Magazine Culture

L'ASSÉ CONTRE L'AUTORITÉ. La morale anarchiste de Pierre Kropotkine

Publié le 07 avril 2015 par Jlaberge

L'ASSÉ CONTRE L'AUTORITÉ. La morale anarchiste de Pierre KropotkineL'ASSÉ (Association pour une solidarité syndicale étudiante) a un sérieux problème avec l'autorité. Toute autorité, quelle qu'elle soit, incluant, bien entendu, l’autorité suprême dans une société, le gouvernement ou l’État. L’ASSÉ s’oppose, en vérité, non pas tant à l’austérité qu’à l’autorité. C’est le trait fondamental, on l’aura compris, de toute groupe sympathisant de l’anarchisme. Pour l'anarchisme, en effet, l’autorité est le mot le plus vilain qui fut jamais inventé ! Lors de son congrès tenu à Valleyfield, durant le week-end de Pâque, l’exécutif de l’ASSÉ fut destitué, dont sa porte-parole, Camille Godbout, semble-t-il parce que l’exécutif aurait soumis à ses membres une proposition de « repli stratégique » en voulant reporter la grève à l’automne prochain. Certes, l’ASSÉ ne s’affiche pas nommément anarchiste, du moins dans sa présentation, puisqu’elle se veut avant tout un « syndicalisme étudiant » (l’étudiant étant défini, du moins d’après la Charte de Grenoble, comme un « jeune travailleur », d’où se tirerait d’ailleurs son « droit de grève »). Toutefois, l’ASSÉ adhère implicitement à la philosophie politique de l’anarchisme comme nous allons le voir avec le concours de Pierre Kropotkine (1842-1921), un anarchiste russe, géographe de profession, à partir de son opuscule, La morale anarchiste (paru en 1889 ; traduction française, Aube, 2006).
   Trois valeurs maîtresses parcours le mouvement anarchiste : 1. l’antiautoritarisme, 2. l’égalité, et 3. le rejet de toute forme de propriété. La morale anarchiste, du moins celle que propose Kropotkine, pose au départ cette maxime: « Fais ce que tu veux, fais comme tu veux.» Il n’y a pas de loi morale, ou de règles morales, au-delà de la maxime affirmant la liberté absolue de chacun. En somme, l’anarchisme revendique la liberté pleine et entière. Toutefois, la liberté étant indissociable de l’égalité, valeur fondamentale de l’anarchisme, la liberté doit être limitée afin d’assurer l’égalité de chacun. De sorte que la Règle d’Or, « Fais aux autres ce que tu voudrais qu’ils te fassent », constitue le principe suprême de la morale anarchiste. D’après la Règle d’Or, en effet, je me trouve à traiter autrui comme mon égal. L’« égalité » dont il doit être question, au sens anarchiste, doit être interprétée au sens strict terme : il est toujours mauvais et condamnable de traiter qui que ce soit de manière différente que tous les autres. On peut qualifier ce sens strict de l’égalité de « déontologique » : quelle que soient les circonstances et les conséquences, il est toujours mauvais de traiter etc. Kropotkine, pour sa part, entend l’égalité en un autre sens, légèrement différent de son sens déontologique, que l’on peut qualifier cette fois-ci de « conséquentialiste ». Au sens conséquentialiste, donc, l’égalité, selon Kropotkine, est bonne ou bénéfique pour la société dans son ensemble parce qu’elle concourt à cette autre valeur cardinale de la pensée anarchique, c’est-à-dire la solidarité. « L’égalité dans les rapports mutuels et la solidarité qui en résulte nécessairement : voilà l’arme la plus puissante du monde animal dans la lutte pour l’existence », écrit Kropotkine. Pas de solidarité sociale, donc, sans égalité.
   Or, l’égalité visée est celle de l’égalité parfaitenon seulement, devant la loi, mais dans les faitséconomiques. C’est d’ailleurs pourquoi Kropotkine défend ce qu’on appelle l’anarcho-communisme. Le communisme de Kropotkine n’exige pas un État centralisé et centralisateur. C’est un « collectivisme » sans État central où les ressources sont mises en commun et distribuées selon le mot de Karl Marx« à chacun selon ses besoins, de chacun selon ses capacités. »
   La valeur conséquentialiste de l’égalité conduit, par ailleurs, à la détestation de toute autorité, c’est-à-dire de tout pouvoir. « Le gouverné, le trompé, l’exploité, la prostituée et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité. C’est au nom de l’Égalité que nous ne voulons plus ni prostituées, ni exploités, ni trompés, ni gouvernés.» Celui ou celle qui traite autrui comme un subalterne, un être inférieur, autant au plan personnel qu’économique, ne respecte la valeur suprême : l’Égalité. Toute autorité, par conséquent, indique la présence d’inégalités.
   Or, matériellement, pour l’anarchisme, les inégalités sont le fait de l’existence d’un vice morale qui ronge la société : le fameux droit de propriété. Le mot célèbre du premier à porter le nom d’anarchiste, Pierre Joseph Proudhon (1809-1865), déclare en dans son essai classique, Qu’est-ce que la propriété ?(1840), que la propriété « c’est le vol ! ». De son côté, Kropotkine écrira plus tard, dans L’anarchie, sa philosophie et son idéal (1896) : « Mais un mal autrement plus profond du système actuel s’affirme de plus en plus. C’est que dans l’ordre d’appropriation privée, tout ce qui sert à vivre et à produire, le sol, l’habitation, la nourriture et l’instrument de travail une fois passée aux mains de quelques-uns, ceux-ci empêchent continuellement de produire ce qui est nécessaire pour donner le bien-être à chacun. » La propriété est donc comprise par l’anarchisme comme étant responsable des déséquilibres dans la répartition des ressources, c’est-à-dire des inégalités économiques et sociaux. Aussi, si l’on souhaite parvenir à l’égalité parfaite collectiviste, il faut abolir toute forme de propriété, évidemment la propriété privée.
   L’ASSÉ, luttant contre l’ « austérité », lutte en réalité pour l’Égalité, c’est-à-dire pour l’abolition du régime de propriété privée qui règne dans la société québécoise, comme ailleurs en Occident. L’ASSÉ lutte, en fait, contre la forme d’autorité suprême, qui protège et assure le droit de propriété, l’État québécois. Au fond, ce n’est pas tant contre les mesures de compressions budgétaires qui égratigneraient le fameux « modèle d’État-providence québécois » auxquelles s’en prend l’ASSÉ, mais le gouvernement lui-même cautionnant, soi-disant, les inégalités. Le conflit étudiant du printemps 2012, entre l’ex-ASSÉ, la CLASSÉ, et le gouvernement libéral, couvait, au-delà de la hausse des droits de scolarité, la lutte entre l’extrême gauche (l’anarchisme) et la centre-droit (le parti libéral). Dans le conflit actuel, ce sont les enjeux idéologiques qui s’affrontent sous le couvert de la lutte contre l’ « austérité ».
   Voilà donc les grandes de l’anarchisme, version Kropotkine. On comprendra qu’il s’agissait simplement d’esquisser une version de la grande famille anarchique, diversifiée et bigarrée. Néanmoins, nous tenons-là les idées essentielles. Voyons maintenant les critiques et les objections que l’on peut lui adresser.
   À tout seigneur, tout honneur, commençons par la valeur suprême de l’anarchisme, l’Égalité. L’anarchisme soutient que l’égalité et la liberté sont indissociables l’une de l’autre. Est-ce vraiment le cas ? Plusieurs soutiennent, en effet, que l’égalité et la liberté ne sont pas nécessairement compatibles. Une vaste majorité de contribuables québécois sont d’accord avec le principe par exemple de l’égalité des chances, où l’État assume en bonne partie le coût pour ceux et celles qui n’ont pas les moyens financiers d’entreprendre des études. Évidemment, sur la base de l’égalité des chances, l’État, par le biais de l’impôt, contraint ceux et celles qui possèdent et qui n’ont pas forcément fait des études supérieures à céder une part de leur avoir pour le distribuer aux moins bien nantis. Il faut convenir qu’il y a là bel et bien une perte sèche de liberté (financière) pour les contribuables. Évidemment, dans le monde idéal de l’anarchisme, l’État n’est plus là pour « contraindre » chacun à mettre leur avoir en commun, chacun y allant de sa bonne volonté, tout en se rappelant de la Règle d’Or, principe moral premier de l’anarchisme de Kropotkine. Donc, plus on favorise l’égalité, moins on valorise la liberté.
   Par ailleurs, une objection sérieuse a été posée bien avant l’anarchisme par David Hume (1711-1776). Elle concerne l’idée d’une société parfaitement égale, et selon le philosophe écossais, il s’agit en réalité d’une société parfaitement misérable.
Rendez les possessions aussi égales que possible : les degrés de l’art, du soin, du travail des hommes rompront immédiatement cette égalité. Ou alors, si vous restreignez ces vertus, vous réduisez la société à la plus extrême indigence, et, au lieu de prévenir le besoin et la mendicité chez quelques-uns, vous les rendez inévitables à la communauté entière. (Enquête sur les principes de la morale, Section III : De la justice, IIe partie.)
Prenons une répartition égale et imaginons que tous et toutes possèdent exactement la même quantité de biens. Certains adorent tellement voir évoluer tel et tel joueur de hockey qu’ils sont prêts à débourser davantage pour voir évoluer leur joueur vedette. En plus de payer leur billet d’entrée, les amateurs versent 25 cents supplémentaires qui vont directement dans les poches du joueur vedette. Des milliers d’amateurs assistent aux matchs au cours de la saison de sorte que le joueur en question devient rapidement riche. La répartition également de départ n’existant plus, il faudrait, selon l’anarchisme, la rétablir en puisant dans les poches du joueur vedette. Pourtant, personne ne s’y est objectée au départ puisqu’elles ont librement consenties à faire ce qu’ils voulaient faire de leur argent. C’est ainsi que l’égalité brime la liberté. C’est le philosophe américain Robert Nozick (1938-2000) qui prolongea l’objection de David Hume en soutenant que la liberté bouleverse l’égalité.
L’objection décisive contre l’anarchisme qui refuse, comme on l’a vu, toute forme de propriété, vient d’un vieux grec, Aristote (384-322 avant notre ère), vivant dans un monde bien éloigné de nos sociétés industrielles. Pourtant, le vieux sage n’a jamais condamné la propriété privée. Au contraire. Le maître du Lycée soutenait « qu’en un sens les propriétés soient communes, mais que fondamentalement, elles soient privées. D’abord en effet, chacun administrant séparément ses biens il ne surgira aucune récrimination des uns contre les autres; au contraire la situation s’améliorera du fait que chacun s’occupera avant tout de ses affaires. Ensuite, grâce à la vertu, il en sera, concernant l’usage des biens, comme le dit le proverbe : « tout est en commun entre amis ». » (Les politiques, II, 51263a 6). Ainsi la propriété privée serait source de vertus : pas d’amitié, de générosité, de justice, etc., sans propriété privée. De plus, celui ou celle qui prend soin de son bien, fait preuve de responsabilité; il ne souhaite en aucune façon que son bien s’épuise rapidement en le consommant, en le gaspillant ou en le dilapidant.
Avec Aristote, nous sommes dans une éthique de la vertu, et non plus dans une éthique de la règle comme le propose Pierre Kropotkine dans sa morale anarchiste où la Règle d’Or apparaît comme la règle suprême de la morale. Et, comme Kant l’a montré, on peut être conforme à la règle, sans pour autant agir moralement. Des riches contribuables se voient contraints par la loi de contribuer à l’amélioration du sort des plus démunis. C’est bien. Mais, dit Kant, ils ne font que se conformer à la loi. Ils n’en ont aucun mérite moral, tel celui ou celle qui donne librement sans compter. Voilà l’excellencemorale. Kropotkine, toutefois, nous dit qu’il ne revient pas à la loi (à l’État) de contraindre les riches à donner sans compter. Vrai. En cela, il serait d’accord avec Aristote. Mais il ne suffit pas de la simple Règle d’Or pour pénétrer dans le « Royaume des cieux » que propose l’anarchisme.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlaberge 459 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines