrement affriolante embauchée par son fils, et qui ne semble pas insensible aux charmes de notre héros. Il y a aussi Honor Carmichael, sa psychanalyste lesbienne, avec laquelle Duane s’est lancé dans une sorte de défi aux lois de l’attraction.

Mon avis :

Duane est amoureux fait partie d’une série consacré  au personnage éponyme, c’est le quatrième (et dernier ?) volet. Même si j’avais repéré la sortie de Duane est dépressif l’année dernière chez Sonatine, je n’avais lu encore aucun des trois précédents romans. Ça n’a pas gêné ma lecture de celui-ci qui a beau suivre le fil conducteur de la série tout en restant dans sa compréhension parfaitement indépendant.

Cette entrée en matière a été pour moi une découverte assez étonnante et déstabilisante j’avoue. J’ai vraiment aimé Duane, il a un côté sympathique et attachant qui fait qu’on est d’emblée accroché au livre et à Thalia cette ville en perdition où finalement tout finit par mourir.

Les personnages secondaires sont nombreux, atypiques et surprenants. Ils donnent une touche d’humour discret et une ambiance au roman qui m’a tant plu. Même les nouveaux arrivants, deux sri-lankais qui ont repris la vieille épicerie-quincaillerie pour un faire un restaurant, sont aussi colorés et originaux que les gens du coin (apportant en plus un nouveau souffle à cette cité vieillissante).

Les enfants de Duane pour commencer : Nellie qui a 4 enfants et qui se découvre gay, Julie qui est tellement peu attirée par le sexe qu’elle choisit de devenir none et de confier ses deux ado à sa sœur, Jack le solitaire en vadrouille en Alaska et Dickie, cet ex junkie qui dirige désormais la compagnie pétrolière de son père.

Et puis les voisins-amis-employés : Ruth Popper qui, a plus de 90 ans, révèle sa passion pour le sexe, Dr Honor Carmichael la psychothérapeute lesbienne qui va réveiller la sexualité de son patient, Bobby Lee l’uni-couilliste gentil mais mal engagé avec sa femme…Quand débarque Annie Camerone, cette jeune géologue analyste de 26 ans, on se demande bien ce qu’elle vient faire dans cet endroit, même si sa première rencontre avec Duane est finalement  au niveau du reste.

Duane, veuf depuis deux ans, se sent seul et inutile. A l’image de cette petite ville texane, il va mal. On espère que sa rencontre avec Annie, de presque 40 ans sa cadette, va faire changer la donne. Avant cela, l’auteur le fait passer par une période d’adaptation sexuelle certainement indispensable, mais qui m’a laissée pantoise.  Ces  rencontres sexuelles sont assez déconcertantes, tellement décalées et vulgaires par rapport au reste du livre. Ce n’est pas que je sois prude mais je ne m’attendais pas du tout à tomber dans ce genre de littérature (pornographique) en me plongeant dedans. Pas de place à l’imagination dans ces rencontres sexuelles et la pertinence émotionnelle avoisine les zéros. Quel dommage ! Parce qu’à part ce détail (en excès ici), le reste est absolument délicieux.

La première partie, faite de complications diverses et semées d’humour, m’a donc beaucoup plu, mais j’ai trouvé la seconde curieusement trop orienté cul et surtout beaucoup trop graphique et explicite. Alors si la conclusion est que le sexe et l’amour peut sauver un homme, d’accord mais elle aurait peut-être pu être partagée d’une autre façon.

En définitive, ce que je retiens de Duane est amoureux, c’est que le style de Larry McMurtry me plait beaucoup et que Duane est un personnage qui a su me charmer malgré son caractère  apathique. Il est doux, délicat, adepte du vélo !, presque normal,  et bon observateur du comportement humain.

Ce n’est pas une déception, car malgré les éléments mentionnés plus haut j’ai passé un très bon moment et suis même partante pour rebrousser chemin et découvrir le début de la série.

Pour info  La Dernière Séance et  Texasville les deux premiers volets ont été publiés chez Gallmeister et Duane est dépressif, le troisième, est sorti en janvier 2014 chez Sonatine (disponible depuis le 5 mars 2015 en version poche chez 10-18).

5133-cover-show-5324b8e1200dd (119x173).jpg
 
5140-cover-texasville-5324b626be07f (119x173).jpg
 
61+YMw8ksRL (120x173).jpg
 
51SqlQQLnzL (106x173).jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stephanie Tranchant 5083 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines