Magazine Culture

A noisette, Noisette et demie

Publié le 14 avril 2015 par Lucie Cauwe @LucieCauwe

A noisette, Noisette et demie

Chris Van Allsburg en 2011.

En 1997, dans "L'album des albums" (l'école des loisirs),  Sophie Chérer disait de Chris Van Allsburg qu'il était un "sculpteur de rêves" - à ce moment étaient sorties à l'école des loisirs les traductions françaises, par Catherine Chaine ou Isabelle Reinharez, de ses merveilleux albums "Le jardin secret d'Abdul Gasazi", son premier titre jeunesse (1982), "Jumanji" (1983), "L'épave du Zéphyr" (1984), "Le rêve de Pierre" (Gallimard, 1984), "Les Mystères de Harris Burdick" (1985), "Boréal-Express" (1986), "Deux fourmis" (1990), "Ce n'est qu'un rêve" (1991), "Le balai magique" (1993), "Une figue de rêve" (1995), certaines sont, hélas, épuisées.
A propos de l'auteur-illustrateur américain, né en 1949 dans le Michigan, la romancière française écrivait:
"Chris Van Allsburg peut se vanter d'être, avec Maurice Sendak, le seul dessinateur contemporain à trouver grâce aux yeux sévères du tonitruant Tomi Ungerer : "Hier j'ai acheté "Boréal-Express" à mes enfants, bien qu'ils soient trop âgés", déclarait celui-ci en 1990, "parce que la beauté de telles images peut marquer à vie." Belles, mais aussi insolites, étranges, fantastiques, troublantes, angoissantes, fascinantes, photographiques, oniriques, terrifiantes et familières, irréelles et pourtant hyperréalistes, tels sont les qualificatifs qui s'appliquent couramment aux illustrations de Chris Van Allsburg.
La technique qui lui permet d'envoûter à ce point ses lecteurs n'appartient qu'à lui. Avec modestie, il l'attribue aux hasards de sa formation et de son mode de vie. Le noir et blanc ou le sépia: "C'est parce que je n'ai étudié ni les techniques de l'illustration ni les matériaux utilisés pour l'illustration en couleurs." Les cadrages inhabituels, les éclairages surgis de nulle part, l'atmosphère mystérieuse de ses dessins ? C'est parce qu'il admire surtout des peintres, Vermeer pour son utilisation des sources de lumière, Piranese pour la perspective, Caspar David Friedrich pour l'atmosphère, Edward Hopper pour le réalisme, Magritte pour le surréalisme... L'épaisseur granuleuse, presque palpable des objets, leur présence, les attitudes pétrifiées, impassibles de ses personnages? C'est qu'avant de dessiner, Chris Van Allsburg a été sculpteur. Mais son atelier était loin, il ne pouvait pas travailler à la maison (il est marié et a une fille). Alors il a tout simplement "intégré" la sculpture à ses dessins, toujours de très grande taille, et travaillés, "fatigués" au fusain, au crayon, au doigt, à la gomme, à la paume de la main, pétris, frottés, grattés, polis, peaufinés, effacés, étalés, modelés comme une pâte.
Mais très loin de se satisfaire d'un "art pour l'art", Van Allsburg est aussi un grand "moraliste" et un conteur aux fables "édifiantes", au sens premier du terme. Quant à la forme, il suggère, propose, amorce. Un bateau à voiles s'envole par-dessus les toits. Pourquoi? ("L'épave du Zéphyr"). Un vrai lion, des singes et des rhinocéros sortent d'un jeu de société pour envahir le salon. Comment? ("Jumanji"). "Mon objectif", dit-il, "est d'obliger le lecteur à réfléchir, et même à travailler, comme devant un puzzle ou une énigme. Mes histoires ne sont pas celles où tout est dit et où, à la fin, tout s'éclaircit gentiment."
Sa conviction est que tout lecteur est un créateur potentiel: un titre, une phrase, une image à chaque double page des "Mystères de Harris Burdick", et l'imagination du lecteur, enfant ou adulte, n'a plus qu'à se déployer. Quant au fond, les méchants sont toujours punis ("Une figue de rêve", "Le balai magique"), ceux qui ont gardé en eux l'esprit d'enfance, sa générosité, sa capacité d'émerveillement, toujours récompensés ("Boréal-Express", "Le balai magique" encore ) et une toute petite prise de conscience peut peut-être changer de grandes choses, comme dans l'écologique "Ce n'est qu'un rêve".
Les albums de Chris Van Allsburg sont des parcours initiatiques anticonformistes dont les véritables épreuves sont la vie elle-même et ses rêves. Cette étanchéité des frontières entre songe et réalité, il la met en scène avec tant de conviction parce qu'il en a lui-même éprouvé les richesses: entré à l'Université pour entreprendre des études de droit, il en est sorti au bout de cinq ans avec un diplôme de sculpture... Et à la Rhode Island School of Design où il enseigne à présent, son cours s'intitule "Dessinez votre paysage intérieur". Il y explique à ses élèves que l'imagination prime sur la technique. Juste avant d'exiger d'eux une exécution parfaite, au doigt et à l’œil."

Ensuite, Chris Van Allsburg a vu deux de ses albums devenir des films, "Jumanji" et "Boréal-Express" et il a publié d'autres albums, excellents.
Nous sont parvenus en français "Zathura" (2003), "Probouditi!" (2007), "La Reine du Niagara" (2012), toujours à l'école des loisirs.
Et tout dernièrement est arrivé l'album "Les mésaventures de Noisette" (traduit de l'anglais par Isabelle Reinharez, l'école des loisirs,  40 pages) de Chris Van Allsburg. Une autre histoire de noisette (lire ici), encore un rebond sur le nom. Quelle surprise que ces couleurs en couverture. Pour la première fois, l'Américain a travaillé à l'aquarelle!
Mais il n'a rien changé à son propos: pour lui, un hamster est une personne et mérite mieux, à ce titre, que de tourner en cage et de n'être aimé vraiment que deux ou trois semaines dans sa vie. L'auteur-illustrateur se montre assez intransigeant dans ce nouveau titre. "Les mésaventures de Noisette", ce pourrait être l'histoire du hamster le plus malheureux du monde.

A noisette, Noisette et demie

Couettes choisit Noisette. (c) l'école des loisirs.

En effet, Noisette n'a pas séduit longtemps Couettes, la petite fille qui est venue le chercher à l'animalerie. Il a été remplacé par une machine, une machine à écran qui occupe tout le temps de la demoiselle. Couettes se contente de nourrir, et même de surnourrir son prétendu protégé. Elle n'hésite pas à le vendre à un de ses potes. Pauvre Noisette, il atterrit dans une maison où règne un chien hargneux et chasseur.

A noisette, Noisette et demie

Noisette, seul dans la nuit. (c) l'école des loisirs.

Vient alors le temps d'une troisième propriétaire, cousine du précédent, Sylvie, guère plus aimable avec l'animal pour ne pas dire plus cruelle encore. Plus inconsciente. Plus insensible. Ne va-t-elle pas jusqu'à habiller et ensuite enfermer le hamster dans une balle en plastique transparent qu'elle pose sur le trottoir? Voilà Noisette qui roule, roule, roule et se retrouve seul dans la nuit.
Pas très longtemps, d'autres malheurs attendent encore le prétendu "animal de compagnie", que l'auteur nous détaille par le menu tandis que ses images suscitent souvent l'angoisse par leurs cadrages.
Le destin de Noisette demeurera-t-il aussi funeste jusqu'à la fin? Non, Chris Van Allsburg opte pour une issue heureuse à cet album qui dénonce violemment mais un peu lourdement, la cruauté et l'indifférence des enfants. Après toutes ces épreuves, le hamster trouvera le bonheur dans la nature, avec d'autres animaux plus sauvages que lui qu'il acceptera d'imiter.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lucie Cauwe 22474 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines