Magazine Culture

La Nef du Crépuscule – Robin Hobb

Publié le 15 mars 2015 par Avisdupublic.net @avisdupublicnet

La Nef du Crépuscule , troisième tome de la grande saga d'héroïc-fantasy, L'Assassin Royal de Robin Hobb, considérée par beaucoup comme un des maîtres du genre.

Nous voici de retour avec Robin Hobb pour poursuivre avec plaisir l'épopée de L'Assassin Royal, FitzChevalerie, dans un contexte qui semble s'assombrir de page en page.

Un assassin qui subit les événements?

Alors que le Royaume des Six-Duchés suit l'évolution de ses dirigeants, le roi Subtil et son fils le prince-servant Vérité, en s'affaiblissant de plus en plus, les navires de Pirates Rouges apparaissent partout le long des côtes pour y semer terreur, désolation et Forgisés. Vérité utilisant toute la force de son Art à tenter de brouiller leurs esprits, il maigrit à vue d'œil. Quant au souverain régnant, il semble sombrer dans les herbes et les fumées et semble extrêmement vulnérable au vu des fortes doses consommées alors que son corps semble se vider de toute force. Dans ce contexte, le prince Royal, frère de Vérité et oncle de FitzChevalerie, continue son travail de sape : il multiplie les attaques afin de diviser les différents duchés du royaume, opposant les duchés de l'Intérieur qui ont l'impression de soutenir tout l'effort de guerre, pécuniairement parlant, sans voir l'ombre d'un pirate, aux duchés côtiers qui subissent jour après jour de plus terribles attaques et ce de manière incessante, si ce n'est durant les quelques mois que dure la saison hivernale.

La Nef du Crépuscule – Robin Hobb

Alors que les navires de combat de Vérité sont enfin prêts, FitzChevalerie propose ses services, ou plutôt se voit obligé de les proposer, à la fois en tant qu'assassin et en tant que marin. Avec son aide une première grande victoire est remportée mais à chaque combat, les victoires semblent de plus en plus désuètes, étriquées et l'espoir diminue au fil des jours.

Le prince-servant Vérité se rabat alors sur une ancienne légende, celles des Anciens. Il s'agirait d'un mythique peuple qui aurait aidé le premier roi, Sagesse, à se défaire des raids de pirates qu'il subissait alors, et qui vivrait au-delà des montagnes. Vérité décide alors de monter une expédition pour les retrouver afin d'obtenir leur aide. Mais son demi-frère, le prince Royal ne profiterait-il pas de son absence pour mener à bien ses plans dictés par son ambition ?

Et pire que tout : Vérité décide de partir en quête des mystérieux Anciens, par-delà les montagnes, afin d'obtenir leur aide dans leur lutte contre les pirates. Royal n'en profitera-t-il pas pour asseoir son pouvoir et causer la perte de la totalité des Six-Duchés ?

Et effectivement, une fois Vérité parti, Royal tisse inexorablement sa toile : son père, le roi Subtil, est de plus en plus malade et a du mal à appréhender nettement la situation catastrophique du royaume, la reine Kettricken, l'épouse de Vérité et son fidèle soutien, se retrouve de plus en plus isolée, et Royal organise de somptueux banquets afin de s'attacher un peu plus les faveurs des familles nobiliaires.

L'assassin FitzChevalerie doit s'éloigner de ses amis afin de les protéger. Heureusement le lien par le Vif qu'il partage avec son compagnon Œil-de-Nuit lui permet d'adoucir cette solitude extrême.

Mais l'alliance entre la reine-servante Kettricken et l'assassin Fitz, deux armes discrètes mais chacune extrêmement redoutable, va permettre de tenter de résister à cette situation.

Le tout tend vers une fin surprenante...

L'évolution de L'Assassin Royal par Robin Hobb

Après L'Apprenti Assassin où Robin Hobb plante les bases de son histoire, et L'Assassin du Roi qui permet d'entrer de plain-pied dans l'histoire, La Nef du Crépuscule est sans conteste, le plus sombre de ces trois tomes, où les buts et les profils de chaque personnage se dessinent de plus en plus.

Le mensonge, le soupçon, le camouflage de chacun sont omniprésents. D'un côté ils servent à dissimuler à certaines personnes leur vrai but ou leur mission réelle et cela n'épargne nullement les plus charismatiques des personnages du livre bien au contraire : l'assassin FitzChevalerie en est un parfait exemple. Mais de l'autre côté cela fait douter les alliés, et le désordre au château remplace la rigueur, l'ordre ne peut plus être soutenu par un roi absent dont les forces ainsi que la raison l'abandonnent ou par un prince Vérité qui, sous la pression des Pirates Rouges, décide d'aller trouver l'aide des Anciens. Ce volet de
L'Assassin Royal est tout simplement une petite merveille. Robin Hobb nous livre un vrai trésor avec, comme à son habitude, une haute qualité d'écriture dont on ne se lasse pas et qui nous fait tourner la tête car elle ne permet pas ici au lecteur de souffler : elle ne nous laisse pas une minute de pause, chaque rebondissement s'enchaîne de manière fluide au précédent, et elle évite le superflu et le remplissage. L'histoire s'intensifie, les actions n'en finissent plus. Fitz fait maintenant parte intégrante du château de Castelcerf et de la Cour, et doit faire face à une multitude de situations. On se demande à chaque fois comment il va pouvoir s'en sortir...

Troisième volet de la série désormais culte de Robin Hobb, qui clôt ainsi la première partie, La Nef du Crépuscule est sans conteste le plus sombre des trois. A l'heure où les masques se dévoilent, Fitz semble seul contre tous, malgré le soutien inconditionnel d'Œil-de-Nuit, son compagnon du Vif, de Burrich, son tuteur, ou de Patience, l'épouse de son défunt père le prince Chevalerie. Vérité est parti au loin, l'abandonnant sans protection contre Royal et le clan de Galen.

Il est cependant appréciable de voir que l'auteur garde avant tout la cohérence de son histoire intacte, sans garder de facilités pour son héros. La suite est attendue avec impatience !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Avisdupublic.net 9313 partages Voir son blog

Magazine