Magazine Culture

Le bal des débutantes, Collectif

Par Artemissia Gold @SongeD1NuitDete

Chronique réalisée par RoseRose

:star: Le bal des débutantes, Collectif

Le bal des débutantesNombre de pages : 512 pages
Éditeur : Harlequin
Date de sortie : 1er mars 2015
Collection : Hors-série
Langue : Français
ISBN-10: 2280331438
ISBN-13: 9782280331432
Prix Éditeur : 7,50 €
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

Pour le cœur d’un lord, Julia Justiss

Angleterre, 1814
Cela fait six ans que Sarah est secrètement amoureuse de Quentin, lord Branson, un ami de la famille. Aussi, le jour où son père lui annonce que cet homme irrésistible la chaperonnera durant sa première saison à Londres, Sarah est folle de joie. N’est-ce pas là l’occasion rêvée de se rapprocher de l’homme qu’elle aime et, surtout, de lui ouvrir enfin les yeux sur la femme qu’elle est devenue ? Une femme sûre d’elle et prête à tout pour le conquérir…

Le secret de lady Jeffrey, Judith Stafford

Londres, 1815
Comment, en une seule saison, réussir à marier quatre débutantes sans le sou ? Voilà un défi sur mesure pour la mystérieuse et extravagante lady Jeffrey, défi qui rencontre un succès aussi éclatant qu’inattendu. Les jeunes filles deviennent très vite les coqueluches de la haute société. On murmure alors que lady Jeffrey a un secret, et qu’elle ensorcelle les potentiels soupirants !

Le stratagème d’une fiancée, Nicola Cornick

Angleterre, 1817
Certaine d’être promise au grand amour, lady Jane fait grise mine quand elle apprend que le duc de Delahaye veut lui faire épouser son frère cadet, Philip. Jamais, au grand jamais, elle n’unira son destin à celui de ce dandy arrogant et futile ! Avec l’aide de sa meilleure amie, Sophie, elle met alors au point un plan ingénieux pour préserver sa liberté : elle va se grimer et s’enlaidir à souhait pour décourager son soupirant…

Mon avis :

Pour le cœur d’un lord

1808
Sarah Sudley vient de faire la rencontre qui va bouleverser sa vie : il s’agit de leur futur voisin, Quentin Burke, lord Branson, qui vient d’acheter le domaine tout proche, Thornwhistle. Mais ce n’est pas son père, qui n’a d’yeux que pour ses traductions de latin, ou sa sœur, la très belle mais très artiste Ailis, qui pourront lui en dire plus sur ce beau jeune homme…

1814
Sarah est véritablement devenue l’intendante de Sudley, au détriment des occupations habituelles pour une jeune femme de son âge. Mais aller à Londres pour la saison est devenu un impératif. Il lui faut maintenant attendre le bon vouloir de sa sœur, qui ne peut se résoudre à quitter la maison tant qu’elle n’a pas achevé son tableau. Les deux sœurs se disputent d’ailleurs régulièrement : Sarah espère que sa sœur trouvera enfin un mari, tandis qu’Ailis n’a aucune envie d’avoir quelqu’un qui régente sa vie. Elle n’accepte d’accompagner Sarah à Londres que parce qu’elle va suivre les cours du célèbre Maximilian Franck. Mais les deux jeunes femmes ne peuvent aller seules à la capitale, et qui mieux que lord Branson pour les guider, lui qui est leur voisin le plus cher (surtout pour Sarah) ? Mais arrievera-t-il à la voir autrement que comme sa petite voisine ?

C’est une première romance sympathique, avec deux sœurs complètement différentes, qui nous entraînent dans le milieu artistique londonien du XIXe siècle et tous les tabous qu’il comprenait à l’époque. Bien qu’Ailis puisse sembler très égoïste d’un premier abord, on finit par s’attacher à elle et à comprendre son envie de sortir du carcan de la société. Sarah au contraire est davantage ancrée dans les mœurs, et garde en tête sa volonté de trouver un mari. Mais pas n’importe lequel !

Le secret de lady Jeffrey

Abby (Abigail), Phoebe, Mary, Kitty et Jonathan sont orphelins. C’est Abby, l’aîné, qui s’occupe de ses frère et sœurs, au détriment de sa propre vie. Mais c’est sans compter sur lady Jeffrey, leur auguste tante. Et celle-ci est bien décidée à marier l’intégralité de ses nièces en une seule saison !

Voilà donc toute la petite troupe en route pour Londres. Lady Jeffrey a loué une grande demeure, celle de lord Harrington. Mais il se trouve que le fameux lord Harrington n’est pas au courant que son commis loue sa maison dans son dos. Et qu’il a décidé de rentrer plus tôt de son voyage d’affaires…

Une fille à marier, c’est déjà compliqué. Mettez-en quatre, c’est l’impossible en personne ! Et c’est un peu le point faible de cette histoire : on aurait envie de découvrir petit à petit chacune des histoires, et non quatre en 200 pages. On regrette cette précipitation, qui nous empêche de nous attacher davantage aux personnages. C’est bien dommage !

Le stratagème d’une fiancée

1813
Jane Verey est éberluée : Sophie, sa meilleure amie, lui annonce qu’elles vont aller se coucher à jeun se soir là, afin de rêver de leur époux. Car oui, nous sommes la veille de la Sainte-Agnès, et c’est ce qu’il se passe à ce moment-là (personnellement, je n’ai jamais essayé, mais je devrais peut-être). Pour Jane, déjà c’est compliqué de croire à ce genre de superstition, mais partir se coucher sans manger, quelle torture ! La nuit venue, la jeune fille entend du bruit, se lève, et voit passer un jeune homme devant sa porte…

1817
Le prétendant de Jane, Philip Delahaye, lui a fait faux bond, ce qui n’a pas forcément déçu la jeune femme. Il est minuit passé, il est temps d’aller dormir. Cet homme, qu’elle ne connaît pas mais auquel elle est promise, pourrait aider les finances de la famille à aller mieux, c’est bien la seule et unique raison pour laquelle Jane tolère sa cour épistolaire. Mais soudain, la cloche de l’entrée est violemment actionnée. Et le malotru, Philip bien sûr, ne s’excuse même pas de son retard, et en plus réclame son dîner (et une servante pour réchauffer son lit !). Qu’à cela ne tienne, Jane a une idée pour le punir. Grimée en vieille paysanne, grosse et rougie, elle va le réveiller le lendemain matin, dès le chant du coq…

Il est bien agréable d’avoir une romance qui commence sur les chapeaux de roue comme celle-ci ! D’autant plus que le couple de départ ne sera pas forcément celui de l’arrivée, ce qui rend l’intrigue encore plus innovante.

Un recueil qui a su me charmer par certains côtés mais qui m’a déçue par d’autres. On passe néanmoins un bon moment en compagnie de nos héroïnes, même si on peut regretter d’en quitter certains trop vite !

Bon

Acheter sur Amazon

Chronique réalisée par RoseRose

:star: Le bal des débutantes, Collectif

Le bal des débutantesNombre de pages : 512 pages
Éditeur : Harlequin
Date de sortie : 1er mars 2015
Collection : Hors-série
Langue : Français
ISBN-10: 2280331438
ISBN-13: 9782280331432
Prix Éditeur : 7,50 €
Disponible sur Liseuse : Oui

Son résumé :

Pour le cœur d’un lord, Julia Justiss

Angleterre, 1814
Cela fait six ans que Sarah est secrètement amoureuse de Quentin, lord Branson, un ami de la famille. Aussi, le jour où son père lui annonce que cet homme irrésistible la chaperonnera durant sa première saison à Londres, Sarah est folle de joie. N’est-ce pas là l’occasion rêvée de se rapprocher de l’homme qu’elle aime et, surtout, de lui ouvrir enfin les yeux sur la femme qu’elle est devenue ? Une femme sûre d’elle et prête à tout pour le conquérir…

Le secret de lady Jeffrey, Judith Stafford

Londres, 1815
Comment, en une seule saison, réussir à marier quatre débutantes sans le sou ? Voilà un défi sur mesure pour la mystérieuse et extravagante lady Jeffrey, défi qui rencontre un succès aussi éclatant qu’inattendu. Les jeunes filles deviennent très vite les coqueluches de la haute société. On murmure alors que lady Jeffrey a un secret, et qu’elle ensorcelle les potentiels soupirants !

Le stratagème d’une fiancée, Nicola Cornick

Angleterre, 1817
Certaine d’être promise au grand amour, lady Jane fait grise mine quand elle apprend que le duc de Delahaye veut lui faire épouser son frère cadet, Philip. Jamais, au grand jamais, elle n’unira son destin à celui de ce dandy arrogant et futile ! Avec l’aide de sa meilleure amie, Sophie, elle met alors au point un plan ingénieux pour préserver sa liberté : elle va se grimer et s’enlaidir à souhait pour décourager son soupirant…

Mon avis :

Pour le cœur d’un lord

1808
Sarah Sudley vient de faire la rencontre qui va bouleverser sa vie : il s’agit de leur futur voisin, Quentin Burke, lord Branson, qui vient d’acheter le domaine tout proche, Thornwhistle. Mais ce n’est pas son père, qui n’a d’yeux que pour ses traductions de latin, ou sa sœur, la très belle mais très artiste Ailis, qui pourront lui en dire plus sur ce beau jeune homme…

1814
Sarah est véritablement devenue l’intendante de Sudley, au détriment des occupations habituelles pour une jeune femme de son âge. Mais aller à Londres pour la saison est devenu un impératif. Il lui faut maintenant attendre le bon vouloir de sa sœur, qui ne peut se résoudre à quitter la maison tant qu’elle n’a pas achevé son tableau. Les deux sœurs se disputent d’ailleurs régulièrement : Sarah espère que sa sœur trouvera enfin un mari, tandis qu’Ailis n’a aucune envie d’avoir quelqu’un qui régente sa vie. Elle n’accepte d’accompagner Sarah à Londres que parce qu’elle va suivre les cours du célèbre Maximilian Franck. Mais les deux jeunes femmes ne peuvent aller seules à la capitale, et qui mieux que lord Branson pour les guider, lui qui est leur voisin le plus cher (surtout pour Sarah) ? Mais arrievera-t-il à la voir autrement que comme sa petite voisine ?

C’est une première romance sympathique, avec deux sœurs complètement différentes, qui nous entraînent dans le milieu artistique londonien du XIXe siècle et tous les tabous qu’il comprenait à l’époque. Bien qu’Ailis puisse sembler très égoïste d’un premier abord, on finit par s’attacher à elle et à comprendre son envie de sortir du carcan de la société. Sarah au contraire est davantage ancrée dans les mœurs, et garde en tête sa volonté de trouver un mari. Mais pas n’importe lequel !

Le secret de lady Jeffrey

Abby (Abigail), Phoebe, Mary, Kitty et Jonathan sont orphelins. C’est Abby, l’aîné, qui s’occupe de ses frère et sœurs, au détriment de sa propre vie. Mais c’est sans compter sur lady Jeffrey, leur auguste tante. Et celle-ci est bien décidée à marier l’intégralité de ses nièces en une seule saison !

Voilà donc toute la petite troupe en route pour Londres. Lady Jeffrey a loué une grande demeure, celle de lord Harrington. Mais il se trouve que le fameux lord Harrington n’est pas au courant que son commis loue sa maison dans son dos. Et qu’il a décidé de rentrer plus tôt de son voyage d’affaires…

Une fille à marier, c’est déjà compliqué. Mettez-en quatre, c’est l’impossible en personne ! Et c’est un peu le point faible de cette histoire : on aurait envie de découvrir petit à petit chacune des histoires, et non quatre en 200 pages. On regrette cette précipitation, qui nous empêche de nous attacher davantage aux personnages. C’est bien dommage !

Le stratagème d’une fiancée

1813
Jane Verey est éberluée : Sophie, sa meilleure amie, lui annonce qu’elles vont aller se coucher à jeun se soir là, afin de rêver de leur époux. Car oui, nous sommes la veille de la Sainte-Agnès, et c’est ce qu’il se passe à ce moment-là (personnellement, je n’ai jamais essayé, mais je devrais peut-être). Pour Jane, déjà c’est compliqué de croire à ce genre de superstition, mais partir se coucher sans manger, quelle torture ! La nuit venue, la jeune fille entend du bruit, se lève, et voit passer un jeune homme devant sa porte…

1817
Le prétendant de Jane, Philip Delahaye, lui a fait faux bond, ce qui n’a pas forcément déçu la jeune femme. Il est minuit passé, il est temps d’aller dormir. Cet homme, qu’elle ne connaît pas mais auquel elle est promise, pourrait aider les finances de la famille à aller mieux, c’est bien la seule et unique raison pour laquelle Jane tolère sa cour épistolaire. Mais soudain, la cloche de l’entrée est violemment actionnée. Et le malotru, Philip bien sûr, ne s’excuse même pas de son retard, et en plus réclame son dîner (et une servante pour réchauffer son lit !). Qu’à cela ne tienne, Jane a une idée pour le punir. Grimée en vieille paysanne, grosse et rougie, elle va le réveiller le lendemain matin, dès le chant du coq…

Il est bien agréable d’avoir une romance qui commence sur les chapeaux de roue comme celle-ci ! D’autant plus que le couple de départ ne sera pas forcément celui de l’arrivée, ce qui rend l’intrigue encore plus innovante.

Un recueil qui a su me charmer par certains côtés mais qui m’a déçue par d’autres. On passe néanmoins un bon moment en compagnie de nos héroïnes, même si on peut regretter d’en quitter certains trop vite !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Artemissia Gold 64899 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines