Magazine Amérique latine

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Publié le 14 avril 2015 par Jyj9icx6

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Ce que nous laisse Eduardo Galeano
"Un autre monde est possible"

Eduardo Galeano (il avait pris le nom de sa mère comme nom de plume) était né à Montevideo en septembre 1940. C'est dans cette ville qu'il est décédé hier, lundi 13 avril 2015. Ses livres ont été traduits un peu partout dans le monde, l'un d'eux compte même une vingtaine de traductions. A son œuvre romanesque, il avait ajouté des essais et un travail d'éditorialiste de presse et de chroniqueur, notamment dans les colonnes de Página/12 à Buenos Aires.

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Les titreurs lui ont emprunté le titre d'un de ses derniers livres
Los hijos de los días (les enfants des jours)
qu'ils ont transformé en El hijo de sus días (le fils de ses jours)


C'était un intellectuel de gauche à l'humour ravageur et fin, à la voix douce et veloutée, qui décochait avec précision ses flèches d'un ton tranquille. Il avait l'art de soulever les absurdités de notre monde, de prendre les choses à l'envers pour mieux en dénoncer les aberrations, à la manière de Voltaire, l'acidité du ton en moins. Il était de tous les combats contre toutes les oppressions : anti-machiste, antiraciste, anti-homophobe, anti-impérialiste. Il a défendu les peuples originaires et leurs droits, magnifié des figures de femmes dans une société empreinte de tradition phallocratique dont il se démarquait sans répit. Il a soutenu la recherche des disparus adultes et des enfants volés sous les dictatures diverses et variées en Amérique latine pendant la Guerre froide. Il était un opposant farouche à la mondialisation, qui, dans le Nouveau Monde, est le nouveau nom de l'impérialisme des Etats-Unis, et il militait en faveur du rapprochement des peuples.

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Extrait de Los hijos de los días
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

En 1492, les autochtones ont découvert qu'ils étaient des Indiens ils ont découvert qu'ils vivaient en Amérique ils ont découvert qu'ils étaient nus ils ont découvert l'existence du péché ils ont découvert qu'ils devaient obéissance à un roi et une reine d'un autre monde et à un dieu d'un autre ciel et que ce dieu avait inventé la faute et les vêtements et avait ordonné que soit brûlé vif quiconque adorerait le soleil et la lune et la terre et la pluie qui la mouillait. (Traduction © Denise Anne Clavilier pour Barrio de Tango) Pendant la dictature militaire uruguayenne (1973-1985), il avait dû s'exiler, sans quoi il n'aurait certainement pas vu le troisième millénaire. Il avait donc voyagé, vu d'autres pays et cela avait enrichi son regard et son jugement, et approfondi cette capacité exceptionnelle de pointer, avec concision et efficacité, les maux de notre temps et de nos sociétés. L'écouter lire lui-même son recueil intitulé Los hijos de los días est un régal pour l'esprit : il s'agit d'un éphéméride d'anecdotes historiques, une pour chaque jour d'une année bissextile puisqu'il y a 366 récits. Chacun de ces récits dénonce l'une des folies qui règnent sur le monde post-bipolaire (avant l'émergence du caractère systématique du terrorisme islamiste).

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Extrait de Los Hijos de los Días
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

15 juin Une femme raconte
Plusieurs généraux argentins ont été traînés en justice pour leurs exploits commis sous la dictature militaire. Silvina Parodi, une étudiante accusée d'être une manifestante à la noix f... de m...., fut l'une des nombreuses prisonnières disparues pour toujours. Cecilia, sa meilleure amie, apporta son témoignage à la cour en 2008. Elle raconta les supplices qu'elle avait subis dans la caserne et dit que c'était elle qui avait livré le nom de Silvina au moment où elle ne pouvait plus supporter les tortures de chaque jour et de chaque nuit : C'est moi [qui l'ai fait]. J'ai amené les bourreaux à la maison où se trouvait Silvina. Je l'ai vu sortir, sous les coups de poing, les coups de crosse, les coups de pied. Je l'ai entendu crier. A la sortie du tribunal, quelqu'un s'est approché d'elle et lui a demandé à voix basse : Et après tout ça, comment avez-vous fait pour continuer à vivre ? Et elle, elle lui répondit, d'une voix plus basse encore : Et qui vous a dit que j'étais vivante ? (Traduction © Denise Anne Clavilier, pour Barrio de Tango) Tout le courant qui se désigne lui-même comme progressiste le pleure aujourd'hui du nord au sud de ce double continent que sont les deux Amériques. Toute sa vie, il aura milité pour la démocratie, une démocratie dynamique, toujours en marche et en mouvement et non pas une démocratie installée et immobile, dormant sur ses acquis, et pour une plus grande justice sociale dans des pays où les écarts entre riches et pauvres se maintiennent et se perpétuent par la violence. Nombreux sont les hommes politiques aujourd'hui en place qui ont été façonnés par ses analyses et sa pensée. Il y a quelques années, Hugo Chávez, au Venezuela, avait choisi l'un de ses ouvrages comme cadeau officiel pour Barack Obama, lors d'une rencontre internationale...

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

La nouvelle est au centre de la page, avec cette belle photo d'un amateur de café
"Le scénariste de la gauche" a dit le titreur


Dans son pays, l'Uruguay, sa disparition affecte profondément les élus du Frente Amplio (majorité nationale) et laisse de marbre l'opposition (la droite). En dehors des frontières, son décès est salué par toute la presse, y compris les titres oligopolistiques comme Clarín ou La Nación, qui ne peuvent ni ne veulent ignorer le rôle qu'il a joué dans la pensée et la littérature, et par les gouvernements en place : Dilma Roussef (rejointe par Lula pour l'occasion), Evo Morales, Cristina Kirchner, etc.

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Clarín a choisi de ne pas oublier Günter Grass


Eduardo Galeano, fauché par un cancer diagnostiqué il y a déjà de nombreuses années, a laissé derrière lui un dernier ouvrage dont il préparait la publication à Montevideo pour le mois prochain. Le livre paraîtra bel et bien en mai.
Dans la presse européenne, le décès de Günter Grass, prix Nobel allemand de littérature, et en France celui du libraire-auteur et éditeur François Maspero, masquent bien évidemment cette vague d'émotion qui déferle sur le continent américain et atteint aussi l'Espagne et ses différents quotidiens.

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

La República a publié un supplément, vendu avec l'édition imprimée


La presse du Río de la Plata est emplie d'articles de toute sorte sur l'écrivain disparu. Depuis le billet sur sa passion pour le football, qui le rendait tout à fait indisponible pendant les trois semaines de chaque coupe du Monde (1), jusqu'à des bibliographies complètes en passant par des nécrologies classiques et des analyses littéraires ou politiques et, Internet s'en mêlant, de nombreuses interviews données à la télévision ou à la radio insérées dans les pages digitales des éditions en ligne.

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

La tournée mondiale de Galeano lors de la sortie de Los Hijos de los Días
Cliquez sur l'image pour la lire


Página/12 lui consacre treize papiers différents, sous les plumes les plus prestigieuses de la rédaction et du monde intellectuel argentin. Il lui consacre même sa une, avec un dessin de Daniel Paz. Hier, dans la journée, le quotidien portègne a ressorti le dernier billet de Galeano : un éditorial de dernière page, daté du 4 décembre 2014. Il y parlait de la tragédie des étudiants mexicains enlevés et massacrés et de celle de tout ce pays mis à feu et à sang par un système politico-mafieux qui semble inextricable.
Eduardo Galeano sera veillé aujourd'hui, dans la Salle des Pas Perdus du Parlement uruguayen, à Montevideo à partir de 14h.

Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Comme Clarín mais sur la droite de la page


L'un des quotidiens uruguayens le citait hier :
La idea de la muerte individual deja de tener importancia, si uno adquiere la certeza de sobrevivir en los demás, sobrevivir en las cosas que quedan”. Eduardo Galleano
L'idée de la mort individuel perd son importance dès lors que l'on acquiert la certitude de survivre dans les autres, de survivre dans les choses qui demeurent. (Traduction ©Denise Anne Clavilier, pour Barrio de Tango)
Disparition d'un grand écrivain uruguayen : Eduardo Galeano [Actu]

Pour aller plus loin : la plupart des articles que je cite ci-dessous ont été publiés hier dans l'après-midi En Uruguay : lire l'article principal de El País consulter l'article de El País présentant les vidéos de Canal Encuentro (la chaîne culturelle argentine), jugés comme les meilleurs moments de télévision de l'écrivain disparu lire l'article principal de La República lire l'analyse de La República sur l'influence de Galeano sur la gauche latino-américaine lire l'article principal de El Observador lire l'article principal de La Red 21 (quotidien en ligne du même groupe que La República) consulter la bibliographie établie en ligne par La Red 21
En Argentine lire l'article de Página/12 d'hier après-midi lire l'article principal de l'édition d'aujourd'hui de Página/12 lire l'article principal de La Nación d'hier lire l'article de La Nación ce matin lire l'article de La Prensa
Lire le communiqué de la maison d'édition de Eduardo Galeano, Siglo XXI.
(1) Les écrivains hispanophones savent admirablement parler en artistes du football là où les francophones peinent à sortir des banalités ou de la vulgarité. Voyez Manuel Vázquez Montalbán en Espagne, que je ne me lasse pas de lire et de relire, ou à Buenos Aires des gens comme Alorsa ou Héctor Negro, précieux auteurs de tango qui plus est. Et tant d'autres...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte