Magazine Cinéma

X-Men : Days of Future Past (3D)

Publié le 28 juin 2014 par Fri91

X-Men : Days of Future Past (3D)

Dans un futur un peu moins proche que d'habitude, les mutants sont quasiment anéantis par de redoutables sentinelles, des robots géants qui s'adaptent à leurs pouvoirs pour les tuer. Xavier avec l'aide de son ancien ami/ennemi Magneto et quelques-uns des X-Men survivants se réfugient dans une forteresse. Ils ne voient plus d'autre possibilité que d'envoyer un des leurs dans le passé pour changer un événement lié à Mystique qui a déclenché cette extermination. Le seul capable de supporter un tel voyage dans le temps est Wolverine, qui va avoir fort à faire pour convaincre la version jeune des mutants qu'il leur faut mettre de côté leurs désaccords pour espérer un avenir meilleur...

Le retour de Bryan SInger, à l'origine de la saga commencée en 2000, a enthousiasmé les fans et lorsqu'il a annoncé qu'il faisait revenir les anciens pour Days of Future Past, l'engouement n'a fait que se renforcer. Il faut dire que l'Affrontement Final et son changement de réalisateur en avait déçu plus d'un, car si les effets spéciaux étaient impressionnants, les personnages ont été au mieux bâclés, au pire injustement éliminés. Bon, ne le cachons pas, les anciens n'ont qu'un rôle mineur et le scénario fait du ménage dans le casting du reboot, pour se concentrer sur les jeunes Xavier, Magneto, Mystique et dans une moindre mesure . Ajoutez à ce la Wolverine pour faire le lien dans le temps qui apporte son humour pince-sans-rire très efficace, et l'introduction de Quicksilver, un personnage peu présent mais à l'origine (selon moi) de la meilleure scène du film et parfaitement interprété par Evan Peters. L'évasion de Magneto est en effet une réussite visuelle, où la 3D avait enfin une utilité, et on a même droit à une phrase qui aura fait sourire les connaisseurs à propos du lien de parenté entre eux. Du côté des acteurs, Michael Fassbender et James McAvoy sont excellents dans leurs rôles assez arrogants et Jennifer Lawrence arrive à faire passer des émotions malgré son maquillage. Dans l'ensemble, on se retrouve avec un blockbuster intelligent où l'histoire parfois complexe, mêle la politique et le thème si cher à la saga du rejet et de la peur de l'autre, et si les scènes d'action pure ne sont pas légion, elles n'en restent pas moins très belles. L'introduction du film est une pure merveille, qui arrive même à nous perdre tellement ça part dans tous les sens avec Blink, la scène du stade est impressionnante et celle de Paris, fimée parfois avec un style caméra de l'époque, amène un rendu très intéressant. On oublie pas quelques clins d'oeil aux films de la 1ère trilogie, souvent amusants qui raviront les spectateurs. Le final du film en 1973 se déroule dans une tension omniprésente et la psychologie des personnages est à son apogée tant les caractères de chacun s'affirment et les éloignent encore plus les uns des autres.

En résumé : "Papa Singer" est de retour derrière la caméra et nous montre qui est le patron. Le reboot initié par Le Commencement (qu'il avait produit) continue sur sa lancée avec un film et des personnages encore plus aboutis. Et à croire qu'il a entendu les reproches des fans concernant le 3ème volet qu'il avait abandonné, il se permet même de porter à l'écran un scénario malin qui lui permet de remettre les compteurs à zéro et effacer ce faux-pas dans la trilogie originelle. RDV en mai 2016 avec X-Men Apocalypse !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fri91 29 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines