Magazine Culture

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre

Publié le 16 mars 2015 par Diana

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre

Opus n°4 pour la prisonnière 701, Mélodie de la Rancune/Joshuu Sasori Nanahyakuichi Go : Urami Bushi(1973) s'ouvre sur l'arrestation manquée de Sasori. L'ensemble des unités des forces de l'ordre est à ses trousses. Blessée, Nami se réfugie dans les toilettes d'un cabaret pour adulte. Un employé prénommé Kudo l'aide à se cacher, c'est un ancien militant communiste. Ils feront cause commune pour échapper à la police...

L'ouverture de la Mélodie de la Rancune nous montre une Sasori plus animale que jamais. Elle parvient à se défaire des griffes de policiers en pratiquant une violence sèche sans concession. Surtout et pour la première fois depuis le début de la saga, Sasori fera équipe avec un homme, ancien militant sauvagement torturé par la police.

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre

Sasori et Kudo ont la même haine de l'autorité et cette même rage qui les anime lorsqu'il s'agit d'en découdre avec les forces de l'ordre. Matsu trouve en Kudo, le corps remplit de stigmates de la répression policière un alter ego. Ce dernier l'entraînera même sur une attaque à main armée qui l'amènera derrière les barreaux avec une peine de mort à la clé. A nouveau, Sasori est une prisonnière, surveillée par des gardiens aussi horribles que pouvaient l'être ses anciens geôliers et cela dans l'attente de l'échafaud.

C'est avec Mélodie de la Rancune que Meiko Kaji endosse pour la dernière fois le costume de Sasori. Quatre films dans lesquels, l'actrice aura donnée toute sa splendeur. Mais aussi ses lettres de noblesse à la vengeance, caractérisé par ce personnage à fleur de peau. Enragée, Meiko/Sasori fait corps avec un symbole féministe criant sa révolte (question de point de vue). Dans cette dernière représentation, Meiko Kaji donne à son personnage l'espoir et la possibilité d'aimer à nouveau. Elle qui était si distante et froide avec les hommes tombe à nouveau amoureuse. Elle éprouve des sentiments. Emprisonnée, elle s'évadera une nouvelle fois pour créer la légende d'une femme constamment en fuite. Un fantôme qui ère dans les couloirs, dans les rues des villes jusqu'à assassiner son nouvel amour, synonyme de sa faiblesse. Sasori tue alors pour tuer Nami Matsushima et ainsi pour ne devenir que Sasori à jamais.

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre

Mélodie de la Rancune est réalisé par Yasuharu Hasebe qui reprend donc les reines de la mise en scène. Cela après que les trois premières œuvres aient été de Shunya Ito qui aura profondément marqué la saga de son emprunte (notamment en lui donnant les bases d'une œuvre forte et superbement réalisé). Le défi pour Yasuharu Hasebe était de faire perdurer une légende cinématographique sous les traits de Sasori, chose difficile. Si Yasuharu Hasebe parvient à mettre en place par moment un visuel intéressant, il pêche à réaliser une œuvre singulière jusque dans la musique qui fait défaut. Du coup, Mélodie de la Rancune est une œuvre de moindre facture, trop classique mais qui fait tout de même perdurer ce personnage de Sasori dans la légende du film d'exploitation.

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre

Mélodie de la Rancune : Ballade macabre


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine