Magazine Environnement

1973 - 2007 : comment l’architecture encaisse les chocs pétroliers

Publié le 01 juin 2008 par Erwan Pianezza

Sorry, Out of Gas : c’est le titre d’une rétrospective, organisée à Montréal par le CCA, Centre Canadien d’Architecture, établissement culturel dont la mission consiste à sensibiliser le public au rôle de l’architecture dans la société. Le sujet tombe à pic, et montre, sous forme d’images de 30 d’activisme, que la planète aurait pu s’économiser de nombreux désastres en anticipant de quelques décennies les avalanches de problèmes écologiques que nous rencontrons aujourd’hui. Lien expo : http://www.sorryoutofgas.org/


Photo : Le Président des USA, Jimmy Carter, inaugure inaugure les panneaux solaires de la Maison Blanche, 20 juin 1979. Photographie © Jimmy Carter Library.

Cette exposition est la première du genre à analyser l’innovation architecturale à laquelle a donné naissance la crise énergétique de 1973, alors que la valeur du baril de pétrole augmentait de façon exponentielle, donnant lieu à des bouleversements économiques, politiques et sociaux dans de nombreux pays. Présentant plus de 350 objets – dessins d’architecture, photographies, publications, séquences télévisées tirées d’archives et artéfacts historiques – l’exposition survole les réactions que provoque la pénurie et explore leur pertinence pour le monde de l’architecture aujourd’hui.

Engendrée à la fois par une réduction de la production du pétrole et une flambée des prix, la crise pétrolière de 1973 marque la fin d’une longue période ininterrompue de croissance économique dans les pays occidentaux après la Deuxième Guerre mondiale. Avec la mise en vigueur de mesures sociales et économiques comme les programmes d’économie d’énergie et le ralentissement des activités, on en vient à se rendre compte qu’un développement sans frein basé sur des réserves inépuisables de pétrole à bas prix n’est plus possible. Empruntant son titre aux messages qu’affichent alors de nombreuses stations-service d’Amérique du Nord, 1973 : Désolé, plus d’essence examine comment l’architecture et l’urbanisme réagissent à cette nouvelle réalité. Bien que les temps soient à l’austérité, on s’engage en architecture dans des recherches importantes et une période d’expérimentation sans pareil.

La recherche et les innovations d’il y a 30 ans acquièrent une pertinence toute particulière dans le contexte des préoccupations actuelles autour de l’épuisement des ressources. Bien qu’il ait un écho certain à l’époque, le travail novateur des architectes, ingénieurs et activistes finira dans l’oubli une fois que les marchés financiers et les systèmes de distribution auront repris et que l’attention politique se tournera ailleurs. Aujourd’hui, par contre, la détérioration de l’environnement et la raréfaction des combustibles fossiles font naître un nouveau sentiment d’urgence. « Il est primordial de prendre connaissance des recherches radicales et souvent peu connues des années 1970, car les architectes sont aujourd’hui aux prises avec des enjeux fort semblables », affirme le directeur du CCA, Mirko Zardini, commissaire de l’exposition. « En nous permettant de mieux comprendre le travail des précurseurs de bien des approches actuelles du développement durable, l’exposition cherche non seulement à sensibiliser le public, mais aussi à stimuler la recherche contemporaine dans le domaine. »

CONTENU DE L’EXPOSITION

1973 : Désolé, plus d’essence ainsi que la publication qui l’accompagne présentent des recherches dans des secteurs aussi variés que les systèmes solaires passifs et actifs, l’architecture enfouie ou souterraine, l’amélioration des matériaux d’isolation et de construction, les percées dans le domaine de la technologie des éoliennes et la conception de « systèmes intégrés » visant à gérer les ressources énergétiques dans un contexte plus large. L’exposition brosse le tableau des réactions politiques et sociales à la crise du pétrole à travers différents types de documents : des extraits vidéo de discours enflammés livrés en direct à la télévision; des photographies historiques montrant les files d’attente aux stations d’essence ou les rues de grandes villes entièrement désertées par les voitures; ainsi que, des archives et objets portant sur l’installation, par le président américain Jimmy Carter, de capteurs solaires sur le toit de la Maison Blanche – les visiteurs pourront même voir un échantillon d’un des capteurs en question (plus tard enlevés par le successeur de Carter, Ronald Reagan). L’impact qu’a eu la crise sur la culture populaire dans le monde occidental est illustré à l’aide de brochures et de divers outils de promotion. L’exposition présente également une sélection de jeux créés au cours de la période : leurs thèmes et leurs titres évoquent à la fois les profits des grands producteurs et l’angoisse que provoque la fin d’un style de vie.

Présentée dans les grandes salles, 1973 : Désolé, plus d’essence est organisée par Mirko Zardini, directeur et conservateur en chef du CCA, avec Giovanna Borasi, conservatrice de l’architecture contemporaine au CCA. L’exposition adopte une structure thématique. La section intitulée Austérité reflète l’impact de la crise sur les habitudes et le mode de vie. Solaire passif est consacrée aux efforts qui visent à adapter l’architecture à l’exploitation de l’énergie thermique du rayonnement solaire, alors que Solaire actif se penche sur l’évolution des technologies et des applications conçues pour capter le rayonnement solaire et le transformer en énergie. Conséquences géopolitiques s’intéresse aux réactions et aux initiatives dans les sphères politiques, commerciales et culturelles. Isolation et architecture sous terre présente des expérimentations visant à mieux conserver l’énergie et à mieux intégrer les bâtiments dans leur environnement naturel. Une autre section, consacrée à L’énergie éolienne, permet de suivre l’évolution du design des aérogénérateurs, depuis les premiers modèles destinés au domaine rural jusqu’à ceux mis au point pour des applications diverses. Enfin, Systèmes intégrés décrit des projets qui fonctionnent à une échelle beaucoup plus complexe, prenant en compte la production de nourriture et le mode de vie de grands groupes sociaux. Plutôt que d’offrir un historique complet de l’évolution de la recherche, l’exposition présente des objets et des documents choisis pour leur pertinence à l’égard des enjeux actuels en architecture.

Parmi les points forts de l’exposition, mentionnons les projets d’architectes de Steve Baer, Michael Jantzen, Douglas Kelbaugh, Michael Reynolds et Malcolm Wells, qui ont conçu et réalisé des maisons innovatrices visant l’atteinte de l’indépendance énergétique par rapport aux réseaux de distribution. Leur travail, peu connu, était tout à fait avant-gardiste dans la mesure où forme et fonction y étaient subordonnées à une conception inédite de la production et de l’utilisation de l’énergie. L’exposition présente également les contributions d’ingénieurs comme George Löf et Maria Telkes qui ont mis au point des technologies qui ont mené à des percées importantes dans le domaine de l’architecture et des systèmes solaires actifs.

Certains des projets, réalisés dans des lieux isolés, sont alors tributaires de la contre-culture, source de nombreuses innovations à l’époque. D’autres expériences visent l’indépendance énergétique, mais dans le contexte urbain. Parmi les plus marquantes, un projet de 1979 soumis par Oswald Mathias Ungers dans le cadre d’un concours d’architecture organisé par l’Allemagne de l’Ouest pour la création de 400 logements. Un autre projet décrit est celui de la coopérative d’habitation du 519 East 11th Street, à New York, dont les occupants-propriétaires installent des capteurs solaires et une éolienne sur le toit de leur immeuble afin de produire de l’électricité. Leur objectif d’indépendance énergétique est si bien atteint qu’il entraîne une saga juridique avec la compagnie d’électricité locale et suscite un débat houleux dont les enjeux sont toujours d’actualité.

En plus des architectes et ingénieurs, les universitaires figurent au nombre des expérimentateurs les plus actifs de l’époque. L’une des initiatives de recherche les plus prolongées et les plus ambitieuses est celle que mènera à partir de 1938 le Massachusetts Institute of Technology (MIT) afin d’étudier les applications mécaniques, chimiques et électriques de l’énergie solaire. À l’Université du Minnesota, l’Underground Space Center (1978-1995), malgré une existence un peu plus courte, présentera ses recherches sur l’architecture enfouie et souterraine dans des publications qui feront date telles que Earth Sheltered Residential Design Manual.

Un nouveau type de publication architecturale connaît un grand essor pendant cette période : les guides pratiques d’autoconstruction qui décrivent non seulement comment construire soi-même sa maison, mais comment y intégrer de nouvelles sources d’énergie. Parmi les guides présentés dans l’exposition, retenons le fondamental Practical Guide to Solar Homes, la fameuse série Earthship de Michael Reynolds et l’étrange Underground Gardens and Homes de Jay Swayze.

1973 : Désolé, plus d’essence culmine avec la présentation des projets de groupes de recherche avant-gardistes comme les New Alchemists, l’Ecol Operation de Montréal, le Farallones Institute et les Integrated Life Support Systems Laboratories dont les efforts visent un changement d’échelle, de la résidence individuelle à la communauté durable. On peut décrire les produits de leurs recherches comme des « systèmes intégrés » qui prévoient la production de nourriture, le logement et la gestion des déchets. Ces groupes offrent les réponses les plus complexes du monde architectural à la crise pétrolière par leur volonté de créer un développement durable qui puisse s’appliquer à l’échelle urbaine et constituer une assise à la viabilité environnementale.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Erwan Pianezza 53346 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte