Magazine Culture

Parfaite – Caroline Kepnes

Publié le 13 avril 2015 par Marylin Millon @leboudoirlitt
Parfaite – Caroline Kepnes

KEPNES, Caroline. Parfaite. Editions Kéro, 2015, 478 pages, 19,90 €.
Traduit de l'anglais (E.-U.) par Camille de Peretti

L'histoire :

Beck est une jeune étudiante sans histoire particulière, qui mène une vie somme toute banale, avec ses amies, ses démons et ses fantasmes.
Et puis il y a Joe. Joe est libraire et lorsque Beck pousse la porte de sa librairie, il sait que c'est ELLE. Il l'aime, mais certainement pas comme les autres.

Ce que j'ai apprécié :

- Tout d'abord, la couverture choisie pour l'édition française est splendide. Elle illustre très bien l'ambiance du roman. En effet, qu'y a-t-il de plus intrusif que d'observer une personne dans son sommeil, le moment où elle est le plus vulnérable.

- L'auteur a choisi pour son thriller psychologique de nous mettre dans la peau de son personnage principal. C'est-à-dire que le narrateur, c'est Joe. Et vous allez le voir, Joe est pour le moins terrifiant et en même temps terriblement énigmatique. Sa façon de s'adresser à Beck, en usant du " tu " tout au long de l'histoire, nous met à la fois dans position du psychopathe mais aussi dans celle de la victime.
Et vous savez à quel point j'adore lire les polars qui nous mettent littéralement dans la tête du méchant !

- Dans ce thriller, ne vous attendez pas à de l'hémoglobine et à du suspense insoutenable. Ce n'est pas gore, donc si les thrillers vous font peur à ce niveau-là, pas d'inquiétude. L'histoire s'appuie plutôt sur de l', induit par l'obsession sans limite de Joe envers Beck. Et cela n'est pas sans faire un appel discret aux méfaits des espionnage malsain et extrême réseaux sociaux où on a tendance à se livrer intimement sans restrictions et sans faire attention à nos informations personnelles. De même que l'on oublie souvent que communiquer par e-mail ou sms n'est pas si secret que cela. Un piratage de carte SIM ou de boîte mail et un individu pourra tout savoir de vous.

- Le plus important dans ce roman selon moi, ce sont les deux personnages, de Joe et de Beck. Ils ont chacun une personnalité vraiment étrange et très perturbante.
Joe, évidemment, est notre prédateur. Une sorte de coeur d'artichaut qui, lorsqu'il tombe amoureux, devient concept de jalousie à l'extrême , qui vise à éliminer chaque élément qui pourrait se mettre entre lui et sa proie. passionnel. Ce livre pousse le
Beck quant à elle est la victime de Joe mais pas seulement. Elle a une tendance narcissique liée à son époque qui l'oblige à s'afficher sur les réseaux sociaux. Mais elle est aussi très influençable et semble déchaîner les passions. Que ce soit amicales ou amoureuses. Loin d'être exempte de problèmes psychologiques, elle a une sorte fascination sexuelle pour ce père qui a quitté le foyer familiale lorsqu'elle était jeune.

Ce que j'ai moins/pas apprécié :

- J'ai été surprise du rythme de ce roman. Comme je vous le disais plus haut, il ne répond pas aux codes traditionnels du thriller. Je ne suis pas passée par des émotions très fortes au cours de ma lecture. J'étais plutôt dans une étude psychologique de Joe et Beck, qui est soit dit en passant, très intéressante à faire.

- La fin et toute la trame du roman est trop prévisible. Je n'ai pas eu de surprise, si petite soit-elle, arrivée à la fin de ma lecture. Si ce n'est les réactions de Beck qui m'ont laissé dubitative quant à sa capacité à ne pas paniquer.

En bref ?

Malgré un rythme lent qui m'a parfois lassée, j'ai néanmoins trouvé cette lecture très bonne. Un thriller vraiment original, comme je n'en ai pas souvent lu. On est dans une sorte de chasse, presque une danse rituelle, entre un chasseur et sa proie. Un prédateur qui ne peut pas vivre sans proie et sans sa proie.
Un livre qui fait également réfléchir sur les dangers de l'exposition au monde que permet Internet.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marylin Millon 428 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines