Magazine Cuisine

Le débat sur les gaz de schiste refait surface

Par Opapilles
Un rapport de 2012 vante une technique d’exploitation alternative à la très polluante fracturation hydraulique, interdite en France par la loi de 2011. Et promet la création de 120 000 à 225 000 emplois sur trente ans, ainsi qu’une relance de la croissance. Le gouvernement a estimé que le rapport «n’apporte pas de solution», pourquoi resurgit-il aujourd’hui, tente-t-on d’habituer le public à l’idée qu’il existerait des alternatives à la fracturation hydraulique ?

gaz de schiste,energies fossiles,pétrole,climat,changements climatiques


Cette nouvelle technique utilise de l’heptafluoropropane ou NFP (non flammable propane), un liquide employé comme propulseur dans des inhalateurs contre l’asthme ou dans les extincteurs. Il est notamment produit par le chimiste franco-belge Solvay. Mais cette technique n’a jamais été testée pour fracturer la roche en conditions réelles. De toute façon, pour limiter l'augmentation de température à +2C° par rapport à l’ère pré-industrielle, il faudra laisser dans le sol une grande partie des réserves en combustibles fossiles. Plus précisément, un tiers de nos réserves de pétrole, la moitié de nos réserves de gaz et plus de 80% de nos réserves de charbon devront rester sous terre pour atteindre cet objectif, selon une étude britannique publiée le 7 janvier dans la revue Nature.
Source : l'aticle de Coralie SCHAUB publié sur liberation.fr


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Opapilles 272 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine