Magazine Culture

Francouvertes – soir 5: rock et nudité

Publié le 17 mars 2015 par Feuavolonte @Feuavolonte

Thérémine, squelette et un peu de pornographie ont animé la cinquième soirée des Francouvertes dans un Lion d’Or bien rempli.

Mathieu Bérubé/Photo: Élise Jetté

Mathieu Bérubé/Photo: Élise Jetté

Le Mathieu Bérubé que l’on connait pour son folk intime et réconfortant s’est présenté aux Francouvertes en version full band, donnant une nouvelle dimension à sa musique sinon plus introspective. Ajoutant maintes voix et instruments (dont le thérémine!) à sa trame habituelle, l’auteur-compositeur ne semblait pas être en pleine maîtrise de sa scène. Sa voix chaude et planante n’en demeure pas moins exquise et juste, mais l’ambiance guitare-voix avec l’accompagnement doux de sa choriste Helena Deland est beaucoup plus solide. C’est d’ailleurs au moment où il s’est retrouvé seul sur scène avec elle que son emprise sur son travail avait l’air à pleine capacité. Ses textes sont imagés et joliment fignolés «À Beijing ou à Rio, j’te donnerai encore des lifts à vélo. Et quand l’guidon va tourner en rond et que les pneus seront crevés, on se sera rendus quelque part.» Amène-moi en vélo Mathieu!

Anatole/Photo: Élise Jetté

Anatole/Photo: Élise Jetté

Est ensuite débarqué dans une lumière rouge tamisée, un homme à la cape noire qui semblait avoir un drôle de message à livrer. «Anatole c’est moi» a-t-il déclaré après un discours confus. Et ce qui suivit n’a été que décadence délectable. Occupant la scène tel un one man show, Anatole chantait d’une voix ultra maîtrisée, puissante dans les hautes comme dans les basses. Il gère les changements de tonalité avec plus-que-brio. On n’a pas entendu de voix solide comme celle-là depuis le début des Francouvertes 2015. Électro rock sulfureux se mélangeait avec streaptease de costume de squelette. Tous ses musiciens habillés de combinaisons blanches étaient-ils en fait là pour ramener Anatole dans son institut tel un malade évadé? C’est chose possible. Semblant débarqué tout droit d’un monde parallèle, Anatole a donné à tout le monde une leçon de spectacle en se déplaçant parmi la foule, en enlevant son linge et en se tripotant le corps pour donner chaud aux dames. C’était un moment comparable à une attaque de morts vivants sur l’acide sur une trame de fond simili-pornographique.

Eugène et le Cheval/Photo: Élise Jetté

Eugène et le Cheval/Photo: Élise Jetté

Les instruments savaient se répondre du côté d’Eugène et le Cheval. On pouvait sentir une cohésion musicale solide construite sur plusieurs années de pratique ensemble. «Nous sommes un groupe de musique qui fait des spectacles de musique et nous venons vous présenter notre spectacle de musique», a lancé le chanteur d’entrée de jeu. Oui, les instruments sonnaient, mais la balance musique-voix aurait dû être plus travaillée. La plupart du temps, on entendait à peine les paroles, perdues dans un océan musical un peu vague. On avait le sentiment que le chanteur se présentait seul devant ses musiciens-accessoires. La présence scénique était quelque peu défectueuse et le manque d’unité était palpable. C’était toutefois un bel effort riche en rock.

Palmarès des préliminaires des Francouvertes 2015 après le soir 5:

1- The Urban Indians

2- Samuele

3- Rosie Valland

4- Anatole

5- Yokofeu

6- C-Antoine Gosselin

7- Mathieu Bérubé

8- Les Guerres D’l’Amour

9- Oli Laroche

Le party se poursuit la semaine prochaine avec Émile Bilodeau, Dylan Perron et Élixir Gumbo et Chandail de loup. Lundi 20h au Lion d’Or.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Feuavolonte 28589 partages Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines