Magazine Culture

Dominique A - Eléor

Publié le 17 mars 2015 par Lamusiqueapapa @musiqueapapa
Dominique A - Eléor Voilà. Les choses sérieuses commencent. C'est pas pour dire mais je trouve que ce début d'année musicale ronronne. A moins que cela vienne de moi. Je n'y trouve pas mon compte ou si peu. Besoin de repères. Et qui de mieux que le grand A pour GPS ? Parce que je crois bien que c'est le seul. Le seul dont j'achète encore chaque nouveau disque les yeux ou plutôt les oreilles fermées. Encore que, cette fois-ci, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai douté. Les victoires de la musique, les compositions pour Calogero, la reconnaissance du grand public et puis sa musique plus ouverte, accessible, toussa, toussa. J'étais prêt à lui tomber dessus au cas où. Bah ouais, on a beau être fidèle, ce n'est pas une raison pour tout laisser passer. Le premier titre "Eléor" était plutôt bon mais "Au revoir mon amour" m'avait laissé plus circonspect. Bien, bien, mais sans surprise. Dominique A devient prévisible. "Vers les lueurs", je l'ai beaucoup aimé mais il faut avouer que ce n'est pas son meilleur album. "Rendez-nous la lumière", c'était quand même facile comme morceau. Fini le temps de "La Fossette", "La Mémoire Neuve" ou "Remué", de ces albums différents. Avec leurs défauts. Mais différents. Maintenant, le chanteur n'est plus dans la marge, il est au coeur du combat, avec les autres. Il faut s'en accommoder. La maturité sans doute. Il veut se mesurer à l'affluence. Ne plus être premier dans sa catégorie par manque de concurrence. Et force est d'avouer qu'il s'en sort bien. Très bien, même.  Dominique A - Eléor "Eléor" est un recueil de chansons presque pop, mélodiques, d'une durée dépassant rarement les 4 minutes. Il y a une volonté de concision, d'aller à l'essentiel. A quelques exceptions près (le milieu du disque), c'est très réussi. Et puis ce qui le distinguera toujours du commun de la chanson française, c'est cette qualité des arrangements, cette retenue salutaire dans l'orchestration. Tout est pesé, pensé, même si on aimerait que par moments, ça pète, ça s'envole, on sait qu'il a raison, c'est cette sobriété là qui rend sa musique aussi précieuse. Ce sont ces petits détails qui font qu'on ne s'en lasse pas. Et voilà. Mine de rien, il a encore gagné.
Clip de "Au revoir mon amour" :

Clip de "Eléor" :

Concert à emporter :

Concert à l'Auditorium de la Maison de la Radio le 15/03/2015

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lamusiqueapapa 3864 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines