Magazine Culture

Les larmes rouges, tome 1 : Réminiscences, Georgia Caldera

Par Les Griffonneuses

Salut tout le monde !

Aujourd'hui, j'avais l'intention de vous faire la critique du tome 2 de cette série mais je me suis rendue compte, à mon grand étonnement, que je n'avais pas fait la critique du tome 1 T_T. Alors voilà, je me rattrape, même si c'est avec un peu de retard ! Premier tome de la trilogie Les Larmes Rouges, de Georgia Caldera.

L'histoire :

Cornélia est une jeune fille ordinaire à une exception près : sa vie ne vaut pas le coup d'être vécue. Pour cette raison, elle va se précipiter dans le vide depuis le haut d'un pont, tentant vainement de mettre fin à ses jours. A son grand désarroi, elle va se réveiller à l'hôpital, entourée par son père, qui va lui apprendre qu'elle a été sauvée par un certain M. De Maltombes. Son père va proposer de prendre du temps pour s'occuper d'elle et tous deux vont partir s'exiler en campagne, à proximité de Paris. Son père qui n'avait toujours consacré tout son temps qu'à sa carrière professionnelle allait enfin lui accorder un peu de temps. Pour Cornélia, c'était déjà beaucoup.

Mais elle va se rendre compte qu'au delà de la présence quasi permanente de son père qui va commence à l'étouffer, à chaque fois qu'elle se retrouve seule, elle se retrouve prise dans d'étranges et terrifiantes illusions, avec une personne qui semble se trouver dans la même pièce qu'elle et qui la torture pour réussir à obtenir d'elle une information capitale : l'endroit où elle se cache.

Fuyant ces songes qui l'effraient au plus haut point, Cornélia décide de visiter les environs et atterrit devant un immense chateau. Elle décide d'entrer et elle fait alors la connaissance de Henri de Maltombes, châtelain et son sauveteur honoraire. La jeune fille va passer beaucoup de temps avec lui jusqu'à découvrir des choses qui vont la terrifier.

Non seulement Henri est un vampire, un vrai, qui boit du sang et qui doit se ressourcer dans un cercueil fermé plusieurs heures par jour, mais en plus, ce n'est pas la première fois que Cornélia vit. Elle est une âme immortelle, réincarnée. Henri avait plusieurs raisons de vouloir sauver la jeune fille : non seulement, s'il ne l'avait pas fait, le roi des vampires, un être particulièrement se serait emparé d'elle, mais en plus de ça, il était formellement amoureux de sa version antérieure... Mais cette réincarnation a un prix : elle va devoir assister à sa vie antérieure, comprendre toutes ses réactions et analyser ses rapports avec le vampire et ses songes seront loin d'être toujours agréables...

Cornélia va apprendre à voir au delà des apparences froides et distantes d'Henri pour découvrir quelqu'un qui veut prendre soin d'elle sans en avoir l'air. La jeune fille va malgré tout se sentir effrayée par tout ce qu'elle va découvrir et la relation entre les deux risquent d'être souvent bien plus que houleuse. Non seulment elle va devoir s'accommoder de la présence du vampire qui lui parait presque insoutenable à certains moments, mais en plus, elle va découvrir sur elle-même qu'elle possède certains pouvoirs qui pourront autant lui rendre service que lui nuire... Pourtant, Cornélia ne peut s'éloigner de lui : si elle le fait, Avoriel, le roi des vampires qui aime à la torturer lorsqu'elle est seule, pourra s'emparer d'elle et lui faire subir un sort pire que la mort elle-même. Henri est le seul à pouvoir la protéger en la rendant indétectable pour le roi des vampires... 

les-larmes-rouges,-tome-1---reminiscences-376596

Mon avis :

D'abord, j'ai mentionné que ce roman comporte une intrigue avec des vampires. C'est vrai mais attention, entendons nous sur la définition que nous leur donnons. Ici, rien de tel que les vampires de Twilight ou de Vampires Diaries, non ! Il s'agit d'être froids, rendus parfois cruels par l'immortalité, ayant perdu tout goût à la vie à cause de leur durée d'existence particulièrement longue et surtout, ils sont totalement immortels. La vision des créatures mythiques que l'on a dans cette série est totalement inédite et non dénuée de charme.

Deux créatures seulement ont le pouvoir de les tuer. D'abord, Avoriel, le roi des vampires. Dans cette histoire, la "société vampire" est organisée, un peu à la manière des sociétés anglais du XIXème siècle, avec une sorte de noblesse et d'aristocratie. Leur roi, disparu depuis longtemps, se terre dans un endroit caché de tous, attendant le moment propice pour refaire son apparition. Cette absence fait d'Henri le plus distingué des vampires : il est le premier vampire créé par Avoriel et en tant que tel, il a le titre de prince. Tous lui sont soumis et c'est lui qui fait régner l'ordre dans cette société.

La deuxième créature qui puisse les anéantir est Cornélia elle-même. Elle possède d'étranges pouvoirs, pouvant agir sur les vampires alors qu'aucun d'eux n'en est capable. Elle va découvrir que ses aptitudes sont liées au fait qu'elle est mi-humaine ni-vampire. Je ne vous en dis pas plus, au risque de vous spoiler la suite.

Les personnages principaux sont vraiment mis en premier plan, ce sont eux qui occupent toute l'intrigue. N'ayant jamais eu beaucoup d'amis, Cornélia est une fille solitaire qui ne s'entoure pas de personnages secondaires. Le seul qui peut avoir un tantiner d'importance est le père de Cornélia, M. Williamson, qui va avoir une certaine incidence sur le comportement de sa fille et sur la façon dont elle va ressentir les choses. Mais cette absence d'autres personnages ne se fait pas tellement renssentir parce qu'on sent qu'l y a déjà beaucoup à faire avec Henri et Cornélia. Il me faut tout de même mentionner Avoriel, qui n'est pas présent physiquement pendant toute l'intrigue mais il va avoir un pouvoir tel sur la jeune fille que sa présence sera comme une ombre, attendant le bon moment pour se déployer.

Cette histoire est très bien écrite et l'auteur arrive parfaitement à faire la distinction entre les sentiments dénués d'intérêt d'Henri, qui considère qu'il a déjà vécu trop longtemps et ceux, beaucoup moins patient et beaucoup plus prompts aux émotions fortes de Cornélia. L'opposition entre les personnages est totale mais on ne peut lâcher le bouquin, voulant toujours en savoir plus, où cela va-t-il les mener ? Je ne vous spoile pas la fin, rassurez-vous, je vous conseille de la découvrir vous même, dans ce formidable premier roman !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Les Griffonneuses 2771 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines