Magazine Cinéma

Au cinéma : «Citizenfour»

Publié le 17 mars 2015 par Masemainecinema @WilliamCinephil

Janvier 2013. La documentariste Laura Poitras travaille sur un film, concernant les écoutes illégales que mènerait la NSA, le service de renseignements américains. Elle prévoit d’en faire le troisième opus de sa trilogie sur l’Amérique post-11 septembre, commencée avec My country, my country (2006, sur la vie en Irak sous l’occupation américaine) et The Oath (2010, qui parle de la « guerre contre le terrorisme » américaine).

Elle reçoit alors des mails cryptés : son interlocuteur lui annonce détenir des preuves des écoutes de la NSA. Après plusieurs échanges, il lui propose de se rencontrer dans une chambre d’hôtel à Hong Kong. Elle s’y rend, sur son conseil, en compagnie des journalistes Glenn Greenwald et Ewen MacAskill.

Screen-Shot-2015-02-11-at-11.21.01-AM

Il signe : « Citizenfour ».

Il s’appelle Edward Snowden. Et il va bientôt devenir l’un des hommes les plus connus et recherchés de la planète.

Citizenfour est donc basé sur les images tournées par Laura Poitras pendant cette rencontre à Hong Kong. On y voit la rencontre entre Snowden et les journalistes, et le mécanisme des révélations : comment l’ancien agent de la NSA leur explique les documents, quels aspects de l’histoire ils décident de raconter, quand son publiés les premiers articles… Et surtout, quand révéler l’identité du lanceur d’alerte.

Unknown-11

Mais il n’y a pas que ça, et c’est là tout le génie de la documentariste. Son long-métrage mêle images de la rencontre, scènes issues de son long travail sur le sujet, et récit des conséquences. Construit comme un véritable film d’espionnage, il tient le spectateur en haleine jusqu’au bout, alors même que le dénouement est connu. Le documentaire tient du thriller, tant les démêlés de Snowden, puis des journalistes qui l’ont écouté, avec l’administration américaine sont empreints de danger.

Un sujet aussi complexe que celui-ci n’est pas facile à mettre en image. Laura Poitras en tire parti de façon très intelligente. Elle échappe au piège du documentaire qui parle trop, en grande partie, paradoxalement, grâce à son sujet. Les visages des protagonistes illustrent à eux seuls l’énormité d’un tel sujet. Ses échanges cryptés avec Snowden sont eux figurés par ses mails et sa voix qui les commente. Ils sont d’ailleurs les seuls témoins de la présence de Laura Poitras, avec son ombre que l’on perçoit parfois. La caméra est entièrement au service de son triple sujet : les pratiques illégales de la NSA, le drame médiatique qui a fait suite aux révélations, et Edward Snowden.

citizen1

Il ne souhaitait pas être placé au centre de toute l’histoire. Sa priorité était de faire savoir ce que faisait l’administration américaine. Ce fut un succès à l’époque. Mais dans Citizenfour, Snowden ne peut se détacher de sa posture de personnage principal, de sujet. Il se pose même en véritable héros, sympathique, désintéressé et préoccupé par l’intérêt commun. Désarmé, terrifié par le futur, mais pourtant résolu à affronter son « adversaire » – les Etats-Unis d’Amérique, rien que ça !

Il risque sa vie mais ne se pose pas de questions. Les scènes « intermédiaires » où on le voit échanger des messages avec sa fiancée, se préparer à sortir de l’hôtel, ou se préoccuper de sa sécurité, sont peut-être parmi les plus intéressantes. Elles dressent un portrait de ce personnage que l’on avait vu dans quelques minutes d’une vidéo mais qui restait une ombre surplombant l’affaire des écoutes.

Citizen Four est sans aucun doute un film d’intérêt public. Parce qu’il permet d’avoir une vue d’ensemble sur un dossier complexe mais passionnant. Parce qu’il permet de se rendre compte de nombreux problèmes dans les fonctionnements de nos sociétés. Parce qu’il montre à tout le monde que le rôle des lanceurs d’alerte est essentiel, et qu’il faut oser se dresser contre l’injustice et les abus de pouvoirs. Parce que, malgré la neutralité de la caméra et l’absence de thèses engagées, c’est un film politique par son sujet. Enfin, parce qu’il dresse, en creux, un portrait de cette société du XXIe siècle mondialisée et numérisée dans laquelle nous vivons.

304608

Citizenfour. De Laura Poitras. Avec Edward Snowden, Glenn Greenwald, Kevin Bankston, Julian Assange, Ben Wizner, William Bourdon, Gonzalo Boye, David Miranda, …

Sortie le 4 mars 2015.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Masemainecinema 6107 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines