Magazine Culture

Musiques du Nord et du Nord-est du Brésil (3)

Publié le 19 juin 2014 par Boebis @bonjoursamba
Musiques du Nord et du Nord-est du Brésil (3)

Troisième volet de nos découvertes de la richesse musicale de ces États du Nordeste et Nord Brésilien.

Pour commencer quelques carimbos de l'Etat du Pará. Le label Analog Africa a récemment compilé des titres du passionnant Mestre Cupijó qui annonce je l'espère d'autres rééditions de la même trampe. Pour ma part, après Mestre Verequete, je vous présente, une autre légende du genre, Mestre Lucindo, un des pères fondateurs du carimbo, né en 1908.

Lucindo Rabelo da Casto de son vrai nom est un musicien cité partout comme référence, joué et chanté par tous et qui n'a pourtant enregistré qu'un seul album, d'ailleurs même pas vraiment sous son nom: Isto É Carimbó par le Conjunto de Carimbo Canarinho de Marapanim. Témoignage d'une autre époque où les grands musiciens pouvaient atteindre la postérité sans passer par les studios d'enregistrements.

J'ai mis du temps à me procurer cet album très rare, qu'on trouve en vente sur internet à plus de 500 reais (200 euros) mais offert sur le site Parallel Realities.Ca valait la peine car il est largement à la hauteur de mes espérances. Ecoutez les contrepoints des instruments à vent.

Conjunto de Carimbo Canarinho de Marapanim - Pescador (Isto É Carimbó, 1974)

Conjunto de Carimbo Canarinho de Marapanim - Foi ela que me deixou (Isto É Carimbó, 1974)

Alessandra Leão et Biu Roque

Une des plus belles et originales voix que je connaisse appartient à Biu Roque. Enfant, João Soares da Silva de son vrai nom, accompagnait au tambour bumbo sa mère qui chantait du coco. Il a participé dans différents boi avant de créer le sien, le Boi Brasileiro. Il a longtemps travaillé comme coupeur de cane à sucre avant d'entammer une carrière discographique très tardive en intégrant comme doyen le Fuloresta du grand musicien Siba.

Entre temps il n'avait pas chômé puisqu'il a eu avec sa femme Dona Maria, 13 enfants et 40 petits enfants. Ce titre, issu du folklore nordestin lui est justement dédié. Ecoutez le jeu de la rabeca en introduction.

Biu Roque - Maria, minha Maria (Siba e a Fuloresta, 2003)

Le voici enfin interprétant deux des meilleurs titres du superbe premier album solo d'Alessandra Leão.

Biu Roque et Alessandra Leao - Não dê desgosto (Brinquedo de tambor, 2033;

Maria Ne soit pas ingrate / si tu penses à me quitter / Si tu veux m'échanger dans la samba / ou si tu vas m'abandonner.

Réponse : Le samba m'appelle / Mon père, je vais te lassier / qui a pandeiro et cana / Verra Maria danser la samba...

Un hommage à la ville d'Olinda.

Biu Roque - Olinda (Brinquedo de tambor, 2006)

Peu avant son décès en 2010, il a enregistré un album qui devait sortir sur Garganta records, le label de Caçpa et Alessandra Leão, mais on attend toujours...

Musiques du Nord et du Nord-est du Brésil (3)

Une autre musique plutôt pittoresque d'apparence mais en réalité un grand art: le repente. Il s'agit de chant improvisé sous la forme de duel vocal entre deux repentistas accompagnés par une guitare.

José Vicente da Paraiba e Passarinho do norte - Mote de amor (Repente e repentistas, 1972)

Un beau morceau du même José Vicente da Paraiba, cette fois ci tout seul.

José Vicente da paraÌba - Um passado feliz (Repente e repentistas, 1972)

Musiques du Nord et du Nord-est du Brésil (3)Aboio de um vaqueiro, 1978)

Musiques du Nord et du Nord-est du Brésil (3)

Le roi portugais Dom Sebastião mourru en 1578 à 24 ans lors d'une croisade. Comme son corps ne fut jamais retrouvé, il se dit dans le Nordeste qu'il est revenu sous la forme d'un taureau noir qui court sur l'ile de des Lençois les jours de Saint-Jean. Si quelqu'un le défie et plante son épée dans l'ix malgré quelques arrangements parfois pas à la hauteur, qu'on dirait rajouté a posteriori.

A Lenda do Rei Sebastião  - Três Navios (Registros sonoros do Maranhão)

Musiques du Nord et du Nord-est du Brésil (3)

La ciranda est un style de musique et une danse du Pernambuco, né à  Itamaracá. A l'origine, la ciranda était dansée en ronde par les femmes de pécheur qui attendaient le retour de leurs maris.

Deux illustrations.

Lia de Itamaracá - Coco verde / Ciranda feiticeira (A rainha da ciranda, 1977)

João Limoeire="dewplayer.swf" />


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Boebis 1516 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines