Magazine Culture

Le 5ème Règne

Par Sylly
Le 5ème Règne

Quatrième de Couverture

Ils auraient dû se méfier.

Respecter le couvre-feu instauré depuis le meurtre du jeune Tommy harper.

Reposer ce vieux grimoire poussiéreux tant qu'il en était encore temps.

Et surtout ... ne pas en tourner les pages.

Sean le rêveur et sa bande vont devoir affronter le Mal absolu : à Edgecombe, petite ville tranquille de Nouvelle-Angleterre, les éléments se déchaînent, des adolescents disparaissent et de mystérieux hommes au charisme effrayant font leur apparition ...

Et si ce livre maudit détenait la clé du plus effroyable mystère de l'humanité ?

Après avoir lu plusieurs avis positifs sur les livres de Maxime Chattam sur le blog de Myrtille, sans parler de sa réputation, je m'étais promis de me lancer et de découvrir ses romans, d'autant plus qu'il semble faire merveille dans un genre qui me plaît beaucoup, à savoir le thriller fantastique. Je me suis donc défiée de commencer par le premier et de poursuivre après.

Cela a peut être été une erreur ... Commencer par un one shot oui mais par le premier roman de Maxime Chattam, non ... car même si j'ai trouvé l'intrigue très intéressante j'ai malgré tout déploré pas mal de manques, que ce soit dans le style, l'écriture en elle-même ou la profondeur. J'ai ressenti la faiblesse et la fragilité que recèlent les premiers romans.

Je suis malgré tout allée jusqu'au bout du livre donc (même si je ne suis pas du genre à abandonner facilement une lecture en cours = suis un peu maso) c'est que quelque part j'y ai malgré tout trouvé mon compte.

Nous voilà plongés au cœur d'une petite ville de la côte qui semble isolée du reste du monde et vivre dans la frayeur provoquée par un tueur en série ignoble. Bravant les interdits et le couvre feu, un groupe de jeunes lycéens trouvent dans la maison abandonnée du grand père de l'un d'eux un vieux grimoire et décident de l'ouvrir. Ce jour là leur vie va basculer. Se lançant dans une séance de spiritisme, ils ne s'attendaient pas à ouvrir une porte qui aurait du rester close, une porte leur permettant d'entrevoir un monde qui se devait de rester secret.

Je dois avouer que le thème m'a tout de suite inspiré, et je me suis blottie dans mon canapé, duvet et chats a proximité pour me mettre en condition et faire face à ce livre qui me promettait angoisse et sueurs froides.

L'angoisse est malheureusement très vite redescendue à cause d'une scène à rallonge décrivant une partie de paint-ball dont j'ai bien cru qu'elle ne prendrait jamais fin ... Puis tout à coup la tension est remontée : nouveaux meurtres, un tueur démoniaque semblant user de magie, des monstres aux griffes acérées sortis de nulle part ... Alors qu'on pense que les mômes trouveront peut-être de l'aide auprès de certains personnages, on se rend vite compte qu'ils sont seuls face au Mal qu'ils ont libéré et au tueur qui sévit ... Et jusqu'à la fin on se demande comment ils vont pouvoir s'en sortir étant donnée leur ignorance totale de ce qui s'est déployé.

Mais finalement l'angoisse n'a jamais atteint le degré suffisant pour me permettre d'intégrer l'histoire ... Trop souvent dérangée par des erreurs d'écriture qui me faisaient bloquer et relire des phrases 4/5 fois pour être sure que ce n'était pas moi qui oubliait mon français ... Sans parler des expressions de la langue française utilisées à l'envers et qui n'avaient donc plus aucun sens ... (je savais que l'on pouvait faire " d'une pierre deux coups ", mais de deux pierres un coup ... a part faire deux fois plus mal ...)

Dans sa préface, l'auteur nous prévenait qu'il n'avait pas voulu trop corriger son roman, pour lui laisser justement sa fraîcheur de " premier roman ". Mais je pense qu'il aurait quand même du faire un effort pour corriger ce qui devait l'être ...

" Je me suis permis de faire quelques corrections sur le texte, pour le rendre plus fluide, mais je n'ai en aucun cas réécrit des passages entiers, ce roman est et doit rester un premier roman avec ce que cela implique. "

Enfin, si l'action du livre était plutôt bien ficelée et pouvait gagner à me faire trembler, malheureusement il manquait quelque chose d'essentiel à mes yeux : l'implication. Jamais je n'ai réussi à m'identifier aux personnages. Ce sont des ados tout ce qu'il y a d'ordinaire (si ce n'est ce qu'ils vivent), et par la même il semblerait logique de s'y identifier facilement, pourtant leur psychologie n'a pas été suffisamment développée et je ne suis pas parvenue à m'attacher à eux ou à m'inquiéter de leur sort, même dans les pires moments. La mission " empathie " a échoué ... Résultat, je me suis contentée de lire un roman avec une distance m'empêchant littéralement de plonger dans l'horreur qui s'y développait. dommage ...

En conclusion je dirais que ce roman avait toutes les bases pour devenir un bon thriller fantastique, pouvant provoquer peur et angoisse, mais malheureusement la fragilité d'une première plume n'a pas réussi à me convaincre et à m'emporter là où elle le voulait. Il lui manquait assurance et profondeur (et relecture du texte !)

Je retenterai ma chance avec un roman plus récent, car je n'ai pas envie de stopper là ma découverte des monde de Maxime Chattam.

Le 5ème Règne

Le 5ème Règne
2/26

Challenge des 7 Familles

Je demande le petit-fils dans la famille Kifépeur

Le 5ème Règne
19/156

Idée n°121 : Une clé


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sylly 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines