Magazine Culture

Essaies sur la littérature contemporaine, que trouvent-on dans les romans ?

Publié le 04 février 2015 par Milkydream

Il y a des romans qui nous racontent, parce que la littérature aime parler de nous et de la vie qu'on mène. Elle trouve sa source dan le réel, et les auteurs écrivent sur leurs contemporains. Alors le lecteur partage avec son alter-ego de papier tout ce qui le concerne. Tout est fait pour qu'ils s'entendent, car si l'on tend "le miroir le long du chemin" (comme ce plaisait à le dire Flaubert) tout deux peuvent se reconnaître. Si les romans sont des révélateurs de vérité, et qu'on les lit, alors on saura à quoi ressemble notre vie, et peut être même savoir ce que l'on pense. Alors de quoi parle t-on en littérature ? Quel est le courant présent qui pousse les auteurs à écrirent ?* ]

*(cet article est fait à partir de mes observations personnelles sur des livres que j'ai lu et synthétisé, il est donc subjectif et n'a pas de valeur sociologique ou autre)

e qui transparaît derrière la futilité apparente de certaines existences de bonnes épouses et ménagères qui mène leur monde à la baguette, on l'apprend au détour de confessions volés à la banalité du quotidien. Le livre le plus marquant à ce sujet est sans doute .cArlington Park. Il fallait bien une romancière pour le comprendre. Le roman plonge dans l'esprit de ses mères et épouses qui ont oubliés d'être femmes. Il évoque le quotidien plein de renoncements de femmes aux foyers qui ne s'attendaient pas à vivre tels des automates. On connaît tous quelqu'un, et on peut tous être touché par cette impression de répétition, d'usure, qui conduise à l'ennui, alors que l'on cherche des expériences nouvelles. Ce qu'il y a de commun à notre époque, et que l'on retrouve dans la littérature, c'est le sentiment que l'on appartient peut être trop à la vie, à la routine, celle qu'on s'est forgée tel une solide carapace - mais qu'elle peut être remise en cause.

ue ce soit pour un jour comme dans ".qLes âmes soeurs" de Zennati, roman dans laquelle l'héroïne ne se rend pas à son travail pour profiter d'une journée, ou pour une durée indéterminé comme le fait Jack Kerouac dans " On the Road", l'envie de tout envoyer promener, et d'aller vagabonder, dans les rues, sur des routes côtières, voir sur les traces des ours en Alaska, sans aucun motif apparent, se retrouve dans l'esprit de plusieurs romans contemporains. Assez pour former un espèce de mouvement, comme le furent le naturalisme ou le romantisme ? La nouvelle question qui préoccupe l'Homme depuis peut être deux siècles est de savoir comment il peut faire pour être heureux. Cela devient le but du voyage, une quête identitaire de soi qui intervient au moment où l'on se sent prisonnier de ce qui s'est constitué au fil du temps autour de nous. Comme si on était dans une grande toile d'araignée un peu trop solide, regardant évoluer à travers nos filets d'argent, d'autres existences hors de porté mais dont l'une aurait pu devenir la notre. Un temps de silence semble nécessaire, celui des pensées. Un moment pour laisser agir notre vacarme intérieur, lui faire dire ce qu'il veut.

n littérature ses parenthèses de liberté deviennent des voyages. Des voyages, qui qu'importe la destination où l'on va, deviennent des voyages intérieurs. Drôle de paradoxe de devoir partir pour trouver ce qui avait toujours été en nous. Ce qui différencie ses voyages des conquêtes, où l'on n'avait que la découverte des Terres nouvelles en ligne de mire, et pas uniquement de soi, qui les fait d'avantages penser à des pèlerinages ou des quêtes spirituelles. Qu'il s'agisse d'une bouffée d'oxygène ou d'une plus profonde remise en question, cela amène à de profonds bouleversements. Maître de l'enchevêtrement des récits, d'histoires dans l'histoire et de personnages lisant des romans, Valérie Zennati sait parler de ce qui relit la personne au personnage, celui qui se dévoile et celui qui comprend.

.a lors que selon certains "preneur de température de notre époque", dont l'auteur de "Le jour où les enfants s'en vont" Béatrice Copper-Royeron et François de Singly ("Sociologies de l'individu") l'homme moderne éprouverait le besoin constant de changer, d'avoir des identités multiples, de se teindre les cheveux en roses puis de se la jouer punk le temps d'une soirée, tel que le décrit un article du ELLE paru en novembre dernier. L'idée de n'être fait de rien d'autre que de moments changeants, interrompus, de faire un voyage fulgurant, finalement les romanciers ont-ils raison ?

LA PHRASE QUI RESUME TOUT : L'envie de s'évader du quotidien pousse le personnage à s'investir dans des voyages, où il pourra partir à la connaisance de soi grâce à un personnage qui lui ressemble.

essai litteraturechangementvoyageJack KerouacArlington ParkValerie Zenatti

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine