Magazine Culture

Les Outrepasseurs, Tome 2: La reine des neiges de Cindy Van Wilder

Publié le 12 avril 2015 par Caroline @Lounapil

Les Outrepasseurs, Tome 2: La reine des neiges de Cindy Van Wilder   Les Outrepasseurs, Tome 2: La reine des neiges de Cindy Van  Wilder,   

   Publié aux éditions Gulf Stream,   

   2014, 368 pages.

Les Outrepasseurs viennent enfin de capturer la dernière fée libre, Snezhkaïa la Reine des Neiges. Ils ignorent qu’ils viennent de déclencher une malédiction qui risque de les anéantir. Peter, qui supporte de moins en moins de se plier à la volonté de Noble, tente de retrouver le Chasseur pour mettre fin à cette lutte séculaire…

J’avais adoré le premier tome des Outrepasseurs il y a de ça quelques semaines. L’intrigue, bien sûr, mais surtout la plume de l’auteur m’ont conquise. Avec finesse et intelligence, Cindy Van Wilder dresse le portrait d’un monde où les Outrepasseurs, frappés d’une malédiction millénaire, traquent les fés. Si le premier tome nous permettait de faire connaissance avec ces drôles d’individus, notamment Peter, héritier de la maison du goupil, le deuxième tome accélère le rythme et nous projette au cœur de la raison de vivre des Outrepasseurs.

Dans ce deuxième tome, pas de temps morts. L’intrigue s’ouvre sur le fée chasseur, tenant dans ses bras Arnaut, au bord de l’agonie. Pour sauver le jeune homme, le fée va faire un pacte avec le diable. Parallèlement, nous retrouvons Peter et Shirley, héritiers de la maison du renard. Il est intéressant de voir comment l’auteur met en scène ses personnages. Ici, les adolescents doivent faire leurs preuves. Ils sont régulièrement envoyés en mission afin de s’exercer à traquer des fés de toutes sortes car l’une des missions des Outrepasseurs est de s’en débarrasser.

C’est là que l’intrigue prend une dimension intéressante. Peter aurait pu se contenter de mener sa vie d’Outrepasseur or le jeune homme se découvre une conscience presque politique vis-à-vis des fés. Tout ce qu’il souhaite, c’est se débarrasser de son enveloppe d’Outrepasseur qu’il subit. Une évidence s’impose à lui: il faut retrouver le fée chasseur pour mettre fin à son calvaire.

On pourrait qualifier Peter d’anti-héros. Là où d’autres trouvent leur compte à changer de forme et à traquer les fés, Peter cherche avant tout à renoncer à son statut et à redevenir « normal », un adolescent lambda. J’ai beaucoup apprécié ce parti pris de l’auteur qui offre au lecteur un personnage déchiré entre ses désirs et son devoir d’Outrepasseur. Tout au long du roman, Peter se demande s’il prend la bonne décision. Il pèse le pour et le contre et nous offre un visage d’adolescent torturé. C’est aussi grâce à lui que le lecteur prend conscience de la cruauté des Outrepasseurs envers les fés. Ceux-ci nous ont d’abord été présentés comme des individus cruels, dénués de scrupules, semant le mal partout et pourtant… Si les méchants n’étaient pas ceux que l’on croient?

L’auteur parvient à semer le doute dans l’esprit du lecteur et peint un paysage gris où chacun possède une part de bien et de mal. Elle ne cède pas au manichéisme facile. A Peter de choisir son camp…

Encore une fois, j’ai grandement apprécié la plume de l’auteur très travaillée. Elle aime les mots et cela se voit. La langue est belle à travers ses métaphores et ses images. J’apprécie vraiment que le style ne soit pas sacrifié au nom de l’intrigue.

Je n’irai pas plus loin dans ma chronique sous peine de trop en dévoiler. J’ai adoré ce deuxième tome et je n’ai qu’une hâte, dévorer le troisième tome de la trilogie à l’image de la fée Snezhkaïa, reine des neiges glaciale qui a croqué la pomme il y a bien longtemps…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Caroline 2329 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines