Magazine Beaux Arts

Perrine Valli, Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt : le féminisme tranquille

Publié le 15 octobre 2010 par Jérôme Delatour

Perrine Valli, Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt : le féminisme tranquille

Je ne sais si notre époque sait encore fabriquer des mythes. Les mythes réclament lenteur et simplesse d'âme, et nous sommes pressés et compliqués. La richesse sémantique sort du simple. Si tu penses aux relations hommes-femmes, il y a fort à parier que tu penses tôt ou tard à Eve et Adam. C'est un mythe très simple dont les aboutissants sont très compliqués. Comme si nos ancêtres des premières cités avaient su planter des troncs, et nous ne savions plus que coller des feuilles. Alors on revient toujours aux troncs.
Dans la droite ligne de sa précédente pièce, Perrine Valli veut parler des relations hommes-femmes, et elle a pensé à Eve et Adam. Et à Lilith, peut-être parce qu'Eve paraît trop soumise, trop sage, trop plate, et parce que Perrine s'intéresse aussi à cette vieille dualité que l'homme plaque sur sa moitié, d'épouse et de putain.
Les artistes qui utilisent les mythes prennent aujourd'hui de grands risques, car nous avons oublié nos mythes, nous n'en connaissons plus les subtilités. Ici je n'ai pas vu d'arbre de la connaissance, ni de serpent, mais j'ai vu la pomme et un oeuf. Oeuf qui m'a dérouté, car il n'y a pas d'oeuf dans le récit de la Genèse. Tantôt l'une le mange, tantôt l'autre le porte, lumineux, plus gros qu'un oeuf d'autruche. Il faut peut-être aller voir chez les Grecs : l'oeuf primordial de la tradition orphique, ou cet étrange récit du Banquet de Platon, selon lequel l'homme et la femme n'auraient d'abord été qu'un tout vaguement sphérique que Zeus un jour aurait tranché en deux, pour lui apprendre à vivre.
Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt est une oeuvre très ambitieuse et très belle pour trois, quatre, cinq interprètes. Ambitieuse par son thème, par sa longueur et le nombre de ses danseurs, belle par sa danse, lente et hiératique, géométrique et sémaphorique mais sans sécheresse, et cependant empreinte de douceur, à la façon de Maurice Denis. Le cercle tempère la droite, le bercement la marche. Malgré le dépouillement, malgré le blanc et le noir, cette Buren de la danse transmet un sentiment charnel, comme par ces fouettés de pied qui rappellent une jument impatiente, les métaphores érotiques du Moyen-Orient.

Perrine Valli, Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt : le féminisme tranquille

Le fond sonore (Jennifer Bonn) déploie l'espace, les feuilles, le vent, les mouches. Sans doute n'y a-t-il pas de vent au Paradis, ni de mouches au Paradis, et c'est bien dommage. J'aime le chant des mouches, annonciateur de pourriture et de décomposition, chant du festin naturel et de l'éternelle renaissance. Voyez comme les mouches palpent les morts pour les éponger. On ne saurait mieux sonoriser la chute du Paradis. Ici-bas règne la réincarnation continuelle. Le vivant se nourrit du mort, perpétuellement.
A ce roulement des éléments répond, sur scène, le roulement permanent des corps, des personnages qui paraissent, s'effacent et reparaissent, le glissement des cadres, formant tableaux, un théâtre sans paroles. Perrine réussit l'alliance très délicate de l'abstraction et du prosaïque. Des cadres noirs servent de passerelles par lesquelles du mythe on passe au foot, envisagé comme une métaphore de la domination masculine. Des sas polysémiques, abstractions spatiales et cages de but, féminins couchés, masculins dressés. L'oeuf devient balle, la main de Dieu ou la pluie d'or des Anciens une pluie de cartons jaunes.
Perrine Valli me semble à la croisée des chemins. "Le poète dramatique", écrivait Maeterlinck, "est obligé de faire descendre dans la vie réelle, dans la vie de tous les jours, l'idée qu'il se fait de l'inconnu" ( Théâtre, préface, 1901). C'est ce que Perrine semble vouloir faire, mais trop timidement encore.


A dire vrai, j'ai du mal à distinguer son Eve de sa Lilith, tant toutes deux paraissent également sages. Elles se mêlent d'ailleurs parfois dans une roulade fusionnelle. Adam quant à lui, grand et beau comme un Apollon, est au fond effacé, presque transparent. Dans un Déjeuner sur l'herbe esquissé, c'est lui qu'on déshabille ; plus tard, c'est la femme qui mime l'Homme de Vitruve. La chute du Paradis est insensible. De prime abord, tout semble en quelque sorte ouaté. Mais en vérité, Perrine Valli contredit méthodiquement l'histoire de l'homme et de la femme, intervertit sciemment les rôles, désarme la puissance masculine. Sans le dire, elle préfigure le règne de la Femme.

Perrine Valli, Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt : le féminisme tranquille

Tout ceci n'est certes que supposition car Perrine, comme tant d'autres artistes contemporains, se garde d'être trop explicite. Certains aiment cette indécision, comme notre ami Guy Degeorges ; quant à moi je préfère, et je crois que notre époque en a dramatiquement besoin, des propositions fortes et tranchées, engagées. Si donc Perrine Valli a quelque chose à déclarer, qu'elle parle maintenant haut et fort !

♥♥♥♥ ♥♥ Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt de Perrine Valli a été montré en avant-première à Mains d'Oeuvres le 22 septembre 2010.

Retrouvez ici l'avant-première de Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt en images


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Poème de Valli : Folie devastatrice

    Une larme d'espoir suspendue sur ta jouePour ne plus entrevoir la violence des coupsUne larme ce soir, comme un terme à l'horreurTout au bout du couloir, une... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Valli : poème "Deuil en mer d'Irlande"

    La coque du bateau emportée par les flotsRésonne en un écho aux cris des matelotsLa nuit qui peu à peu se mêle à l'océanSalit l'ultime espoir de ces êtres en... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Valli : poème "Soleil couchant"

    Elle marche droit vers le soleilComme une flèche que rien n'arrêteCar seul son instinct en éveilSemble la guider sur la crêteLa mort aussi puissante... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Valli : poème "Désillusion"

    Et si la vie n'était qu'un leurre,Notre présence sur la TerreL'ultime illusion délétère,En palabre de brocanteurTout devient donc envisageable,Nous devenons... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Valli : poème "Mélancolie"

    Allongée dans le noirA la lueur du soirBercée de nostalgieEntre ici et BaliLa toile de satinTissée au fil des ansDéfile en un instantDans le creux de mes... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Valli : poème "Hommage à Velasquez"

    Sur la toile de linLe reflet cristallinD'un pinceau fémininDanse sur le fusainL'oeil sacré de l'artisteEn parfait alchimisteArbitre illusionnisteD'un rêve... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS
  • Valli : poème "Coeur brisé"

    Au petit matin, j'ai ouvert la porteSur le seuil de ton âme,Tes brisures infâmesComme on découvre une nature mortePuis j'ai caressé le creux de tes mainsPour... Lire la suite

    Par  Illusionperdu
    POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Jérôme Delatour 206 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines