Magazine Cinéma

Precious - 5/10

Par Aelezig

z30

Un film de Lee Daniels (2009 - USA) avec Gabourey Sidibe, Mo'Nique Imes-Jackson, Paula Patton, Lenny Kravitz, Mariah Carey

Déçue je suis.

L'histoire : Quartiers défavorisés, Harlem. Precious est une jeune ado obèse et déjà maman, par l'entremise de beau-papa. Elle sert de boniche à la maison, sa mère ne fait rien de la journée, à part l'enguirlander, la traiter de tous les noms et lui donner des ordres. A l'école, elle est plutôt bonne élève, mais, moquée par ses camarades, humiliée par sa mère, elle vit repliée sur elle-même et s'échappe dans ses rêves où elle est une super star... Lorsque la directrice du lycée comprend qu'elle est de nouveau enceinte, elle l'expulse mais la dirige vers une école alternative, qui gère les cas difficiles...

Mon avis : Ce film a reçu un immense succès et j'étais très curieuse de le voir, d'autant qu'il parle d'une certaine Amérique et que j'adore l'Amérique, même avec ses défauts (normal). Mais j'ai en fait trouvé ça très mélo... avec une fin super convenue, super moraliste, et un peu naïve.

Ce que vit cette pauvre gosse est terrible, mais ça ne m'a guère intéressée. L'actrice n'est pas très charismatique, c'est le moins que l'on puisse dire, même si elle joue assez bien. Elle ne m'a en rien impressionnée ni émue.

z31

Par contre, j'ai trouvé rigolo de trouver dans des petits rôles les chanteurs Lenny Kravitz, et surtout Maria Carey, la diva, sans aucun maquillage, et ça c'est drôlement cool et courageux.

Critiques dithyrambiques donc : "Precious est une véritable ode à la vie, servie par les performances bouleversantes de Gabourey Sidibe, Mo'nique, Paula Patton et une Mariah Carey aussi méconnaissable qu'étonnante" (Métro) ; "Precious , c'est l'impressionnante Gabourey Sibide, dont la performance délicate fait aimer cette fille perdue, résolue à relever la tête devant les ­humiliations quotidiennes (...) dernier miracle en date du cinéma indépendant américain" (20 minutes) ; "Precious mêle avec bonheur réalisme social plombant et fantaisie onirique, humour caustique et sens du tragique, mélodrame et espoir" (Première) ; "le film de Lee Daniels est porté par une mise en scène à fleur de peau et s'envole grâce à l'émotion de son actrice principale Gabourey Sidibe" (Le Figaroscope), etc. etc. etc.

z32

Je suis plus en phase avec ça (si, si, il y en a qui n'ont pas aimé non plus) : " Precious n'est pas un mauvais film, il est pétri de bonnes intentions et de bons sentiments. Mais il est pleurard et sans regard. Sans point de vue de cinéaste et, donc, rigoureusement sans intérêt" (Télérama) ; "Pas une idée, pas une scène qui sonne juste, juste du cabotinage de mauvais film indépendant" (Excessif).

Les spectateurs semblent également frappés par la grâce. Bizarre. Serait-ce parce qu'on leur a dit qu'il fallait s'extasier ? Parfois je me demande...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines