Magazine Culture

Martin Rueff, le dernier des icariens

Par Angèle Paoli

Martin Rueff, Icare crie dans un ciel de craie,
Éditions Belin, collection L’Extrême contemporain, 2007.



UNE ÉPOPÉE EXISTENTIELLE

   En treize chants, Icare crie dans un ciel de craie narre l’aventure d’un moi icarien. Un moi confronté à une expérience aux rebondissements multiples. Au gré des fantaisies d’une imagination fertile et de ses inventions, le poète revisite le mythe d’Icare, héros de l'Antiquité, son double, et le rend à la dimension existentielle qu'il a pour lui. Poème de l'espace et des abysses, Icare crie dans un ciel de craie est aussi le poème d'une métamorphose. Une mue lente et difficile qui s’accomplit en deux temps. Avant l’impact ― la chute dans les airs ―, après l’impact ― la chute dans la mer.

  Icare crie dans un ciel de craie. Parfait ennéasyllabe, le titre contient déjà toute la poésie enclose dans la combinaison des mots et des syllabes et évoque à lui seul les deux préoccupations majeures du poète icarien. Le travail sur les mots, agencements, échos et anagramme, Icare/crie/craie, et une réinterprétation personnelle de l'histoire d’Icare.

In der Luft

  Chant d’ouverture d' Icare crie dans un ciel de craie, le chant premier du poème jette ses « mots isolés » sur les traces laissées par les mots du poète allemand Paul Celan. In der Luft, da bleibt deine Wurzel, da , in der Luft. « En l'air, là reste ta racine, là, en l'air »*. C'est là, en l'air, dans le « ciel de craie » auquel il aspire, qu’Icare s'inscrit. Au-dessus de la ville et de son espace tendu de tours. Un espace conquis par la force du cri lancé au-dessus des dalles qui le tenaient prisonnier. Dalle/Dédale, première « astuce » d'Icare. Celle de la « dalle levée », première expansion vers le ciel dès le début du chant I. Enfin libéré de son préfixe privatif « dé », le fils de Dédale lance son cri dans l’espace céleste, espace ouvert dans lequel il cherche à s'enraciner. Loin du père. Un espace d'au-delà des tours qui enchaînent et enferment ― racine, fils ? Ancre, couloir, poitrine. Ciel où s’abolissent les contraires ― tour de silence/tour de cri (tour d'écrou ?). Un espace construit sur les répétitions de consonnes, celles-là mêmes qui sont incluses dans le titre. Le cri roule ses allitérations en « r », traverse l'espace par circularités, « de la gorge du ciel dans la gorge du ciel ». Le chant se clôt sur la douleur hurlante d’Icare, cri de révolte peut-être qui cible le ciel, criblant l’espace de crissements aigus.

Modernité d’Icare

  Beaucoup plus long, le chant II situe l’aventure icarienne de Martin Rueff du côté d’Hyperboréa, espace glacé, confins de terres à explorer où soufflent les vents du Nord.
   L’envol d’Icare vient d’avoir lieu ― Ça y est/C’est fait. Le fils de Dédale s’est détaché du monde ancien qui était le sien jusqu’alors. Icare parcourt un monde nouveau, vitesse V et modernité, haute voltige de la technologie, altimètres et fuselages du corps magnifié par l’élan sportif. Hommage au passage à Guillaume Apollinaire et à « Zone », le long poème préliminaire d’Alcools. Nouveau Christ ascensionnel, tour à tour skieur de tremplin, cycliste en lycra, danseur étoile, amateur de trampoline, trapéziste, plongeur d’Acapulco, spécialiste du saut de l’ange et de la mort, parachutiste, Icare polymétis s’élance, glisse, dévisse, pique, attentif aux stratégies de son corps-fusée, pistes de lancement. Les phrases brèves, sans déterminants ni ponctuation visent l’efficacité, la vélocité et répondent à la soif jubilatoire de la modernité. Une modernité qui renvoie Dédale, le père, et son enseignement, son savoir, ses transmissions, son goût de la technique et du vent dans des parenthèses qui ponctuent les différentes séquences du chant : (De son père il retient le respect des instructeurs/des ingénieurs/des inventeurs). À moins qu’il ne faille considérer ces parenthèses comme autant de reviviscences mémorielles. De son père, Icare a gardé « le goût les blagues sottes », celui des jeux de mots faciles― « Globules de savon », peut-être aussi celui des apocopes ― « mes hallus mignonnes »―, des néologismes ou des citations, de la trouvaille ― « Effort suprême et pronominal » que le héros décline sous forme d’injonction répétitive, doucement persuasive :

Se laisser aller
Se laisser porte
Facile à dire
Se laisser aller
Se dérober
S’absenter

   Tous ces efforts ne vont pas sans douleur ni souffrance, ni « goût de sang dans la bouche ». Plaisirs et dangers de l’enfance et de l’adolescence se terminent par la chute finale d’Icare et l’interrogation inquiète de Dédale :

Icare, dixit, ubi es ? Qua te regione requiram ? (Icare, dit-il, où es-tu ? En quel lieu me faut-il te chercher ?)

   Au questionnement du père, tel que rapporté par Ovide**, répond l’Icare de Bruegel l’Ancien :

« Dans un angle du tableau
Oui, là, en bas à droite
La jambe dans une gerbe d’eau
C’est bien moi sur l’image
Ô « comme tout se détourne »
― oui, comme tout se détourne

C’était moi. »

   Plus près de nous, encore, cette évocation « vague » d’Icare dans les vers de William Carlos Williams (Paterson):

« A splash quite unnoticed
This was
Icarus Drowning »

Disparition.

Trouver son verbe

  À la longue séquence du chant deux, succèdent, du chant III au chant VIII, des poèmes brefs. Après les éclats sportifs et les performances d’artiste, Icare « secoué par la nappe du ciel » tente l’effacement. « Je m’efface » ; « j’essuie » ; « j’éponge ». Faufiler―se faufiler « dans la chair délitée de la tapisserie », afin qu’advienne ce qui doit se produire. Trouver enfin son verbe, tel est le désir exprimé au chant III.

  « Régi par l’éclair » du chant III, le verbe se faufile, dérive « dans les rafales rugies du ciel » du chant IV, puis se faufile encore de « rafales mugies » en « accalmies courtes ». Au chant V s’affrontent les contraires, l’un par l’autre abolis simultanément :

« je suis et je ne suis pas cet été qui finit et ne finit pas ».

  Avec le chant VI se noue et se dénoue la relation au père. Aux souvenirs tendres et familiers ― « Mon père m’appelait le petit jour » ― succèdent projets, ambitions et désirs. Qui se construisent avec le père et contre lui, sans lui, dans le silence de la mémoire. Le futur chasse le passé. L’affirmation du moi s’écrit dans la « cicatrice ancienne » : « j’étais le fils tranchant/je serai le fils déchirant ».

Petite suite après impact

  L’impact avec la mer se fait au chant VII. Rapide, bref, incisif, essentiel. Un baiser. Tout à la fois profond et ludique. Icare accueille la solitude des abysses. Mallarméenne solitude. « Solitude, récif, étoile ». Modernité.

  À partir du chant VIII, les poèmes sont annoncés par des titres. Intitulé le « Morceau fantôme », le chant VIII est un sonnet irrégulier. La tradition se fraye un passage à travers ce poème clos sur lui-même divaguant sur la vague, pareil à un vaisseau (une « urne ») porteur d’une voix inconnue, « Ta voix de cri de cœur ». Celle qui susurre « Sans toi, je ne suis rien/Sans toi, je ne suis rien ».

  Après « l’impact sourd » avec la mer, suit un silence ou un temps d’arrêt, marqué par les points de suspension qui précèdent le titre du chant IX… « dans la vague creuse ». Dans le long poème de la vague creuse, Icare, sens en éveil, évoque sa plongée-délire dans les profondeurs. Délesté de son père, Icare « décroché » récupère ses « dé ». Qui roulent d’un mot à l’autre de l’énumération, par contamination de sens et de sons :

« décroché
désamarré
déchu
délapsé
délavé
dévissé
dépoulpé
désenfanté
Icare désastré
Icare
décrié
enfin
Icare
dégringolé donc
dévalé dans l’averse
vers les parvis agités
des traînes frissonnantes… »

   La mer ― coups de poing dans la poitrine ― rythme le poème de ses onomatopées de locomotive ― tudum tudum tudum. Icare abandonné ― mère pourquoi m’as-tu abandonné ? ― « aux innombrables détours », « aux méandres duplices », « aux murs aveugles », «aux jambages multiples », crie désormais « dans le royaume des bulles », « dans le tube vitreux de sa téléportation sous-marine.» Et « la mer labyrinthe », « ciel d’en-dessous », de gloser le « sanglot d’Icare/d’Icare criant dans un ciel de craie ». Jusqu’à ce que, englouti, démantibulé, il ne reste du plongeur que borborygmes, transmis dans un inexprimable hoquet christique :

Hic Rhodus… Hic Saltus…

                           Hic.. Hic..

                                         Hic est corpus meus… Hic..

                           corpus

                                                          Hic…

                                                                               …us…

                                                                                             Hic…


   Suit le chant X qui déroule les longues strophes de Nage nu/Souvenirs de maraudes aquatiques. Scaphandre lourd et malhabile, « michelin des profondeurs », « cosmonaute pataud lourd/pas lents », Icare nu explore les « combles poissonneux » de ses « maraudes » anciennes. De derrière la loupe arrondie de son « hublot ridicule », montent les bulles d’assonances en « u ». Nu / tuba / lunettes / buée / muqueuses / surface /voluptés /méduse / ondulations/ lotus / utriculaires /urinatores / ultralucides…

  Et toujours, le refus des techniques du père s’accompagne d’expériences nouvelles, nouvelles voies à explorer ― leçons des yogis mangeurs d’aulx… exercices de bathygymnosophistique ―, nouveaux jeux du langage ― célinien « agité du bocal » ―, petits blocs de terminologies futuristes, mystérieuses : « l’onde alea/mimicry/dont l’onde ilinx/nu dans la longueur/des ondes. Icare nu, pris dans son propre cercle, évolue au « ralenti » :

« ralenti
Icare
nu
regardait
dans le nu
le nu d’Icare ».

La Babel subaquatique d’Icare

   Dans le chant suivant, Icare XI, également intitulé Papier bulle (Ivresses d’heures profondes), la remontée de « l’antiquaille » devient oppressante. Le chant s’ouvre en exergue sur un extrait de Fin de partie, de Samuel Beckett. Pour Winnie, les classiques ne sont plus qu’antiquailles qui aident à « tirer votre journée ».

  Icare, en proie à l’ivresse des profondeurs, laisse affluer en lui le fatras des antiquailles. Les « dragées de couleur » et « perles de poèmes » remontent, surgissent sans ordre sous « l’effet de l’eau mnémotechnique », héritage du père et de la tradition. Les vers de Virgile se mêlent à la rasbaïe, les « fanfreluches antidotées » de Rabelais côtoient les messages in the bubbles, le poète français du XVIe siècle, Desportes, rejoint Ungaretti, dit Ungà, les adresses lyriques à Le Masson, moine chartreux picard du XVIIe siècle, succèdent aux comptines d’enfant. Tibulle, Dante, Leopardi, Aloysius Bertrand, Artaud, Valéry, Desnos, Celan encore… sont aussi convoqués. Bosch et Chagall. Les citations anglaises, allemandes, grecques, latines, françaises forment un damier aquatique babélien. Encore enrichi par les néologismes, fantaisies de langage, mots rares et savants. L’ensemble, recomposé au fil des vagues, donne un manteau d’arlequin hérité de longue date, tissé du nom des néréïdes et troué ça et là d’onomatopées marines avec ponctuation en forme de vaguelettes avec variations/tildes.

         …pof

            pof                                          

            pof…                                                            

                           

ou

               

̃

̃

        …pof

       pof

       pof

̃

̃


   Au final, il reste « un vieux poème/composé d’enfances/et d’allégories bêtes/en première communion ». Au final, « muet comme carpe / Icare récite en sous-marin / son naufrage ».

Icare, rappelé à l’ordre, doit aller jusqu’au bout de sa chute :

« : c’est l’heure Icare
: c’est l’heure
mon petit
        c’est l’heure. »


   La chute cruelle se poursuit donc au chant suivant. Icare XII. Ne coulant (En nage de sombrer). Emporté par les courants, Icare dérive sur « un lit de corail ». Il remonte l’alphabet, s’accroche aux hameçons des « consonnes indurées ». En proie à ses rêves et à ses souvenirs, Icare « sommeille dans un fourmillement de lettres ». Il pleurniche entre les eaux et se prend à rêver de ses poèmes de jadis et de son amour :

Je me souviens comme je t’appris à nager…

La mer était verte comme tu l’aimais
La mer était verte et calme
Tu avais enlevé ta robe…


  Quelle leçon tirer du « souvenir d’enfance d’Icare » ? En finir avec la jeunesse. En retenir la leçon: la respiration.

L’Eden d’Icare

   Dans le dernier chant, Icare XIII, noir profond rouge/sombrée Icare, Martin Rueff évoque la fin d’Icare, ce moment où la pensée se désagrège « dans la boîte noire illisible ». Inspiré de Jack London, le premier mouvement du chant reprend un paragraphe du chapitre XLVI de Martin Eden. Martin Rueff prenant son élan sur les phrases de Jack London, les complète pour en attribuer le sens à Icare :

   « And at the instant he knew, he ceased to know***/Au moment même où il sut, il cessa de le savoir il mais qui maintenant qui sait quoi dès lors que hormis quand ».
Icare «  le foudroyé le fou noyé le fou droyé » …

   Le chant se termine sur l’éloge de « la rose des mers », la « nonpareille ». C’est là maintenant que loge Icare au cœur d’une rose.

   Une « rose    recueil » / « rose   relique » / « rose   réversible » /qui catalyse à elle seule dans l’intime du « bouton de rose entendu de personne » tous les pouvoirs de la création poétique.

« Un rien
Nous étions, nous sommes, nous
Resterons, en fleur :
La rose de rien, de
personne. »****


Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli


* Paul Celan, « Et avec le livre de Tarussa », in La Rose de personne, José Corti, 2002, pp. 152-153.
**Ovide, Métamorphoses, VIII, vers 223-235, GF-Flammarion, 1966, page 210. Traduit par Joseph Chamonard.
***Jack London, Martin Eden, chapitre XLVI.
**** Die Niemandsrose (Paul Celan, « Psaume », La Rose de personne, id., page 39).



Voir aussi :
- (sur Terres de femmes) Martin Rueff/Et des coups de poing dans la poitrine (extrait de Icare crie dans un ciel de craie.



Retour au répertoire de
mai 2008
Retour à l' index des auteurs
Retour à l’ index des « Lectures d’Angèle »

» Retour Incipit de Terres de femmes

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Icare crie dans un ciel de craie, de Martin Rueff

    icaro, è l’ora En treize chants, Icare crie dans un ciel de craie narre l’aventure d’un moi icarien. Un moi confronté à une expérience aux rebondissements... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Martin Rueff

    Martin Rueff vient de recevoir le prix Yvan Goll (qui lui sera remis au Marché de la poésie) pour Icare crie dans un ciel de craie J’attends. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Martin Rueff

    est né en 1968. Il enseigne la littérature à Paris et à Bologne. Ses travaux portent sur Jean-Jacques Rousseau, la philosophie contemporaine, les rapports... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Joyeux anniversaire Jacques Martin !

    Il reste peu de légendes vivantes de la BD franco-belge ayant participé avec Hergé ou Jacobs à cette incroyable aventure au lendemain de la seconde guerre... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Joyeux anniversaire Martin Jamar !

    Le dessinateur et illustrateur belge, né à Liège, Martin Jamar fête aujourd’hui ses 49 ans. Il est devenu l’un des spécialistes des aventures napoléoniennes... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Martin Creed

    Martin Creed

    Est né en 1968 à Wakefields en Angleterre.Il a étudié à la Slade School of Fine Art de Londres entre 1986 et 1990.Depuis 2001, il vit et travaille à Alicudi en... Lire la suite

    Par  Pierre Pozzi
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Martin Klimas

    Photographe né à Singen en Allemagne en 1971, diplômé en Communication visuelle à la Fachhochschüle de Düsseldorf.A exposé à Berlin, Cologne, Turin, Bruxelles,... Lire la suite

    Par  Pierre Pozzi
    BEAUX ARTS, CULTURE

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 36629 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines